Cyber-guerre de Corée en cours

le 21/03/2013, par Bertrand Lemaire et IDG News Service, Sécurité, 245 mots

Une cyber-offensive massive a frappé la Corée du Sud ce 20 mars 2013. La Corée du Nord, suspectée par le gouvernement du Sud, a démenti toute implication.

Cyber-guerre de Corée en cours

Les réseaux et systèmes d'information de banques et de chaînes de télévision de Corée du Sud ont été l'objet de cyber-attaques massives ce mercredi 20 mars 2013. Au moins deux banques et trois chaînes de télévision ont eu leur réseau mis totalement hors service pour des raisons non-identifiées vers 14h00 heure locale, selon la Police Nationale.

Cette paralysie des systèmes informatiques sud-coréen intervient moins d'une semaine après une coupure de toutes les connexions Internet de l'éternel rival nord-coréen durant un jour et demi. La Corée du Nord, par la voix de ses médias officiels, avait alors considéré avoir été victime d'une cyber-attaque internationale massive. La Corée du Nord n'avait retrouvé son réseau Internet que vendredi dernier au soir alors qu'il ne comporte que 1024 adresses.

Un porte-parole de la présidence de la République de Corée du Sud a indiqué que l'implication de la Corée du Nord dans l'attaque ayant paralysé les banques et les télévisions était étudiée. Aucune information officielle n'a cependant été diffusée sur les sites web de la Présidence ou de l'Office national de sécurité informatique.

Ces dernières années, la Corée du Sud a souvent accusé son frère ennemi du Nord d'être à l'origine de divers cyber-attaques sur ses institutions gouvernementales ou financières. La Corée du Nord a toujours démenti. L'armée sud-coréenne a indiqué avoir remonté son niveau d'alerte d'un cran.

Une mystérieuse WhoIs Team à la manoeuvre

L'éditeur de logiciels de sécurité informatique Kaspersky rapporte que les piratages frappant les entreprises sud-coréennes sont revendiquées par une mystérieuse WhoIs Team. Cette organisation inconnue jusqu'à présent a laissé des messages comme le placard ci-dessous.
S'il est impossible à ce stade de dire si l'attaque est une cyber-guerre entre états ou une opération de cyber-terrorisme de la part d'activistes, Kaspersky juge que, de toute évidence, l'opération a été conçue pour être médiatique.

Symantec se coupe en deux, Netapp pourrait racheter la partie sauvegar...

HP s'est divisé en deux sociétés indépendantes, les PC d'un côté les réseaux de l'autre, eBay a largué Paypal. C'est au tour de Symantec d'adopter la stratégie du « spin-off » en détachant le stockage de la séc...

le 10/10/2014, par Didier Barathon, 367 mots

Digitalisation : le RSSI doit changer de démarche

Assises de la sécurité. Les RSSI sont venus à Monaco pour se poser quelques questions existentielles. Certaines anciennes, par exemple quelle est leur place entre la DSI et les directions métier, d'autres plus ...

le 03/10/2014, par Didier Barathon, 647 mots

Les RSSI ne s'intéressent pas assez au big data

Les Assises de la sécurité ont montré pourquoi les RSSI devaient élargir leur périmètre de responsabilité.  La digitalisation des entreprises commence à les concerner, même si leur positionnement dans l'entrepr...

le 02/10/2014, par Didier Barathon, 619 mots

Dernier dossier

Le software-defined security (SDS) convient aux environnements virtualisés

Avec le SDS (software-defined security), la détection d'intrusion, la segmentation du réseau, les contrôles d'accès sont automatisés et contrôlés par le logiciel. Le SDS convient plus particulièrement aux environnements informatiques dépendants du cloud computing et des infrastructures virtualisées. Il prend en compte chaque nouveauté dans l'enviro...

Dernier entretien

Dan Pitt

directeur exécutif de l'ONF, Open Networking Foundation

« Nous nous sentons la responsabilité de conduire l'ensemble du mouvement SDN »