Cloud Week : 53% des entreprises ont modifié en profondeur leur organisation informatique - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Cloud Week : 53% des entreprises ont modifié en profondeur leur organisation informatique

le 16/07/2015, par Didier Barathon, Cloud / Virtualisation, 723 mots

Pour sa première édition, la Cloud Week, qui s'est tenue du 6 au 10 juillet dernier,  a donné la parole en 5 jours à tous les secteurs du cloud computing, la dernière session étant dédiée aux utilisateurs. Pour les DSI, le cloud est le moyen de retrouver un rôle de pivot dans la transformation digitale de leur entreprise.

Cloud Week : 53% des entreprises ont modifié en profondeur leur organisation informatique

Le cloud computing représente près de 15% de la dépense informatique en France devait rappeler Didier Krainc, directeur général d'IDC France. Il est divisé en trois parties : cloud public, cloud privé installé, cloud privé externalisé qui représentent respectivement en 2015 1,7 milliard d'euros (+27%), 710 millions (+19%), 656 millions (+36%). C'est 3,8% de la dépense informatique globale pour le cloud public, 1,6% pour le cloud privé installé, 1,5% pour le cloud privé externalisé.

Derrière ces chiffres, se profile une idée essentielle : la transformation des DSI elles-mêmes. Sous la poussée de la transformation digitale et de son bras armé, le cloud computing, 53% des entreprises ont modifié en profondeur leur organisation informatique, souligne Didier Krainc. 27% la préparent, 22% sont en réflexion. Au détour d'un slide, on trouve même ce chiffre couperet : 37% des entreprises ont changé de DSI pour passer à la transformation digitale ! 

Un groupe de travail au Cigref

« Avec la transformation digitale, le changement de culture impacte très clairement la DSI », relève Didier Krainc. Le Cigref s'est d'ailleurs saisi du sujet, en créant un groupe de travail qui recense les usages en cours dans les grandes entreprises. Un rapport sera élaboré d'ici la fin de l'année. Olivier Ligneul, à la fois Directeur Technique & Sécurité et RSSI du Groupe EDF, a donné quelques indications sur les échanges au sein de ce groupe de travail qui place au centre l'évolution du DSI. Il devient un broker de services pour les directions métiers qui initient des solutions en SaaS et reste dans son rôle pour le IaaS, où les problématiques réseaux relèvent toujours de son domaine de responsabilité. En dehors du SaaS et du IaaS, Olivier Ligneul et ses collègues voient émerger la possibilité d'utiliser des « conteneurs as a service ».

Un exemple de cette transformation de la DSI et du passage au cloud computing était donné par Jérôme Kevers-Pascalis, DSI et membre du comité exécutif d'UP Group (l'ex Chèque Déjeuner) depuis octobre 2013. Un groupe implanté aujourd'hui dans 17 pays avec près de cinquante filiales. La DSI groupe compte deux activités, l'IT classique et la monétique. Deux fronts pour la DSI, le premier où le groupe a unifié ses systèmes de messagerie en un seul avec Office 365, un autre à ouvrir avec la dématérialisation du titre de paiement, Up Groupe va créer une plate-forme apte à gérer les futures cartes. Le groupe prépare également un projet de BI avec Azure de Microsoft et un éditeur peu connu en France, l'américain Adaptive Insights.

Comment la DSI se transforme

Auparavant, chez UP Group, le SI servait de support aux métiers internes, avec les grands chantiers : CRM, ERP, messagerie. De plus en plus, il est partie intégrante de l'activité, si elle ne fonctionne plus c'est une rupture dans le service rendu au client, d'où les notions de criticité et de fiabilité mises en avant. La DSI se transforme également dans ses structures comme le relève Didier Krainc. Chez Up Group, elle comprend  par exemple un département d'orchestration globale et d'optimisation des systèmes, un autre pour la sécurité, un département grands projets, enfin, un service de delivery management, chargé de vérifier si le niveau de service est bien conforme à ce qui est demandé. Ce service impose ses règles aussi bien en interne qu'en externe.

La relation avec les fournisseurs est l'autre volet clé de la transformation de la DSI. « On commence à externaliser une partie de nos infrastructures, note Jérôme Kevers-Pascalis, qui nous coûte cher. Il nous faut un très haut niveau de disponibilité et de SLA avec une grande fluidité de la production». Up Group s'appuie sur IBM pour bâtir un cloud privé sur AS/400 (System i5, mais tout le monde garde l'ancienne dénomination).

Les DSI sont ainsi confrontées à de nouvelles procédures d'engagement vis-à-vis de leurs fournisseurs et hébergeurs. Les contrats, leur nature et leur durée, la facturation, les procédures d'achat, les garanties en matière de sécurité et de qualité des réseaux diffèrent. C'est aussi un moyen pour les DSI de faire valoir en interne leur expertise et de retrouver un rôle pivot.

En photo : Olivier Ligneul, porte-parole du groupe de travail du Cigref sur le cloud computing

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Deutsche Telekom lance une offre de cloud public pour toute l'Europe

Comme prévu, l'opérateur historique allemand a lancé son offre de cloud public lors du Cebit, lundi. Cette offre vise ouvertement AWS, elle est réalisée en association avec Huawei qui fournit les serveurs....

le 15/03/2016, par Didier Barathon, 410 mots

euNetworks relie 240 datacenters en Europe et se développe en France

Les opérateurs d'infrastructure indépendants luttent pour leur indépendance face à la concurrence des grands opérateurs et aux tentatives de rachat dont ils sont l'objet. euNetworks est un opérateur de réseau...

le 08/02/2016, par Didier Barathon, 378 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »