BeWip surfe sur la convergence fixe mobile - Actualités RT Convergence

BeWip surfe sur la convergence fixe mobile

le 17/11/2006, par Eddye Dibar, Convergence, 572 mots

BeWip surfe sur la convergence fixe mobile

«J'ai eu cette vision de la convergence fixe mobile il y a plus de 4 ans», révèle Thierry Zucchi, p-dg et fondateur d'Aliantiz. Cette société placée sous l'aile et dans l'ombre de Microsoft, conçoit et développe des logiciels, notamment BeWip (Be Wireless Internet Phone), qui est au coeur de sa stratégie Internet et télécommunications mobiles. «Nous avons développé ce produit pour adresser la facette de la convergence fixe mobile qui intéresse les opérateurs au sens large, qu'ils soient mobiles, Internet, réels, virtuels ou historique», indique-t-il. BeWip est une plate-forme logicielle composée de deux modules. D'une part, BeWip Softphone, logiciel embarqué dans un terminal dual-mode Wifi et GSM. D'autre part, BeWip Services, ensemble de logiciels sous forme de services, typiquement hébergés et opérés par les opérateurs. La solution BeWip s'intègre de façon transparente au sein de leurs infrastructures SIP/IMS, qu'elle ne remplace en aucun cas. «Nous sommes compatibles avec les standards du marché, notamment avec le protocole SIP et ses différentes RFC (Request For Comments, ndlr), définies par l'IEEE, assurant l'interopérabilité de notre produit avec les équipements d'infrastructure de nombreux constructeurs comme Thomson, Comverse, Nortel, Cisco », précise Thierry Zucchi. «BeWip ne créé pas de rupture technologique. Nous sommes dans une logique de continuité. Skype, par exemple, a fait le choix de promouvoir sa propre technologie de voix sur IP sans intelligence dans le réseau. Notre approche est médiane car notre logiciel est intégré dans l'infrastructure, ce que ne peuvent pas faire Skype et les infrastructures actuelles», illustre le p-dg d'Aliantiz. Autre différence, Skype ne peut être déployé sur des smartphones qui n'offrent pas assez de puissance pour son fonctionnement. De plus, il ajoute une interface utilisateur supplémentaire en plus de celle du terminal. A contrario, BeWip Softphone fonctionne sur une large panoplie de terminaux, allant du smartphone au pdaphone. Il unifie l'accès aux services 2G, 3G ou SIP via une interface utilisateur unique. Vulgariser la convergence fixe mobile «En regard de sa simplicité d'usage et de son accessibilité via des terminaux économiques, BeWip va démocratiser l'accès aux services de convergence fixe mobile en l'offrant au marché de masse», assure Thierry Zucchi. En fonction du réseau disponible, le système propose les services avec lesquels les utilisateurs peuvent être joints. BeWip pilote l'accès au réseau 2G, 3G, VoIP SIP et choisit le moins cher, grâce à la couche « Media Manager » du logiciel. «L'utilisateur n'a pas à se poser de question. Il faut banaliser l'accès, optimiser la joignabilité tout en minimisant les coûts et en maximisant la qualité de service», résume Thierry Zucchi. «Début 2007, BeWip, qualifiera, de façon régulière, la qualité de service sur les réseaux des deux interlocuteurs, en terme de bande passante disponible et de latence. Si ces caractéristiques ne sont pas suffisantes, BeWip routera l'appel via un autre réseau», explique-t-il. Ce service sera une brique logicielle intégrée aux BeWip Services. De plus, au cours du premier trimestre 2007, BeWip sera doté d'un service de présence d'utilisateur temps réel. «Nous sommes convaincus que la détection de présence des utilisateurs est un axe stratégique dans la promotion des services WiFi Internet SIP» certifie Thierry Zucchi. Ce dernier se justifie en soulignant que 30 à 40% des appels GSM pourraient être passés depuis un téléphone fixe. BeWip Softphone supporte de nombreux constructeurs de téléphones utilisant Windows Mobile. Aliantiz prévoit une intégration prochaine ave le système d'exploitation Symbian. Le grand public et les opérateurs peuvent télécharger le softphone dans une version d'évaluation gratuite mais limitée dans le temps et fonctionnellement.

Juniper et Lenovo préparent une solution commune d'hyperconvergence

Lenovo ajoute une troisième corde à son arc, après les PC, puis les serveurs, voici les datacenters et les solutions d'hyperconvergence. Une annonce faite la même semaine que celles de HP qui ambitionne de...

le 14/03/2016, par Chris Joueur / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 380 mots

Cisco annonce une nouvelle solution de connexion pour l'Internet des...

Cisco Live Europe s'est tenu un mois après le sommet de Davos, rien de commun entre les deux, sauf le thème de la transformation digitale. Toutefois, celle-ci paraît difficile à engager pour beaucoup...

le 19/02/2016, par Zeus Kerravala / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 681 mots

Pourquoi les clients de VCE ne doivent pas avoir peur de la fusion...

Le rachat d'EMC et de ses filiales par Dell en 2015 pour la somme colossale de 67 milliards de dollars laisse place à plusieurs interrogations. La principale concerne, dans le domaine de l'infrastructure, la...

le 29/01/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 523 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »