Dell sort son propre OS réseau pour la désagrégation - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Dell sort son propre OS réseau pour la désagrégation

le 25/01/2016, par Jim Duffy / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), Cloud / Virtualisation, 559 mots

Dell, est l'un des premiers acteurs du marché à proposer une offre de désagrégation du réseau, permettant  d'agir sur chaque couche indépendamment des autres. Juniper Networks a également lancé une offre de désagrégation pour son système d'exploitation Junos.

Dell sort son propre OS réseau pour la désagrégation

Dell a dévoilé un système d'exploitation qui sépare les applications et les services, de la plate-forme sur laquelle est basé le système d'exploitation. Appelé OS10, il fait des systèmes d'exploitation un élément stratégique pour Dell, allant des commutateurs aux serveurs et aux produits de stockage. OS10 est basé sur un noyau Linux nativement "non modifié" qui peut soutenir un large éventail d'applications et de services de l'écosystème Linux, selon les responsables de Dell. Le constructeur estime que c'est ce qui le différencie du Linux de Cumulus et d'OpenSwitch d'HP également présentés comme des systèmes désagrégés.

Dell a conclu un accord avec Cumulus, de même qu'avec  Big Switch Networks, IP Infusion, Midokura et Pluribus Networks afin de faire fonctionner leurs logiciels sur les commutateurs de Dell. Ces relations se poursuivront malgré l'introduction d'OS10. "Nous allons continuer à travailler avec Cumulus," déclare Tom Burns, vice-président et directeur général de Dell pour les réseaux d'infrastructure. «Nous avons toujours offert une alternative faite par Dell » à des offres de tiers.

Une alternative aux bundle

OS10 est composé d'un module de base et de divers modules d'application optionnels séparés pour offrir le choix, le contrôle et la programmabilité. C'est une alternative aux formules de type bundle ou étroitement intégrées selon  Dell. Le module de base d'OS10 est disponible gratuitement et peut tirer parti des contributions communautaires Linux pour aider à la programmabilité ou à la portabilité. Linux peut fournir un langage commun à travers de multiples couches informatiques, y compris la mise en réseau, le stockage et le calcul.

Dell a augmenté le module de base avec l'interface Open Compute Project Switch Abstraction (SAI), conçue pour donner un langage de programmation convivial commun entre les systèmes d'exploitation des fournisseurs de réseau et le silicium particulier résidant sur le commutateur physique. SAI aide les spécialistes du web et les fournisseurs de cloud à tirer profit du dernier silicium en leur permettant de programmer les commutateurs de manière plus granulaire.

Couche 2/3 ou IP

En premier dans le module de base, on trouve  ceux de l'application d'OS10. Ces modules incluent la traditionnelle couche 2/3 du réseau et d'autres basées sur  IP, du fabric, de la sécurité et des outils de gestion et d'automatisation de Dell, Linux, de tiers parties et de la communauté open source. La séparation des modules à partir du module de base de l'application OS10 permet aux clients d'adapter les opérations informatiques pour les différents cas d'utilisation et les processus opérationnels.

En plus des opérations de réseau, OS10 est conçu pour plaire aux communautés DevOps qui cherchent un environnement cohérent, un environnement de développement commun à travers les éléments serveurs, stockage et réseau de manière à les fusionner dans un centre de données défini par logiciel. Selon Tom Burns le passage à un seul système d'exploitation comme OS10 aidera à éliminer la complexité à travers le centre de données.

Dell prévoit de livrer le module de base d'OS10 en mars. Le constructeur a développé des modules d'application qui entreront en bêta-test alors plus tard dans l'année. Et la plateforme matérielle de sortie ces deux dernières années soutiendra OS10.

En photo : Tom Burns précise que Dell continuera à travailler avec Cumulus

Le cloud, usine à fabrique d'erreurs IA

La croissance exponentielle des données servant à alimenter des systèmes d'intelligence artificielle entraîne des erreurs. Se servir de l'impressionnante capacité de stockage cloud pour les héberger ne risque...

le 12/04/2019, par David Linthicum, Infoworld (adapté par Jean Elyan), 469 mots

Cisco et AWS se rapprochent pour mieux gérer les clusters de...

Cisco et Amazon Web Services (AWS) prévoient de lancer ensemble une plateforme pour rationaliser le développement et la gestion d'applications conteneurisées basées sur Kubernetes. Selon Cisco et AWS, grâce à...

le 12/11/2018, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 980 mots

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »