Android de Google doit être repris en main

le 08/04/2011, par Jean Elyan avec IDG News Service, Terminaux et Systèmes, 661 mots

L'ouverture est une arme à double tranchant pour le système d'exploitation Android de Google. D'un côté, il rend la plate-forme plus attractive, mais de l'autre il menace de l'enliser à cause d'une inévitable fragmentation.

Android de Google doit être repris en main

Le système d'exploitation pour mobile Android de Google est une force avec laquelle il faut désormais compter, que ce soit sur les smartphones ou les tablettes. La nature « ouverte » d'Android a contribué à son succès, mais elle a favorisé l'émergence d'un environnement déroutant pour les développeurs d'applications et pourrait, à terme, nuire à la plate-forme. 

Une enquête réalisée par Appcelerator en janvier auprès des développeurs d'applications a montré que la très grande majorité d'entre eux estimaient qu'Android était la plate-forme mobile la plus ouverte, et ils pensaient qu'elle était « la mieux placée pour être intégrée à l'avenir dans un nombre important de périphériques connectés. » Près des deux tiers des personnes interrogées considèrent qu'Android est, parmi les plateformes mobiles, celle qui offre les meilleures perspectives à long terme. 

Cependant, une question se pose de plus en plus : « de quel Android parle-t-on? » La popularité du système d'exploitation mobile de Google ouvre sur un marché potentiellement lucratif pour les développeurs d'applications. Mais, pour eux, le problème est de savoir pour quel Android ils développent : Pour quelle version ? Un smartphone sous Android ou une tablette sous Android ? Est-ce que l'application sera optimisée pour fonctionner avec différents matériels exécutant un certain Android ? Quelle plate-forme de commerce distribuera l'application ?

La fragmentation de la plate-forme devient un problème reconnaît Al Hilwa, analyste chez IDC. La variété des appareils et les options logicielles disponibles ajoutent à la complexité pour concevoir et tester des applications. Il devient donc plus difficile de produire une application unique qui fonctionne dans tout l'écosystème Android. Mais selon l'analyste d'IDC, la vraie préoccupation est ailleurs.

Les développeurs plutôt que de faire l'effort d'optimiser une application pour tirer parti des différents scénarios matériels, vont répondre au plus petit dénominateur commun. Ce qui finira par dégrader l'expérience globale et nuira à Android en réduisant son potentiel. Selon Al Hilwa « ce n'est pas irrémédiable, mais c'est comme demander à un cargo pétrolier de modifier sa route, il faut une intervention ferme et durable de la part de Google pour redresser la situation." 

Scott Schwarzhoff, vice-président du marketing chez Appcelerator, souligne qu'il existe plusieurs niveaux de fragmentation pour les développeurs d'applications en général. Un développeur doit faire face à la fragmentation au niveau des ...

Image D.R.



... systèmes d'exploitation  - Android par rapport à iOS d'Apple versus Windows Phone 7 - plus la fragmentation des différentes versions d'Android en fonction de la plate-forme matérielle et du fabricant ; une fragmentation au niveau des compétences lors de la programmation - Java par rapport à Objective-C versus .Net; fragmentation au niveau du périphérique - smartphone versus tablette ; et fragmentation au niveau de la distribution - App Store versus Android Market versus MarketPlace sans parler des plates-formes alternatives de vente d'applications Android telles qu'Amazon par exempe. 

« Dans ce contexte, le risque pour un développement d'application mobile est extrêmement élevé, si un développeur ne s'arrange pas pour mieux organiser et optimiser ses équipes et pour construire une architecture mobile intégrée capable d'évoluer pour répondre aux problèmes de fragmentation évoqués, » explique-t-il. 

Google a déjà plus ou moins admis que le terme «ouvert» est plus un buzz marketing qu'une culture pour Android. Il est «ouvert» par rapport à iOS d'Apple, mais ne s'ouvre pas dans le vrai sens d'un projet Open Source, ouvert aux ajouts de développeurs tous azimuts. Google continue d'ailleurs de contrôler le code source, comme il décide de la sortie et de la distribution des nouvelles versions.

Cependant, Google doit travailler plus étroitement avec les fournisseurs de terminaux tournant sous Android et établir des contraintes matérielles minimales pour les appareils. Il doit inciter aussi à une plus grande cohérence dans la livraison des mises à jour de son système d'exploitation, de sorte que les développeurs d'applications Android n'aient pas à subir cette multiplicité d'options possibles, très déroutantes pour eux.

BlackBerry envisage de céder son activité messagerie

Le 12 août dernier, BlackBerry annonçait la création d'un comité spécial pour trouver une stratégie de survie. Vente 

le 28/08/2013, par D.B., 125 mots

Le clavier reste exigé avec les tablettes tactiles

Selon le cabinet Forrester, deux tiers des professionnels veulent un vrai clavier avec leurs tablettes tactiles. La tablette tactile comporte normalement un clavier virtuel sur l'écran lorsqu'il est nécessaire ...

le 26/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, 207 mots

Smartphone sous Ubuntu : échec du financement du projet

La campagne de levée de fonds pour produire le smartphone Edge sous Ubuntu n'a pas abouti Canonical n'a pu réunir que 13 millions de dollars auprès des internautes alors qu'il  comptait sur 32 millions de dolla...

le 23/08/2013, par Véronique Arène avec IDG News Service, 339 mots

Dernier dossier

Spécial Mobile World Congress 2014

De la masse d'informations disponibles sur le Mobile World Congress (MWC) 2014 à Barcelone, nous avons extrait une synthèse en prenant comme angle les informations destinées aux clients entreprises, aux architectures réseaux, à la gestion des flottes mobiles et à leur sécurité. Un dossier réalisé avec la rédaction d'IDG News Service. Réseaux & ...

Dernier entretien

Erwan le Duff

Directeur de la division télécoms et média Europe et coordonateur monde du secteur télécoms de Capgemini

« Capgemini commercialise une version de Joyn conçue avec Orange »