Aastra Matra ne craint pas l'ouverture des IPBX à SIP

le 03/04/2008, par Jean Pierre Blettner, IPBX, 623 mots

Aastra Matra prône l'ouverture de la téléphonie grâce au standard SIP sans craindre le renforcement de la concurrence qui devrait en découler. L'équipementier s'annonce comme le numéro un de la téléphonie en Europe. Il lance l'Aastra 5000, un IPBX pour les grandes entreprises.

Le paysage de la téléphonie d'entreprise est en pleine refonte avec l'irruption du géant Microsoft et la montée en puissance de l'Open Source. Sans compter la reconfiguration des acteurs traditionnels. Siemens - numéro 2 du PABX en Europe en 2007 - cherche toujours à céder son activité téléphonie, mais elle est considérée comme trop chère par les repreneurs potentiels, d'autant qu'il faudrait reprendre les usines du constructeur. Autant Microsoft qu'Open Source C'est dans ce contexte évolutif que le canadien Aastra (Aastra Matra en France, et numéro deux derrière Alcatel-Lucent) est en train de devenir le numéro un du PABX en Europe à la suite de son rachat des PABX du suédois Ericsson. L'équipementier affiche une stratégie très ouverte, élaborant des offres communes avec Microsoft (solution Response Point, en téléphonie sur IP pour 2 à 25 utilisateurs, également distribuée par D-Link ou Quanta computer), ou avec Fonality (solution Open Source). Le constructeur ne rechigne pas non plus à être un simple fournisseur de combinés téléphoniques au standard SIP (Session Initiation Protocol). Au Conseil Régional de Bourgogne, il a ainsi délivré 500 postes SIP raccordés à un IPBX Open Source tiers. Ce succès de l'Open Source et de ses prix bas n'inquiètent-ils pas Aastra ? Non, car l'équipementier estime que si le coût d'un IPBX Open Source est effectivement moins élevé, le service, le support et la maintenance seraient tout aussi rémunérateurs que pour des plates-formes propriétaires traditionnelles. Absence de peur de la concurrence asiatique Le discours d'Aastra est résolument orienté vers les standards SIP et pointe du doigt ses concurrents. « Contrairement à certains de nos confrères, nous pensons que SIP est prêt , affirme Pierre Alexandre Fuhrmann, en charge du centre d'excellence en ToIP de Guyancourt de Aastra Matra. Mais si ses concurrents sont moins ouverts, Aastra ne prend-il justement pas des risques pour un acteur du monde de la téléphonie, cet univers qui a bâti sa prospérité sur des solutions fermées et propriétaires ? En fait, Aastra ne craint pas de voir des équipementiers asiatiques casser les prix sur des téléphones SIP, car ce type de concurrents ne réussit apparemment pas à faire mieux que les équipementiers traditionnels. La question est importante car dans une installation téléphonique, la moitié de l'investissement est dû aux combinés. Les postes SIP se situent entre 75 € et 200 €. Ce qui reste loin d'être bon marché et explique le déploiement des postes numériques habituels puisque selon diverses sources (NextiraOne, Alcatel-Lucent), seulement 30% des grandes entreprises auraient fait le choix de postes téléphoniques IP raccordés sur leur IPBX. « Nous pensons qu'actuellement 30% des postes déployés sont de technologie SIP, et le reste de technologie IP propriétaire, non évolutive, cette année la proportion va s'inverser, avec 2/3 de postes SIP , décrit le responsable. SIP également vers l'opérateur Aastra voit aussi l'arrivée des standards SIP sur les postes mobiles. Ce champion de la technologie sans-fil Dect (qu'il revend en OEM à ses concurrents Avaya et Mittel) pense que les terminaux Wifi-GSM-SIP vont émerger. De même, Aastra est convaincu du décollage de SIP lors du raccordement au réseau de l'opérateur. Il s'agit de l'IP trunking, qui abaisse les coûts de raccordement aux réseaux des opérateurs. « Les liens vers les opérateurs vont migrer vers SIP affirme Pierre Alexandre Fuhrmann. Par ailleurs, il reste une question clé soulevée par les analystes du Gartner : comment va procéder Aastra afin d'unifier les différentes plates-formes de PABX issues de ses multiples rachats (DeteWe, Ascom, Ericssson, Eads). « Nous conserverons quatre plates-formes IP, la convergence s'effectuera par les terminaux et les applications, standardisés autour du protocole SIP ».

L'annonce d'un IPBX pour les grandes entreprises

Aastra vient d'annoncer l'Aastra 5000, un IPBX de grande capacité qui peut gérer jusqu'à 150 000 postes, au travers de 2000 noeuds, avec 15 000 utilisateurs par serveur. Le call manager est orienté SIP de façon native. Le socle logiciel repose sur un Linux Red Hat ES 5.1 installé sur un serveur Dell. L'Aastra 5000 est aussi bien adapté aux entreprises que pour une solution hébergée.

Atos rachète Unify (ex Siemens EC) et renforce ses liens avec Siemens

Atos renforce son alliance avec le groupe Siemens, qui se restructure violemment depuis plusieurs années. Après avoir obtenu l'externalisation des services informatiques du groupe industriel, la SSII française...

le 04/11/2015, par Didier Barathon, 404 mots

SIP Trunking : le marché des SBC atteint 271 millions de dollars en...

Selon la dernière étude annuelle du cabinet Infonetics, Audiocodes est de loin le n°1 du marché des SBC. Porté non seulement par la diffusion de l'IP mais aussi par de nouvelles technologies comme le WebRTC....

le 01/04/2015, par Didier Barathon, 336 mots

Alcatel-Lucent Enterprise dévoile OpenTouch Suite pour PME

Alcatel-Lucent Enterprise a ajouté une brique à son portefeuille de communications unifiées avec sa suite OpenTouch pour les PME. Les nouvelles fonctionnalités incluent un support simplifié SIP, des solutions...

le 25/11/2014, par Larry Hettick, Network World, 340 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »