Facture télécoms : les cost killers ne suffisent pas - Actualités CSO Fournisseurs

Facture télécoms : les cost killers ne suffisent pas

le 17/09/2013, par Didier Barathon, Fournisseurs, 545 mots

Réduire sa facture télécom est un vieil impératif dans les entreprises françaises, curieusement, il ne s'est guère concrétisé.  En fait, c'est un processus long à mettre en place qui demande beaucoup de cohésion interne sur le sujet et un peu de méfiance vis-à-vis des pratiques des opérateurs.

Facture télécoms : les cost killers ne suffisent pas

Lors d'une matinée du Crestel ce mardi, le cabinet Beijaflore  a posé quelques jalons méthodologiques sur le sujet des coûts télécoms. Pour lui, deux méthodes existent, la rapide avec des résultats rapides, et celle qui agit plus en profondeur. La 1èreméthode est celle des cost killers, ceux qui agissent en mode coup de poing, selon l'expression de Stéphane Kreib (en photo), manager dans ce cabinet. « Ils agissent sur l'OPEX en fast TEM. On leur donne les factures, ils vous les restituent avec toutes les erreurs annotées, on revoit le ou les opérateurs pour demander des explications et obtenir des réductions ». Simple, rapide, efficace. Et la « dg » voit le résultat.

Deuxième méthode, celle qui agit sur le Capex, autrement nommée Full TEM, là on se méfie de la première impulsion qui consiste à n'agir que sur les factures le plus vite possible, on regarde l'organisation, les process, les outils, il faut remonter la décision à la DSI voire plus haut, obtenir l'aval des métiers. Plus long et peut être plus efficace.

Examiner plusieurs processus

En fait, conseille Stéphane Kreib, il est bon de commencer par la 1èreméthode (l'analyse des factures) et d'enchaîner avec l'autre. Cette autre oblige à examiner plusieurs processus de gestion des télécoms : les appels d'offres des opérateurs, la gestion des commandes, l'aspect livraison et mise en service, la vérification que ce que proposent les opérateurs est bien justifié, l'optimisation de ces télécoms et de leurs usages, l'aspect  reporting enfin.

Une énumération qui suffit à classer le TEM (Télécoms expense management) dans les entreprises françaises parmi les sujets épineux. La facture télécoms concerne beaucoup d'entités, de plus en plus, avec des pratiques différentes et des terminaux différents. Le TEM rejoint donc  le sujet du MDM (Mobile device management). Le mettre en place demande plusieurs mois, le recours à un cabinet externe spécialisé sur le TEM, voire à un cabinet associé à une SSII. Bref, c'est un projet informatique comme un autre.

L'arrivée des mobiles et de la data mobile, les fusions d'entreprises, les réorganisations des DSI,  rendent ce thème encore plus complexe.

Les anomalies de facturation 

A force de travailler le sujet, des cabinets comme Beijaflore on « remonté » des idées intéressantes. « Le plus gros levier pour la baisse des dépenses, c'est bien les anomalies de facturation » remarque Stéphane Kreib. Et non seulement  il faut les détecter et les faire cesser, mais veiller à ce que d'une année à l'autre elles ne réapparaissent pas !

Autre remarque, qui ne manque pas de sel, avant de penser à réduire la facture, il faut veiller tout simplement  à ne pas perdre d'argent avec les contrats en cours ! Exemple, cité par un représentant de la Poste, celui d'une remise accordée par l'opérateur et qui n'est pas appliquée dans une région, des DOM. Le contrat la stipule, mais elle ne se retrouve pas dans les comptes. Donc, il faut non seulement négocier pied à pied contrats et remises mais veiller à ce que les opérateurs appliquent bien ce qui a été négocié avec eux.  

 

Huawei espère revenir et se développer aux Etats-Unis

Les élections américaines sont suivies de près chez Huawei qui espère beaucoup d'une arrivée d'Hilary Clinton, selon nos confrères de Light Reading. Sa possible présidence pourrait mettre un terme aux...

le 31/03/2016, par Didier Barathon, 351 mots

Les 10 acquisitions les plus marquantes de 2015 dans les réseaux

2015 fut un grand cru pour les acquisitions dans l'industrie des réseaux. Voici une sélection des plus significatives pour l'avenir du secteur. Check Point Software acquiert Hyperwise et LacoonMême s'il s'agit...

le 08/12/2015, par Zeus Kerravala, Network World et Didier Barathon, 1001 mots

Dell devrait vendre Quest, SonicWall, AppAssure, Perot Systems

Une fois le rachat d'EMC finalisé, la dette de Dell devrait s'élever à 49,5 milliards de dollars. Le groupe envisage de céder certaines de ses participations actuelles et  peut être revendre des filiales...

le 04/11/2015, par Didier Barathon, 262 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »