Datacenters : fusion entre Telecity (qui aura 55% des parts) et Interxion (45%) - Actualités CSO Fournisseurs

Datacenters : fusion entre Telecity (qui aura 55% des parts) et Interxion (45%)

le 11/02/2015, par Didier Barathon, Fournisseurs, 387 mots

Pour 2,2 milliards de dollars (1,94 milliard d'euros), les actionnaires de Telecity devraient obte-nir 55% de la société issue d'une fusion avec Interxion. Un groupe de travail se met en place pour définir les modalités d'un rapprochement qui sera définitivement arrêté avant le 4 mars.

Datacenters : fusion entre Telecity (qui aura 55% des parts) et Interxion (45%)

« Une telle opération devait arriver, elle aurait pu prendre une forme différente, nous aurions pu être rachetés séparément par un autre acteur, mais nos deux sociétés s'engagent dans une fusion » nous explique Stéphane Duproz directeur général de Telecity France (en photo). Les deux entreprises se donnent jusqu'au 4 mars prochain pour finaliser leur projet de fusion. Elles sont pour l'heure en concurrente en Europe, les géants comme Amazon, Microsoft disposent de datacenters aux Etats-Unis mais moins sur le vieux continent où des acteurs européens de haut niveau sont indispensables. La fusion a donc du sens.

Les deux sociétés sont performantes, Telecity a augmenté son CA de 7% en 2014, Interxion de 15% (*). Un accord leur donnerait une attractivité supplémentaire pour des clients de taille mondiale et génèrerait 600 millions de dollars de synergies.

Fusion entre deux sociétés rentables

David Ruberg, actuel CEO d'Interxion devrait diriger la société fusionnée, mais sera remplacé d'ici un an. C'est John Hughes, le CEO de Telecity qui anime le groupe de travail commun d'ici au 4 mars. Sans exclure l'arrivée « d'un intrus », une société externe qui tentera de faire échouer le projet. Dans ce cas explique John Hughes (**), CEO de Telecity, « nous resterons dans une bonne position, le but n'est pas de faire une transaction pour faire une transaction, de toute façon je ne me souviens pas avoir jamais été dans une situation aussi favorable ».

Les deux sociétés fusionnent sans avoir l'une ou l'autre de problème de rentabilité. C'est probablement à l'instigation de leurs actionnaires qu'elles s'engagent ainsi. Elles sont complémentaires, Telecity est par exemple implantée à Helsinki, Manchester, Varsovie, Milan, où son rival n'est pas. Avec une taille plus importante, le nouveau groupe, pourra investir dans des datacenters encore plus importants et peut être aller en dehors de l'Europe, explique Sacha Kavanagh, du cabinet DCD Intelligence. Et concurrencer leur grand rival américain, Equinix.

(*) Interxion réalisait un CA de 341 millions de dollars en 2014 contre 349 pour Telecity.

(**) Mike Tobin, directeur général du britannique Telecity a quitté son poste l'an passé, ce qui  a fait de la société une cible potentielle aux yeux des boursiers. Visiblement, il n'en est rien.

José Rodrigues arrive à la tête de l'activité datacenter de Lenovo...

Lenovo a nommé José Rodrigues en tant que directeur général de son entité Data Center Group en France. Il était précédemment directeur Europe des activités HPC de HPE. D'un constructeur à l'autre. Jusque-là...

le 08/07/2019, par Bastien Lion, 261 mots

Huawei espère revenir et se développer aux Etats-Unis

Les élections américaines sont suivies de près chez Huawei qui espère beaucoup d'une arrivée d'Hilary Clinton, selon nos confrères de Light Reading. Sa possible présidence pourrait mettre un terme aux...

le 31/03/2016, par Didier Barathon, 351 mots

Les 10 acquisitions les plus marquantes de 2015 dans les réseaux

2015 fut un grand cru pour les acquisitions dans l'industrie des réseaux. Voici une sélection des plus significatives pour l'avenir du secteur. Check Point Software acquiert Hyperwise et LacoonMême s'il s'agit...

le 08/12/2015, par Zeus Kerravala, Network World et Didier Barathon, 1001 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...