Cloud public : Rackspace est à vendre, Cisco, AT&T et Red Hat parmi les favoris - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Cloud public : Rackspace est à vendre, Cisco, AT&T et Red Hat parmi les favoris

le 22/05/2014, par Didier Barathon, Cloud / Virtualisation, 656 mots

Rackspace qui se définit elle-même comme la spécialiste du cloud hybride a été créée en 1996. Aujourd'hui, la société s'est largement développée en dehors des Etats-Unis, en Australie et en Asie essentiellement.

Cloud public : Rackspace est à vendre, Cisco, AT&T et Red Hat parmi les favoris

Rackspace a ses racines dans l'activité d'hébergeur et s'est étendue ces six dernières années au cloud computing. L'entreprise est ainsi devenue synonyme d'OpenStack, la plateforme open source de cloud computing. Selon le New York Times, plusieurs offres de rachat sont parvenues aux dirigeants qui ont pris comme banque conseil, Morgan Stanley. Mais, si Racskpace est vendue (et il n'est pas certain que cela va réellement se passer), alors celui qui achète l'entreprise va racheter deux choses :

. des centres de données, donc des serveurs, des capacités et, bien sûr un excellent support. La société n'est pas entrée dans la course sur les tarifs ou dans une approche orientée services. Celui qui achète Rackspace achète en fait plusieurs datacenters (en photo).

Sur le même sujetCisco propose de nouveaux outils de migration vers ACI. OpenStack. Celui qui achète Rackspace entre fortement dans le monde OpenStack . Rackspace a basé son cloud public sur OpenStack et quoi qu'il advienne de Rackspace à l'avenir, cet avenir passe par OpenStack.

Plusieurs candidatures potentielles viennent à l'esprit (même si aucune déclaration officielle n'a été faite) :

Les acquéreurs naturels :

. Cisco

Cela aurait beaucoup de sens. Cisco a récemment annoncé une initiative majeure visant à mettre davantage l'accent sur le cloud computing. Son infrastructure UCS sert de base pour de nombreux clouds  privés. Mais, dans le cloud public, c'est une autre histoire. Rackspace présente donc un grand avantage pour Cisco. La société est très présente sur OpenStack son CTO pour le cloud Lew Moorman est vice-président de la fondation OpenStack. Dernier point : Cisco  a largement les moyens de financer l'opération.

. AT&T

Il y a trois ans, Verizon, concurrent d'AT&T a fait une entrée fracassante sur le marché du cloud en rachetant Terremark. Ne serait-il pas temps pour AT&T d'acheter un fournisseur de cloud maintenant ? Les mariages entre entreprises de télécommunication et fournisseurs de cloud public ont du sens, les telcos fournissent le réseau, les spécialistes du cloud s'ocupant du client final.  AT&T est déjà «corporate sponsor» d'OpenStack.

Les acquéreurs moins évidents :

. Red Hat

Comme Cisco, Red Hat et un spécialiste du cloud privé et un acteur important d'OpenStack. Il pourrait s'intéresser au cloud public, même si ce n'est pas si naturel que celà pour lui. Red Hat peut très bien continuer à tirer parti de la vente de licences Red Hat Enterprise Linux pour plusieurs fournisseurs de cloud public. 

. Facebook

S'ils ont acheté WhatsApp 19 milliards de dollars, les dirigeants de Facebook peuvent être tentés de mettre la main sur Racskapce, ce serait pour eux une véritable aubaine. Facebook est en train de construire de nouveaux centres de données à gauche et à droite et Rackspace est justement une société de centre de données. Ce n'est pas un choix naturel, mais Facebook aime l'open source et a l'argent pour faire à peu près tout ce qu'il veut.

Les acquéreurs improbables :

IBM , HP ou Dell

IBM aurait été un acquéreur solide il y a deux ans, mais il a acheté SoftLayer. Dell a décidé de se concentrer sur des clouds privés tout en ayant un réseau de fournisseurs de cloud public. Dell a peu de chance de changer de stratégie, mais le fait s'est déjà produit. HP a par exemple rebaptisé ses initiatives  dans le cloud autour de la marque Helion. Dell a un impressionnant bilan sur les centres de données, acheter Rackspace serait une simple extension.

Et si Rackspace n'était pas vendu

Peut-être que Rackspace ne sera finalement pas vendu et s'impliquera dans un partenariat stratégique avec une autre entreprise. Peut-être prendra-t-il exemple sur Dell pour redevenir privé. De toute façon, Rackspace est sous pression. Ses actions dégringolent (baisse de moitié en valeur en moins d'un an)  et Amazon Web Services, Google, Microsoft, IBM, Verizon et VMware accélèrent le rythme. Les clients de Rackspace n'ont pas besoin de trop s'inquiéter, leur service ne va pas disparaître.

Cisco et AWS se rapprochent pour mieux gérer les clusters de...

Cisco et Amazon Web Services (AWS) prévoient de lancer ensemble une plateforme pour rationaliser le développement et la gestion d'applications conteneurisées basées sur Kubernetes. Selon Cisco et AWS, grâce à...

le 12/11/2018, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 980 mots

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Deutsche Telekom lance une offre de cloud public pour toute l'Europe

Comme prévu, l'opérateur historique allemand a lancé son offre de cloud public lors du Cebit, lundi. Cette offre vise ouvertement AWS, elle est réalisée en association avec Huawei qui fournit les serveurs....

le 15/03/2016, par Didier Barathon, 410 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »