Free : la synergie fixe/mobile au coeur du développement - Actualités RT GSM/3G/4G

Free : la synergie fixe/mobile au coeur du développement

le 02/09/2013, par Didier Barathon, GSM/3G/4G, 437 mots

Après la publication de résultats mitigés chez Bouygues Télécom et SFR la semaine passée, ceux de Free contrastent fortement. Que ce soit par la performance financière ou dans la conquête d'abonnés, fixes ou mobiles.

Free : la synergie fixe/mobile au coeur du développement

L'arrivée il y a  dix huit-mois de Free Mobile, n'a pas freiné au contraire la performance financière de sa maison mère Iliad. C'est la principale information qui ressort après la publication des résultats semestriels du groupe. La croissance est toujours aussi forte avec un  chiffre d'affaires consolidé de 1,829 milliard d'euros, en croissance de 26,7% par rapport à la même période de l'an passé.  Le fixe représente 1,234 milliard d'euros, en croissance de 9,2%, le mobile 600,8 millions d'euros en croissance de 7,1% (les services télécom représentent 535,4 millions d'euros, les terminaux 65,3 ME).

La rentabilité est pour le moins spectaculaire. L'Ebitda consolidé se monte à 585,8 millions d'euros (ME), en hausse de 40,4%, 531,6 millions viennent du fixe (+15,2%), 54,2 du mobile. Le résultat opérationnel courant progresse de 55% à 276,6 millions d'euros, le résultat net de 78,1% à 141,8 ME.

Pour expliquer ces résultats, le groupe met en avant plusieurs éléments. D'abord le recrutement d'abonnés et en particulier d'abonnés fixes. Free a recruté 154 000 nouveaux abonnés fixe au S1 2013 (hors migration Alice), c'est 41% des recrutements de la période. En clair, le succès de la Box Revolution lancée il y a deux ans, renforce l'attractivité globale du groupe. « Le fixe se nourrit du mobile et le mobile se nourrit du fixe » souligne Maxime Lombardini, le directeur général délégué.

Le fixe nourrit la rentabilité du groupe

L'Arpu haut débit augmente légèrement à 35,9 euros (à fin juin 2013), il passe à 38 euros pour l'abonné Free box revolution. Le fixe nourrit la rentabilité du groupe. Le Free cash flow adsl progressant de 27% à 291 ME. Le groupe arrive à un free cash flow positif de 47 ME, il était négatif de 130 ME au S1 2012. La rentabilité du groupe et  sa trésorerie se renforcent, grâce au fixe et l'endettement se réduit. Cette rentabilité du fixe permet aussi de financer le développement et la box devient un pôle d'attractivité au foyer pour l'utilisation fixe, mobile ou tablette.

Sur le mobile, le groupe veut détenir 25% de parts de marché à long terme. Il en détient déjà 10,3% avec 6,795 millions d'abonnés fin juin 2013 (dont 1,590 million recrutés au S1), un doublement par rapport à fin juin 2012. Toutefois, le chiffre d'affaires généré par la vente de terminaux, 65 ME sur le S1 2013, est inférieur aux attentes du groupe. Free Mobile s'apprête à concurrencer les offres dites « subventionnées » de ses concurrents. En revanche, il reste toujours muet sur la 4G, fer de lance de ces mêmes concurrents directs sur le mobile.

Pour l'avenir, le groupe Iliad vise un chiffre d'affaires de plus de 4 milliard d'euros en 2015.

 

 

Nokia teste la technologie PCell de la start up Artemis afin...

Les utilisateurs de la 4G et leurs opérateurs constatent des congestions de trafic, à certaines heures et sur certaines zones denses.  Elles peuvent décourager les utilisateurs et freiner l'essor de la 4G ou...

le 03/11/2015, par Didier Barathon, 323 mots

IoT : création de l'alliance Mobile IoT, autour des réseaux LPWA

L'Internet des objets souffre d'un manque de normalisation pour ses réseaux de communication. En France, on connaît l'Alliance LoRa incarnée par Bouygues Télécom, Sigfox table sur une autre technologie, Orange...

le 20/08/2015, par Mickaël Ricknas, Didier Barathon, 399 mots

2,5 milliards d'euros : prix de départ pour les enchères dans la...

La réaffectation des fréquences occupées par la TNT dans la bande des 700 MHz s'accélère. L'Arcep (futur affectataire) propose des modalités d'attribution et le 1er ministre révise par un arrêté...

le 19/06/2015, par Didier Barathon, 456 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »