2020, une année de croissance problématique pour l'IoT - Actualités RT Réseaux

2020, une année de croissance problématique pour l'IoT

le 19/11/2019, par Jon Gold / Network World (adaptation Jean Elyan), Réseaux, 987 mots

L'Internet des Objets (IoTconnaîtra encore plus de croissance au cours de l'année 2020, mais aussi plus de problèmes en terme de sécurité. Sans compter un déficit de solutions complètes. 


2020, une année de croissance problématique pour l'IoT

C'est désormais indéniable, le monde de l'Internet des objets fait partie de notre quotidien. Ce phénomène va non seulement perdurer, mais il va continuer à prendre de l'ampleur. Pourtant, malgré cette croissance explosive - Gartner annonce depuis longtemps que le nombre de points terminaux IoT dans les entreprises et l'industrie atteindra les 5,8 milliards en 2020 - la capacité du marché de l'IoT à remédier à ses défauts et ses complications a beaucoup moins progressé. Cela signifie que les problèmes de sécurité actuels et l'absence de solutions complètes seront au coeur des préoccupations IoT de l'année à venir. 

Selon les experts, une partie du problème est lié au fait que, sur le marché de l'IoT, se côtoient encore deux types de fournisseurs distincts et bien identifiables les entreprises ITqui ont beaucoup d'expertise technologique, mais peu d'expérience opérationnelle pratique, et les fournisseurs établis dans les différents secteurs d'activité qui n'ont pas d'expertise technologique. D'un point de vue pratique, cela signifie que, la plupart du temps, aucun fournisseur ne peut offrir de solution complète pour répondre à un problème IoT donné, et par conséquent, de résoudre de manière globale les problèmes plus généraux posés par la technologie IoT. 

Sécurité 

Le principal problème reste bien évidemment celui de la sécurité. « Du point de vue du professionnel des réseaux, la mise en oeuvre de l'IoT peut clairement entraîner des brèches de sécurité »a déclaré Patrick Filkins, analyste de la recherche senior chez IDC. « L'IoT représente un défi de taille pour un administrateur informatique, car il introduit des centaines de milliers d'appareils bon marché et à haut risque sur le réseau », a-t-il ajouté. Ce fossé entre le monde des technologies de l'information (IT) et celui des technologies opérationnelles (OT) explique en majeure partie ce problème de sécurité. Les entreprises qui fabriquent la plupart des capteurs pour l'IoT ont de l'expérience dans leur domaine particulier - fabricants d'équipement de forage pétrolier, fournisseurs industriels, fabricants de dispositifs médicaux, etc. Elles ont l'habitude d'offrir un bon rapport qualité-prix. « Si vous voulez offrir de l'IoT en masse, vous devez faire baisser le prix des capteurs, et cela affecte la sécurité », a déclaré M. Filkins. 

D'après Christian Renaud, vice-président de 451 Researchmême si l'on reconnaît de plus en plus que la question de la sécurité est très sérieuse, le nombre de nouveaux terminaux et de nouveaux types de terminaux qui inonderont le marché au cours des prochaines années, rend les intrusions majeures inévitables« L'une des meilleures solutions pour sécuriser l'IoT est d'implémenter de l'analyse comportementale sur le réseau, même si les dispositifs IoT individuels restent difficiles à sécuriser. Mais, un système basé sur l'apprentissage machine capable d'identifier un trafic malveillant qui peut se demander pourquoi un capteur cherche à communiquer avec l'Ukraine par exemple - pourrait contribuer à résoudre ce problème », a-t-il déclaré. 

Collaboration IT-OT 

Toujours selon Christian Renaudil semble que l'on a aujourd'hui une compréhension plus pragmatique de l'IoT« Nous ne sommes plus dans la phase de confusion, d'ambiguïté et d'hyperbole du début pour comprendre qu'il s'agit d'un ensemble de technologies différentes, qui concernent des dizaines de cas d'usages différents, dans des dizaines de marchés différents », a-t-il encore déclaré. Et cela implique une collaboration encore plus importante dans tout le secteur de l'IoT. Les entreprises IT ont été très actives en matière de partenariat avec les entreprises OT, et l'on sait que la plupart des solutions IoT complètes devront s'appuyer sur des produits provenant de plusieurs fournisseurs. L'argent explique en partie cette situationEn théorie, un géant de l'informatique comme Google ou Microsoft pourrait par exemple cibler un secteur vertical particulier de l'IoT, acquérir des entreprises existantes pour leur savoir-faire opérationnel et proposer un système de gestion global des appareils. « Mais ils estiment que cela ne serait tout simplement pas rentable »a déclaré M. Filkins. « C'est moins intéressant pour ces entreprises de proposer des solutions verticales parce qu'elles coûtent plus cher et que le marché est plus réduit ». 

Cela ne signifie pas que les principaux acteurs de l'IT ne ciblent pas différents secteurs verticaux, mais qu'ils le font d'une manière plutôt inhabituelle : « Ils reconditionnent leurs offres pour différentes industries et établissent des partenariats avec des entreprises OT», a déclaré à ce sujet Christian Renaud. « Dans l'IT, nous sommes plus habitués à une mentalité de gagnant, où un acteur s'empare d'un secteur en particulier », a-t-il ajouté. « Mais si vous regardez les marchés IoT verticaux, une grande partie d'entre eux est dominée par des opérateurs historiques ». Depuis peu, le secteur de l'IoT commence à se rendre compte que de nombreux secteurs verticaux ont des cycles de vie des équipements extrêmement longs, ce qui signifie que les friches sont infiniment plus nombreuses les territoires inexploitésLes entreprises IT, habituées à dominer certains secteurs de leur industrie - ou même à créer de nouveaux marchés, doivent se faire l'idée que dans ce secteur il n'y a pas de renouvellement radical. 

Réseau edge 

Comme l'a fait remarquer M. Filkinsen 2020, les entreprises vont prendre leur distance avec les déploiements IoT basés sur le cloud pour se tourner vers des systèmes de traitement proches de la périphérie. Dans de nombreux déploiements IoTle cloud peut être un facteur limitant, parce qu'il faut envoyer des informations du capteur jusqu'à un cloud public, les traiter et renvoyer les résultats du cloud vers l'utilisateur, ce qui demande un certain temps. « En terme de performance des applications, c'est un frein », a déclaré Patrick Filkins. « Nous avons tous entendu parler de l'edge computing. De mon point de vue, on en surestime la portée, mais il est en train d'arriver ». 



Brevets 5G : un classement trompeur

D'après le spécialiste en études de marché IPlytics, Huawei arrive en tête des brevets déclarés relatifs à la 5G, devant Samsung, LG et Nokia. Mais le palmarès est bousculé lorsqu'il s'agit de s'intéresser aux...

le 03/12/2019, par Dominique Filippone, 581 mots

Fournisseurs de cloud : des performances variables en fonction des...

Le rapport 2019 de ThousandEyes Benchmark montre que, en fonction des régions, mais aussi des choix de connectivité, les performances des fournisseurs de cloud ne sont pas identiques. La qualité de service des...

le 28/11/2019, par Zeus Kerravala, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1071 mots

Cumulus Linux 4.0 vient accompagner le développement des commutateurs...

Selon Cumulus Networks, sa distribution Linux est au réseau ce que Red Hat est aux serveurs. 

le 26/11/2019, par Andy Patrizio / Network World avec Bertrand Lemaire, 554 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...