Comment réussir l'innovation ? La réponse par les lauréats des trophées CIO LMI - Actualités RT Infrastructure

Comment réussir l'innovation ? La réponse par les lauréats des trophées CIO LMI

le 12/12/2012, par Bertrand LEMAIRE, Infrastructure, 1791 mots

Six managers, DSI, DG ou ingénieur, champions de l'innovation donnent leur vision du management de projets qui font appel à l'informatique et au numérique. Ils ont été distingués lors de la douzième édition des Trophées CIO et du  Monde Informatique qui s'est déroulée le 20 novembre 2012 au Pavillon Dauphine à Paris.

Comment réussir l'innovation ? La réponse par les lauréats des trophées CIO LMI

Le 20 novembre 2012, CIO et Le Monde Informatique ont décerné les 12èmes Trophées des Managers de l'IT. A cette occasion, les lauréats ont donné leur vision des enjeux et des recettes à appliquer afin de réussir des projets où l'informatique et le numérique font bouger les lignes.



S'adapter aux nouveaux modes de consommation

Bruno Patino, Directeur général délégué au développement numérique et stratégie de France Télévisions et directeur de France 5 a reçu le Trophée du Stratège.  Ce trophée distingue celui qui élabore une vision du système d'information pour bâtir l'entreprise numérique des années à venir. 



De fait, France Télévision réalise actuellement le virage de la numérisation avec toutes ses conséquences. Le groupe s'adapte à la dé-linéarisation de la consommation audiovisuelle, au développement de l'interactivité avec son public ou à la multiplication des types de terminaux utilisés pour recevoir les émissions.

Le directeur de France 5 résume ainsi l'enjeu : « La télévision va sortir de plus en plus du téléviseur. Cinq heures devant l'écran, en pratique, ça va être cinq heures devant des écrans variés comme la télévision, le PC, le smartphone, la tablette. Dans les moments que les utilisateurs vont choisir, sur l'écran qu'ils auront choisi à ce moment là, et jamais nous ne pourrons décider de leurs usages à leurs places. » La télévision doit donc s'adapter sans cesse à une révolution qui ne sait pas elle-même où elle va.

Accompagner les usages 



Dans ce type de révolution, l'un des grands défis est de réconcilier les techniciens avec la culture des usages afin qu'ils accompagnent leur évolution. 

Traditionnellement, France Télévision réunit deux types de profils décrit Bruno Patino : les « saltimbanques » qui sont devant les caméras, et les « géomètres », c'est à dire les techniciens. La culture de back office de la télévision est donc extrêmement technique. 


Planifier à trois mois, pas plus






Planifier à trois mois, pas plus

La culture maison présente aussi une dimension peu pertinente fasse à cette révolution du numérique : celle des « grandes cathédrales qui font tout ». Or la numérisation implique la flexibilité, la fédération de micro-projets, c'est à dire l'inverse exactement des grandes cathédrales technologiques. « Ne planifions pas à dix ans, à cinq ans, mais à trois mois » plaide Bruno Patino.

Le directeur souligne qu'à tout moment, quelqu'un, quelque part, peut inventer un usage qui va se répandre et modifier les plans d'un fournisseur de contenus comme France Télévisions. Il en résulte un certain inconfort pour les équipes qui ne peuvent pas savoir de quoi demain sera fait. 

Accepter l'inconfort

Cet inconfort pour Bruno Patino, n'est pas un problème : « comme je le dis à mes équipes, il faut préserver notre zone d'inconfort et avoir, au sein même des équipes, des veilleurs qui vont dire que cela ne se passe plus comme on pensait que cela se passerait ». 

Cet inconfort entretenu est la base de l'agilité pour faire face aux révolutions du numérique. Pour Bruno Patino, « il faudrait que les DSI parlent en permanence à des sociologues pour connaître les émergences ». 



Cet inconfort peut être mal vécu. « Mais c'est la vie » s'exclame-t-il. La méthode nécessaire est donc d'accepter cet inconfort, cette remise en cause permanente des schémas pré-établis. Et d'y trouver du plaisir, de la passion. De quoi vivre des journées intéressantes. 



La remise du Trophée en vidéo





La gestion du changement plus complexe que la technique









La gestion du changement plus complexe que la technique


Konstantinos Voyiatzis, DSI de Nexans a reçu le Trophée de l'Excellence Opérationnelle. Ce trophée récompense le manager qui délivre le bon service, à la bonne personne, au bon moment et au bon prix.  Nexans est le leader mondial de la fabrication de câbles avec 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 90 sites et 25 000 collaborateurs dans le monde.

La DSI a déployé un Cloud mondial unique, situé en Europe dans lequel elle redéploie l'ensemble du système d'information.  Konstantinos Voyiatzis juge que le plus grand défi qu'il a eu à relever n'était pas technique. C'était « la gestion du changement, autant au niveau des utilisateurs qu'à celui des équipes informatiques. » La centralisation des applications dans un Cloud implique de nombreux changements qui ne sont pas seulement techniques. 

Les informaticiens ne font plus tourner les machines

« Il faut expliquer que le métier des informaticiens n'est plus de faire tourner des machines mais d'être au plus près des directions métiers pour les aider » poursuit Konstantinos Voyiatzis. 

Le DSI de Nexans observe, de ce point de vue, une grande différence avec ce qui se passe Outre-Atlantique. "J'ai vécu huit ans aux Etats-Unis et, là-bas, soit les gens changent, soit on change les gens" relève-t-il sobrement. Il poursuit, "En Europe, il faut travailler avec les gens, les faire évoluer beaucoup plus mais on voit aussi le fruit de cet effort car les gens sont plus motivés et travaillent très bien ».

Donner du temps au temps



Donner du temps au temps

La réussite suppose quelques bonnes pratiques. La première est de savoir laisser du temps au temps. « Si vous avez recours à un Cloud, par exemple, prenez le temps d'examiner en détail le contrat et de le discuter » conseille Konstantinos Voyiatzis. Il a été lui-même amené à commencer à travailler avec un prestataire sans que le contrat n'ait été signé, ni validé par le service juridique. Et certaines clauses lui ont posé des soucis.

Il faut également que le DSI connaisse bien l'écosystème dans lequel lui-même et son projet évoluent. Il note : « on sait souvent avec plus de précision ce qui est externalisé et chez qui,  que quel est le data center interne où sont hébergés tel programme ou telles données. »
La cartographie des applications demeure un pré-requis à toute transformation. De fait, la communication est encore trop souvent insuffisante ou négligée, y compris la communication au sein même de l'équipe informatique.

Expliquer comment chaque métier servira mieux ses clients

Lors de la transformation, selon les pays, les règles culturelles sont trop différentes pour qu'un cadre méthodologique général puisse être défini. Il y a cependant un principe sur lequel Konstantinos Voyiatzis n'a jamais renâclé : « aider chaque direction métier à comprendre comment elle va mieux servir ses clients internes ou externes. »

Un nouveau défi : la mondialisation

Nexans doit à présent relever un nouveau défi. Pour s'adapter à ses clients, Nexans était jadis organisé par pays car les grandes compagnies clients étaient elles-mêmes nationales comme dans le cas d'EDF ou de France Télécom. Or cette organisation nationale n'est plus de mise. « France Télécom/Orange est aujourd'hui présent dans de nombreux pays, EDF de la même façon » relève Konstantinos Voyiatzis.

Nexans va donc refondre autant son organisation que ses systèmes d'information pour une meilleure transversalité géographique. Mais cela n'est pas forcément simple. Certains clients mondiaux ont encore des systèmes nationaux et il faut donc conserver la capacité de se connecter à ces différents systèmes locaux. Comme le DSI de Nexans le note, « pour simplifier la vie de nos acheteurs, de nos vendeurs et de nos clients, je dois travailler avec les DSI de nos clients et partenaires. »

La remise du Trophée en vidéo

Faire oublier la technologie



Faire oublier la technologie

Autre qualité attendue d'un manager de projet IT ou numérique : l'innovation pure. C'est une situation de grande solitude car on est en général seul aux avants postes. 

Le trophée de l'innovateur récompense le manager qui a délivré un projet utilisant de manière inédite une technologie IT ou une technologie nouvelle pour créer de la valeur métier. Le lauréat est Mathias Herberts, « Ingénieur Disruptif » du Crédit Mutuel Arkea. La banque met en oeuvre un Big Data transverse en technologies Hadoop.

Encore une fois, le plus grand défi relevé par le lauréat a été humain. « Il a fallu mettre en place une plateforme technologique sans qu'elle apparaisse comme uniquement technologique » se souvient Mathias Herberts. 

Il lui a fallu éviter d'attirer trop l'attention tandis qu'il ajoutait un certain nombre de machines dans le Data Center de la banque, sans qu'aucun service ne soit disponible alors pour les métiers. Ensuite, il a fallu expliquer la vision technologique, toujours avec prudence. 

« Nous avons dû bien faire comprendre que ce n'était pas parce que nous expliquions tout ce que nous allions pouvoir apporter qu'il fallait que les métiers se mettent en marche immédiatement » décrit Mathias Herberts. L'enjeu était de faire connaître le projet en amont pour éviter l'effet « lapin blanc sorti d'un chapeau » et éviter dans le même temps de susciter des attentes immodérées.

Une maîtrise interne totale (pas seulement) par choix

Un point important pour le succès de la démarche Big Data a été son positionnement. Mathias Herberts insiste : « nous transformions le système d'information, ce n'était pas une couche de plus ». Cette transformation étant structurante pour l'activité de l'entreprise, elle a été volontairement maîtrisée en interne, ce qui est fortement revendiqué par Mathias Herberts. 

Seul aux avant postes



Seul aux avants postes

« Même si on avait voulu se faire accompagner par des partenaires, on aurait été bien en mal d'en trouver puisque les premiers fournisseurs commencent tout juste à arriver sur le marché » confie Mathias Herberts. Etre innovateur, et donc le premier à utiliser une technologie, entraîne ainsi quelques menus inconvénients.

En revanche, la maîtrise interne a l'immense avantage d'un coût marginal réduit lorsque de nouvelles applications sont envisagées. Le savoir-faire comme la plate-forme technique sont en effet disponibles sans surcoût.

L'agilité, clé du succès en innovation

Au delà des certitudes et de la foi dans des principes comme « la data sera au coeur de la création de valeur demain », être innovant implique aussi de ne pas avoir le contrôle sur tout. L'agilité est donc fondamentale. Il faut être capable de réorienter et de reconfigurer des outils au fur et à mesure des avancées. « Nous mettions en place l'après midi des proofs-of-concept à partir de discussions menées le matin » illustre Mathias Herberts.

Pérenniser le succès reste malgré tout un défi pour le Crédit Mutuel Arkea. Cette pérennisation passera par toujours plus de nouveaux usages, au bénéfice des clients, de la base technique du Big Data mise en place. 

L'innovation est devenue, notamment par ce projet, une sorte de seconde nature pour le groupe Crédit Mutuel Arkea. La mise en place d'un lieu spécifique destiné aux échanges autour des innovations de start-up, sous la marque « Cantine » à Brest, après les autres lieux situés par exemple à Paris, devrait ainsi être accompagnée par la banque sous une forme qui reste à définir. « Nous espérons notamment faire bénéficier ces start-up du savoir-faire que nous avons acquis autour du Big Data » conclut Mathias Herberts.

La remise du Trophée en vidéo

Les trois Trophées suivants, dont le Grand Prix, seront présentés la semaine prochaine.

Le jury des trophées 2012 de CIO et Le Monde Informatique

- Pascal Buffard, Président d'Axa Group Solutions / Président du Cigref
- Catherine Ducros, Senior Client Partner practice Technologie chez Korn Ferry International
- Laurent Ferrari, DSI du Groupe d'EDF
- Patrick Franchinard, Directeur de l'activité électronique du groupe Air Liquide Europe - Ex-DSI, Air Liquide
- Gilles Mirieu de Labarre, adjoint au Disic (Directeur interministériel des systèmes d'information et de communication)
- Georges Epinette, DG Stime (DSI Groupement des Mousquetaires)
- Jean-Pierre Blettner, Directeur des rédactions, CIO & R&T
- Serge Leblal, Directeur de la rédaction, Le Monde Informatique
- Bertrand Lemaire, Chef des informations, CIO.

10 tendances relevées par le Gartner dans les infrastructures

Le cabinet d'études a dressé la liste des dix facteurs les plus importants qui devraient affecter l'infrastructure et l'opérationnel au cours des prochaines années. Lors de la conférence IT Symposium/XPO...

le 24/10/2019, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1090 mots

Clap de fin pour OpenStack chez Suse

En perte de vitesse dans les entreprises, la plateforme cloud open source OpenStack perd un allié de poids avec la défection de Suse. L'éditeur allemand Suse spécialiste de Linux abandonne sa distribution...

le 09/10/2019, par Maryse GROS, 146 mots

Cisco étend ACI aux environnements cloud et SD-WAN

Avec la solution d'infrastructure axée sur les applications ACI Anywhere de Cisco, les entreprises peuvent exécuter et contrôler de n'importe quel endroit les applications à travers des clouds privés ou...

le 20/09/2019, par Michael Cooney, Network World (adaptation Jean Elyan), 1506 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...