Comment les administrateurs réseau peuvent survivre au SDN - Actualités RT Réseaux

Comment les administrateurs réseau peuvent survivre au SDN

le 13/02/2015, par Jim Duffy IDG NS, adaptation Didier Barathon, Réseaux, 1120 mots

Dans un monde centré sur le logiciel, les administrateurs réseaux sont menacés par l'arrivée du SDN et des DevOps. A moins que l'acquisition de nouvelles compétences et leur connaissance de l'architecture réseau existante ne leur permette de démontrer leur valeur.

Comment les administrateurs réseau peuvent survivre au SDN

Avec l'avènement du SDN, beaucoup de spéculations éclatent sur l'avenir du métier d'administrateur réseau. Certains prophètes de malheur prédisent son obsolescence, la virtualisation de réseau leur enlève la responsabilité d'administrer les serveurs ou les systèmes. Les applications SDN prennent plus d'intelligence réseau afin de programmer les ressources dont ils ont besoin, les développeurs d'applications peuvent alors endosser le rôle d'administrateur réseau.

Mais ces derniers pourraient profiter de l'arrivée du SDN et des DevOps pour donner plus de valeur à leur fonction. Ils pourraient prendre cette nouvelle vague et montrer aux services IT les nouveaux outils et les capacités dont ils disposent pour gérer et contrôler le réseau. Ces administrateurs réseau pourraient également jouer un rôle prépondérant dans l'intégration du nouvel environnement SDN / DevOps dans le réseau existant. Même si le SDN devrait à terme remplacer les réseaux traditionnels, pendant des années coexisteront le SDN, les réseaux hybrides existants et les applications et services qu'ils supportent.

« Bien que les responsabilités évoluent et que certaines tâches sont appelées à disparaître, les équipes chargées de l'infrastructure et de l'exploitation auront toujours besoin d'administrateurs réseau », explique André Kindness (en photo), analyste chez Forrester. « Et même si une entreprise avait une infrastructure 100% SDN, elle aurait toujours  besoin de quelqu'un pour déployer, gérer et dépanner l'infrastructure réseau, une combinaison de solutions SDN, de logiciels, de matériels, de services WAN et de technologies adjacentes ».

Appréhender de nouvelles compétences et de nouveaux outils

« La virtualisation des serveurs pourrait-elle tuer les administrateurs systèmes ? Non, mais elle devrait conduire à une certaine évolution dans l'approvisionnement, la gestion et l'automatisation », explique Brent Salisbury, l'un des fondateurs de la start-up SocketPlane. « Il est raisonnable de s'attendre à la même modification progressive dans le travail des professionnels des réseaux au cours de la prochaine décennie ». Ce changement sera nécessaire pour les administrateurs réseau s'ils veulent rester pertinents dans un monde centré sur le SDN et les DevOps, ils doivent appréhender de nouvelles compétences et de nouveaux outils. Ont-ils besoin d'apprendre la programmation de logiciels ? Cela dépend de la manière dont ils veulent être enracinée et pertinents dans ce nouveau monde.

La convergence du développement d'applications et de la virtualisation de réseau, provoquée par les DevOps et le SDN peut amener ces deux disciplines à  former un seul domaine de contrôle, comme l'ont fait les développeurs d'applications ou les administrateurs de serveurs. Depuis que de plus en plus de configurations réseau et d'informations de niveau de service sont intégrées dans l'application sous le modèle SDN, les personnes qui en sont responsables peuvent être administrateurs du serveur ou développeurs de l'application. Mais ces changements potentiels en matière de responsabilité dépendent aussi des capacités du réseau sous-jacent. Et peu importe ce qui est déployé sous le processus SDN / DevOps, il devra coexister avec la technologie existante et l'utiliser comme base pour de nombreuses années. Le gardien de ce réseau fondamental est l'administrateur du réseau.

« Un réseau SDN d'entreprise ne va pas se faire du jour au lendemain», selon André Kindness. « Cela va prendre une vingtaine d'années en  processus  pour effectuer la transition des réseaux et des mentalités. À tout le moins, les entreprises auront toujours besoin d'administrateurs réseau pour maintenir l'existant ». Alors que les administrateurs des serveurs et des applications vont apprendre les tenants et les aboutissants du SDN et des DevOps et comment lier le tout aux VM et aux applications, ils n'auront pas le temps d'apprendre ce que l'administrateur réseau sait déjà de l'infrastructure existante. Sachant qu'il sera important de lier le comportement du réseau, aux exigences spécifiques de l'application.

Une compréhension profonde du réseau existant sera également nécessaire quand des problèmes surgiront dans le logiciel. Et les problèmes surgiront, d'autant plus que le réseau devient plus axé sur des politiques de sécurité et plus dépendant d'elles.

Quand la sécurité du réseau devient primordiale

Les administrateurs réseau sont toujours nécessaires pour surveiller et dépanner le réseau, pour s'assurer que les politiques axées sur les applications interagissent de façon transparente et ne perturbent pas l'exploitation du réseau. Et quand cette transition axée sur les applications se met en place, la sécurité du réseau devient primordiale. Il faut s'assurer que les politiques en matière d'applications ne perturbent pas celles basées sur la sécurité, ce qui nécessite quelqu'un disposant d'une compréhension profonde à la fois de l'infrastructure réseau, de l'architecture de sécurité et de tout impact potentiel qu'un nouveau modèle opérationnel pourrait présenter.

Tout cela bien sûr, va à l'encontre de ceux qui assurent que le SDN signifie que tout spécialiste des serveurs ou des applications peut maintenant administrer le réseau. Ce sont les mêmes qui vous expliquent que, tout comme la virtualisation des serveurs, la configuration et l'exploitation d'un SDN ne nécessitera pas un spécialiste certifié CCIE (Cisco Certified Internetwork Expert) ou disposant de toute autre certification.

Ils affirment leur point de vue en démontrant que les outils d'automatisation populaires, comme Puppet ou Chef, permettent déjà aux administrateurs de serveurs de provisionner les ressources réseau par eux-mêmes. Et les développeurs d'applications peuvent utiliser les orchestrateurs SDN pour documenter non seulement ce dont ils ont besoin à partir du réseau, mais aussi ce dont ils ont besoin à partir des baies de stockage, des serveurs, des hyperviseurs et des serveurs de sécurité et de conformité.

Les vertus de l'expérience

«Les jours sont comptés pour l'approvisionnement par e-mails, perdu dans la boîte de réception de quelqu'un, pour les tickets d'incidents où le signal s'éteint une fois par semaine ou par mois, autant de freins  à la productivité des entreprises », explique  Brent Salisbury. « Mais lorsque ces services sont interrompus, vous pouvez parier que le novice en matière de réseau ne saura pas détecter l'aiguille dans la botte de foin aussi vite que l'ingénieur réseau expérimenté».

Les ingénieurs réseau avec des compétences en programmation peuvent être les mieux adaptés pour s'assurer que l'environnement SDN / DevOps fonctionne correctement. L'administrateur de serveurs et le développeur d'application peut définir ce dont l'application ou la charge de travail ont besoin, mais l'administrateur réseau, lui, peut s'assurer du fonctionnement jusqu'aux terminaux.

Brent Salisbury recommande aux administrateurs réseau de se concentrer sur : la construction de blocs logiciels SDN et DevOps,  Linux, l'approvisionnement Puppet et Chef,  les scripts Python, et les projets d'approvisionnement et d'orchestration populaires tels que Docker pour les conteneurs et OpenStack pour les machines virtuelles. Donc, au lieu de se sentir menacés par le SDN et les DevOps, les administrateurs réseau ont une opportunité pour démontrer leur valeur. Ils deviendront pertinents dans un monde centré sur le logiciel, contrairement à ce que beaucoup leur prédisent.

Arista lance son routeur 7500R en se basant sur FlexRoute et Jericho

Après ses succès dans la commutation pour centres de données, Arista s'attaque de plus en plus au routage. Une offensive directement dirigée contre les bases installées de Cisco et Juniper. Arista a lancé...

le 31/03/2016, par Jim Duffy / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 392 mots

Lors de son Partner Summit, Cisco met l'accent sur les centres de...

Rachat de CliQr, entrée dans l'hyperconvergence, lancement de Digital Network Architecture : c'était les 3 grands thèmes du Partner Summit de Cisco. Réuni à San Diego la semaine dernière les partenaires...

le 07/03/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 551 mots

NextiraOne change sa gouvernance et mise sur la sécurité

NextiraOne réunit en kick-off l'ensemble de ses 1300 salariés cette semaine. L'occasion de tourner la page des années noires. Repris par Walter Butler au mois de juin dernier, NextiraOne se réorganise, du...

le 19/01/2016, par Didier Barathon, 319 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »