Après 5 ans, Gmail n'est plus Beta et gagne en crédibilité auprès des entreprises - Actualités RT Messagerie

Après 5 ans, Gmail n'est plus Beta et gagne en crédibilité auprès des entreprises

le 08/07/2009, par Vivien Derest avec IDG news service, Messagerie, 354 mots

Gmail, Google Calendar, Google Docs et Google Talk ne sont plus des produits Beta, a annoncé Google le mardi 7 juillet. Un simple changement sémantique qui pourrait augmenter la crédibilité de Gmail auprès des entreprises.

Après 5 ans, Gmail n'est plus Beta et gagne en crédibilité auprès des entreprises

Après 5 ans, Google a annoncé le mardi 7 juillet que son service de messagerie en ligne n'est plus à l'état de Beta. Google Calendar, Google Docs et Google Talk ont eux aussi été débarrassés de leur étiquette 'Beta' mardi, alors que Google mettait à jour les éléments de sa suite GAPE (Google Apps Premier Edition) vers un statut 'produit fini'. Pour autant, produit fini ne veut pas dire développement terminé. « Vous continuerez à voir ces applications évoluer et se doter de nouvelles fonctionnalités, mais ces dernières seront testées de manière très approfondies avant d'être implémentées. », précise Rajen Sheth, Chef de produit chez Google Apps. C'est au niveau entreprise que ce changement pourrait avoir le plus d'impact, l'étiquette Beta en refroidissant plus d'une. « Pour beaucoup trop d'entreprises intéressées commercialement par Gmail, la mention 'Beta' était comme un néon qui clignotait 'Amateur, amateur, ...' », fait remarquer Matt Cain, analyste Gartner. « Les entreprises ne veulent pas mettre les parties les plus critiques de leur communications sur un code Beta. Supprimer cette étiquette enlève l'un des plus gros obstacle qui empêchaient encore Google de s'attaquer aux entreprises. » Gmail et Google Calendars disposent depuis 6 mois d'un support hors-ligne, d'un accès BlackBerry, de l'intégration des listes de contacts et du support du logiciel Outlook. D'un point de vue sécurité, l'acquisition de Postini en 2007 répond au besoin des entreprises. Google y ajoute aujourd'hui des fonctionnalités à but professionnel, telles que la réplication de messages. Dans les semaines à venir, il sera possible de déléguer son compte mail à des assistants, et de mettre en place des politiques de conservation de mails. Ces nouvelles fonctionnalités n'auront pas de conséquences sur le prix actuel de GAPE (50 dollars par utilisateur. « Bien qu'ayant commencé un peu lentement dans le marché de l'e-mail commercial, Google apprends vite et prends de l'inertie. Dans 2 ans, ça sera un vrai, crédible et agressif concurrent pour Microsoft et IBM. », estime Matt Cain, analyste Gartner. Photo : IDG News Service

Interview de Patrick Bergougnou, Pdg de Cirpack

Réaliser des échanges sans qu'aucun plugin ne soit nécessaire, tel est l'avantage du WebRTC (Web Real-Time Communication, pour : communication web en temps réel). Les grands opérateurs s'y intéressent de près...

le 05/05/2015, par Didier Barathon, 537 mots

StarLeaf se développe en France pour bousculer le marché de la...

Skype, Lync, Webex, Chromebox for meetings, plusieurs solutions de grands acteurs tentent de simplifier la visioconférence. Avec son profil de start-up, l'anglais StarLeaf a l'intention de les...

le 24/04/2015, par Didier Barathon, 363 mots

AT&T entrouvre la porte aux plateformes UC comme Lync ou Jabber

AT&T a lancé jeudi « UC Federation service » qui autorise une communication ouverte, avec des plates- formes de communication unifiées externes, à certaines conditions. Cette initiative d'ATT permet...

le 23/01/2015, par Stephen Lawson, adaptation Didier Barathon, 387 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »