Feu vert pour le lancement de Hewlett Packard Enterprise - Actualités CSO Fournisseurs

Feu vert pour le lancement de Hewlett Packard Enterprise

le 02/11/2015, par Didier Barathon, Fournisseurs, 704 mots

En France, 3 500 salariés ont rejoint Hewlett Packard Enterprise, dédiée aux infra, 1 200 la partie Inc, vouée aux postes de travail. Une transformation interne historique pour une entreprise fondée en 1939, mais courante, sous cette forme ou sous une autre, dans un monde de l'IT en perpétuel bouleversement.

Feu vert pour le lancement de Hewlett Packard Enterprise

« Le plus difficile dans la séparation tient à la rédaction de nouveaux contrats avec nos clients et nos partenaires distributeurs » nous explique Gérald Karsenti, Pdg de Hewlett Packard Enterprise, il occupait le même poste chez HP France auparavant. Ce matin, partout dans le monde, HP « splite », en bon français elle se sépare en deux, avec d'un côté HP et de l'autre Hewlett Packard. HP étant suivie de Inc, pour la partie PC et imprimantes, Hewlett Packard de Enterprise pour celle qui nous intéresse plus particulièrement. Cette partie Enterprise s'occupe de 7 gammes de produits : serveurs, stockage, logiciels, cloud, réseaux, services, systèmes convergés. On remarquera au passage la disparition de la partie sécurité, Tipping Point vient d'être vendue à Trend Micro. Gérald Karsenti nous explique que la sécurité se situe en fait dans toutes les activités du groupe.

Lors de sa conférence de presse, le PDG a situé la séparation dans une volonté d'être plus agile : « l'avenir n'est pas à la taille, mais la vélocité ». Et de rappeler la transformation numérique que les Pdg du CAC 40 qu'il rencontre ont non seulement compris mais mettent en oeuvre. Derrière, Hewlett Packard Enterprise va évidemment vendre ses solutions d'infra, le sous-bassement et la condition même de la transformation numérique des entreprises.

Une réunion du lundi inhabituelle

En interne ce matin, se sont tenues des réunions dans toutes les branches, sites, agences du groupe en France pour expliquer la séparation. Elle était anticipée, les systèmes d'information sont séparés depuis le 1er août et les sociétés pratiquement scindées depuis début septembre. Les salariés ont signé de nouveaux contrats de travail. Mais pas de déménagement. Inc reste au 8ème étage à Boulogne-Billancourt et Enterprise au 7. Inc a simplement du se doter de son propre accueil-standard (mais devrait être regroupé avec ses activités aux Ulis). Le fait que partout dans le monde, les activités PC et imprimantes étaient regroupées dans une division autonome a facilité la séparation. Leurs patrons, Pascale Dumas en France, devenant généralement Pdg de l'entité séparée, le patron de l'ex filiale prenant comme Meg Whitman les rênes de la société vouée à la partie Enterprise.

Peu de précision en revanche sur les effectifs. Gérald Karsenti n'a pu livrer pour des raisons juridiques de détails concernant la réduction des coûts. Meg Whitman a pourtant parlé mi-septembre de 25 à 30 000 suppressions de postes chez Enterprise et de 3 300 chez Inc. Les négociations ne font que commencer qui permettront de connaître l'ampleur de l'effort à faire pour la France, on sait que l'ex EDS est source de la plupart des sureffectifs constatés ces dernières années. De source syndicale, on indique que la société comptait 4 700 salariés avant la séparation, dont 1 200 sur la partie Inc. Enterprise compterait 3 500 salariés. Le chiffre d'affaires serait de 2,3 milliards de dollars en France pour Inc et de 1,3 pour Enterprise. 

« Croître deux fois plus vite que le marché »

Quant aux clients, Gérald Karsenti insiste sur les PME et PMI et son offre cloud. Une initiative mondiale de HP leur est destinée, Cloud 28, disponible dans 28 pays depuis deux ans, elle compte 150 membres, des service provider et des ISV avec lesquels Hewlett Packard Enterprise s'adresse aux entreprises du mid market. En France, le patron d'Hewlett Packard Enterprise en cite trois principaux, Cheops, SCC, AntemetA. Il rappelle aussi son propre programme, « Challenge 2017 », lancé après son arrivée  il y a quatre ans et demi à la tête de la filiale française et destiné à « croître deux fois plus vite que le marché ». 

Dernier point, mais aujourd'hui le plus visible, pour symboliser sa nouvelle identité, Hewlett Packard Enterprise s'est offert un logo sous forme de rectangle de couleur verte. Le rectangle permettra sur les publicités de zoomer sur des points particuliers, « c'est une fenêtre ouverte sur le monde ». La couleur verte détonne dans un monde IT qui lui reste rétif, mais Hewlett Packard Enterprise, après des décennies de sagesse veut se différencier.


En photo : un logo qui détonne, le rectangle pour ouvrir une fenêtre et la couleur verte que personne d'autre n'utilise dans l'IT 

Distribution : le réengagement

HP France comptait 6 500 partenaires distributeurs intégrateurs. Hewlett Packard Enterprise va les réengager, c'est-à-dire leur proposer un nouveau programme partenaires, en plus du nouveau contrat signé entre chaque partenaire et la nouvelle société HP. Ce programme est nommé « Partner Ready », pour Inc c'est « Partner Premier ». Chaque partenaire pourra donc être affilié aux deux, ou prendre l'un des deux et signer avec un concurrent de l'ex HP.

Ces programmes sont d'autant plus importants que Gérald Karsenti a souligné le soin pris à cibler en France les PME et PMI pour lesquelles le passage par l'indirect est obligé. HP compte également de nombreuses structures en région, agences et centres de services. Le tout, partenaires, clients PME-PMI et structures régionales devant se mettre en ordre de bataille rapidement.

Huawei espère revenir et se développer aux Etats-Unis

Les élections américaines sont suivies de près chez Huawei qui espère beaucoup d'une arrivée d'Hilary Clinton, selon nos confrères de Light Reading. Sa possible présidence pourrait mettre un terme aux...

le 31/03/2016, par Didier Barathon, 351 mots

Les 10 acquisitions les plus marquantes de 2015 dans les réseaux

2015 fut un grand cru pour les acquisitions dans l'industrie des réseaux. Voici une sélection des plus significatives pour l'avenir du secteur. Check Point Software acquiert Hyperwise et LacoonMême s'il s'agit...

le 08/12/2015, par Zeus Kerravala, Network World et Didier Barathon, 1001 mots

Dell devrait vendre Quest, SonicWall, AppAssure, Perot Systems

Une fois le rachat d'EMC finalisé, la dette de Dell devrait s'élever à 49,5 milliards de dollars. Le groupe envisage de céder certaines de ses participations actuelles et  peut être revendre des filiales...

le 04/11/2015, par Didier Barathon, 262 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »