Comment Cisco assure sa propre transformation numérique - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Comment Cisco assure sa propre transformation numérique

le 05/11/2015, par Clint Boulton CIO, Cloud / Virtualisation, 880 mots

Parler de transformation numérique chez ses  clients est une chose, se l'appliquer à soi-même en est une autre. Chez Cisco, la DSI et toute l'équipe de direction veulent que l'entreprise passe au numérique afin de mieux atteindre ses résultats, plus vite et moins cher.

Comment Cisco assure sa propre transformation numérique

Dans le cadre de ses efforts de transformation numériques, Cisco veut  automatiser ses processus commerciaux  et mieux calculer le coût des prestations informatiques réalisées pour les départements commerciaux. Ceci afin d'assurer plus de responsabilité dans chaque service de l'entreprise. Cette nouvelle stratégie, appelée business outcome assurance, est l'un des impératifs stratégiques assignés au nouveau DSI, Guillermo Diaz, chargé d'engager une meilleure efficacité opérationnelle sous la houlette du nouveau PDG Chuck Robbins et de la vice-présidente chargée des opérations Rebecca Jacoby, que Guilermo Diaz a remplacée en tant que DSI, au mois de juin dernier.

L'initiative, implique les activités placées sous l'autorité du DSI et se fonde sur des travaux antérieurs du géant des réseaux, destinés à calculer le coût de fonctionnement du serveur, du stockage, des réseaux et des applications qui sont le carburant de l'entreprise. "Ce que que nous avons fait pour numériser ce type 'information, nous allons maintenant le faire passer dans les structures de l'entreprise", lance Guillermo Diaz.

Les avancées dans le mobile, les technologies de cloud computing et d'analyse créent de nouvelles opportunités pour l'automatisation, estime également Cisco dans sa quête pour exploiter la technologie comme un avantage concurrentiel. Rebecca Jacoby et Guillermo Diaz ont passé les dernières années sur l'accélération du rythme de la prestation de services IT, la simplification des structures de coûts destinées aux patrons des unités d'affaires pour leur montrer quelle est la valeur qu'ils obtiennent avec les technologies qu'ils ont achetées.

Chuck Robbins transforme la DSI

"Il faut être capable de définir ce que vous livrez pour contribuer à la valeur à l'entreprise", explique le nouveau DSI. Grâce à ce modèle "d'opérations en tant que service", Chuck Robbins souhaite que son DSI  démontre, avec des données de haut niveau, le résultat, non seulement des services IT, mais de tous les process d'entreprise dont ces services IT sont le sous-bassement.

Guillermo Diaz a offert un exemple pratique de ce concept assez abstrait avec la gestion des commandes. Supposons qu'un client qui a commandé un routeur Cisco, via la plate-forme de commerce électronique du constructeur, souhaite ajouter un module ou une autre personnalisation pour l'équipement. Dans l'ancien modèle, l'équipe opérationnelle Cisco aurait déjà mené un certain nombre de processus manuels et de changements de politiques pour assurer que le produit a été livré comme prévu. Cela pourrait prendre plusieurs semaines. En utilisant une plate-forme logicielle intégrée et personnalisée, avec le logiciel d'analyse Apptio, que l'entreprise a initialement utilisé pour suivre les coûts IT, Cisco a désormais automatisé ces changements ainsi que la mise à jour de la commande à la volée. Un processus qui prenait autrefois trois à quatre semaines et qui a été réduit à trois ou quatre minutes.

Les changements sont accompagnés d'une autre approche comptable, plus complète, qui tient compte du "coût total des marchandises vendues" pour livrer les commandes, il inclut toutes les technologies utilisées pour fournir un service, telles que le partage de fichiers à partir de Box ou du CRM de Salesforce. Si une business unit demande un nouveau service de cloud computing, l'informatique doit le livrer. Mais avant, il faut démontrer les avantages commerciaux, du service cloud. "Si je vous donne X, vous devez être en mesure de donner Y à l'entreprise ", explique Guillermo Diaz. " Vous devez vous assurer que vous vendez plus rapidement, que vous réduisez bel et bien les coûts ou que les marges sont améliorées plus rapidement. C'est tout simplement ce que Chuck veut voir".

Un nouveau sens des responsabilités

Cette approche répond au rêve de tout responsable IT : avec un bon suivi des coûts de la prestation de service, la business unit est responsable pour les services qu'elle consomme et pour les résultats qu'elle cherche à atteindre. Près de 20 projets issus de de différentes business unit, y compris la gestion des ressources humaines, utilisent actuellement cette plate-forme.

Cisco effectue d'autres réglages. Par exemple, en personnalisant son logiciel Oracle pour les finances, les achats, la gestion des commandes et la comptabilité avec 15 à 20 petites remises à jour chaque année au lieu de deux grands lancements par an. Ce qui a augmenté la vitesse de livraison des logiciels Cisco de 78% par rapport aux méthodes antérieures.
Ce modèle de prestation en continu a ses propres enjeux. Guillermo Diaz cite l'incorporation des politiques de sécurité dans toutes les offres de service, la seule voie raisonnable pour protéger les données avec des services automatisés. Il insiste sur le fait que les lignes d'affaires de Cisco doivent accélérer la fourniture des produits et services qu'elles demandent.

Pour s'assurer que tout le monde est sur la même ligne, des équipes composées de 10 à 12 dirigeants de business unit se réunissent tous les six semaines pour plancher sur diverses approches, telles que la façon dont la société mène son modèle de prestation continue. "La rapidité n'est pas le seul critère, vous devez vous assurer de la qualité, de la résilience, de la conformité et de la sécurité".

En photo : Guillermo Diaz, nouveau DSI de Cisco réaligne tous les développements internes, "c'est ce que Chuck (Robbins, nouveau CEO) veut"

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Deutsche Telekom lance une offre de cloud public pour toute l'Europe

Comme prévu, l'opérateur historique allemand a lancé son offre de cloud public lors du Cebit, lundi. Cette offre vise ouvertement AWS, elle est réalisée en association avec Huawei qui fournit les serveurs....

le 15/03/2016, par Didier Barathon, 410 mots

euNetworks relie 240 datacenters en Europe et se développe en France

Les opérateurs d'infrastructure indépendants luttent pour leur indépendance face à la concurrence des grands opérateurs et aux tentatives de rachat dont ils sont l'objet. euNetworks est un opérateur de réseau...

le 08/02/2016, par Didier Barathon, 378 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »