Interview : « Nous nous sentons la responsabilité de conduire l'ensemble du mouvement SDN » - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Interview : « Nous nous sentons la responsabilité de conduire l'ensemble du mouvement SDN »

le 17/09/2014, par John Dix, Network World, adaptation Didier Barathon, Cloud / Virtualisation, 1939 mots

Une interview de Dan Pitt, directeur exécutif de l'ONF, Open Networking Foundation.

Interview : « Nous nous sentons la responsabilité de conduire l'ensemble du mouvement SDN »

Comment décririez-vous ce que l'ONF a accompli à ce jour ?

L'ONF a défendu avec succès la notion de SDN afin que tout le monde se place derrière, quelle que soit sa propre définition. Tout le monde est aujourd'hui rangé sous le drapeau du SDN. En outre, nous avons défendu les aspects standardisés et les architectures intégrées pour le proto-cole OpenFlow, qui est la seule façon pour un fournisseur de se connecter de manière indépen-dante par un plan d'acheminement et un plan de contrôle.

Nous avons également pris de nombreuses mesures pour faire progresser l'adoption et le dé-ploiement du SDN avec nos plugfests (interopérabilité), nos tests de conformité, la sanction des laboratoires et par le travail que nous faisons avec tout le monde à partir des fournisseurs de puces pour les architectes de solutions logicielles. A l'ONF, nous nous sentons la responsabilité de conduire l'ensemble du mouvement et je pense que nous avons réussi, avec des prestataires qui souhaitent respecter les mêmes principes que nous préconisons, d'ouverture et de multi-fournisseurs et un réel accent sur le logiciel comme étant au centre des réseaux.

Êtes-vous arrivés au stade que vous aviez prévu d'atteindre ?

Je n'avais pas d'attentes explicites sur la place que nous pourrions atteindre en l'espace de trois ans. Nous avions des attentes la première année et peut-être dans la deuxième année. Nous les avons dépassées sur le travail technique et en termes d'éducation du marché aussi bien avec les sociétés membres qu'avec les participants individuels. Il en va de même pour la notoriété qui semble s'être diffusée à travers le monde. J'étais à une conférence dans la Silicon Valley et j'ai vu un excellent exposé sur la sécurité du SDN effectué par un chercheur d''Irlande du Nord, il était tout à fait au courant des principes du SDN et de ce que nous essayons de faire dès que la sécurité entre en jeu. Nous avons gagné ces grands esprits dans les entreprises sur ces ques-tions et nous pouvons de cette manière faire progresser la mise en réseau. Je suis étonné chaque jour par cette progression.

Qu'est-ce que vous n'avez pas atteint et que vous aviez espéré atteindre ?

Bonne question. Notre mesure du succès en tant qu'organisation et mon objectif personnel est de voir le SDN a mis en oeuvre, adopté et déployé. Cela passe par beaucoup de virages et prend plus de temps que je voulais. Mais sans aller au-delà de ce que j'attendais. J'ai compris que c'est beaucoup plus qu'un simple changement technique. Nous savions que c'était une nouvelle façon de penser la mise en réseau, mais c'est aussi une organisation et un défi humain qui remettent en cause le rôle des organisations informatiques et les gens qui y évoluent. Nous sommes très intéressés par l'aspect formation, les compétences et l'aide aux organisations pour y arriver.

La version 1.4 d'OpenFlow est maintenant prête et certains analystes estiment que c'est la première version vraiment opérationnelle, êtes-vous d'accord ?

Je pense que la version 1.3 est opérationnelle. C'est pourquoi nous avons fait valoir sa stabilité pour une mise en oeuvre généralisée. Les gens des logiciels mettent tout en oeuvre pour la dé-ployer. Mais la version 1.4 continuera à améliorer les choses et nous travaillons sur la 1,5 qui ira encore au-delà. L'aspect opérationnel dépend beaucoup de votre application. Nous avons des gens qui sont heureux avec OpenFlow 1.0. Je pense que la diversité des applications et des besoins et la diversité de la valeur pour les différents types d'entreprises qui bénéficieront du SDN sont si vastes qu'il est difficile de dire si  "c'est la réponse ultime pour tout le monde".

Quand sortira la version 1.5 ?

Cela arrive environ une fois par an, chaque fois que nous faisons une nouvelle version, nous prenons les nouvelles fonctionnalités et les regroupons sous forme de package d'extension à OpenFlow 1.3, afin que les gens qui en font usage retrouvent la stabilité gage de facilité d'adoption.

Je présume, qu'en l'espace de trois ans, de plus en plus de membres de la communauté des fournisseurs ont adopté OpenFlow. Mais certains lui ont fait un pied de nez, en disant qu'ils vont ajouter le support quand c'est nécessaire. Qu'en pensez-vous ?

Il y a deux raisons pour lesquelles vous pouvez avoir cette réponse. Les fournisseurs de matériel ont une raison légitime de dire qu'il a été difficile à mettre en oeuvre au-delà d'OpenFlow 1.0. Mais nous avons abordé cela avec les versions ultérieures. Et l'autre, c'est que, lorsque le ter-rain a été nivelé, vous devez engager la concurrence sur les prix, la qualité et les caractéris-tiques. Il crée ainsi un marché plus concurrentiel, ce qui est excellent pour les clients, mais peut changer les modèles d'affaires pour certains fournisseurs.

Nous comprenons bien qu'il s'agit d'une transition pour eux. Nous essayons d'aller le plus vite possible. Nous ne voulons pas que ce soit une perche rigide parce qu'ils ne peuvent pas se dé-placer aussi vite que nous avançons et nous ne voulons pas être étirés jusqu'à ce qu'ils cassent alors que nous continuons et qu'ils n'ont pas d'incitation à nous suivre. Qu'on le veuille ou non, nous ne progresserons qu'ensemble. Mais pas à la même vitesse.

Que diriez-vous de Cisco ? Ils veulent quitter un certain contrôle du réseau, sans adopter l'idée d'un découplage total.

Ce n'est certainement pas la philosophie que nous préconisons. Nous estimons qu'avoir ce con-trôle logiquement centralisé apportera les avantages que les opérateurs veulent, CapEx et OpEx et une vitesse accrue de progression des ventes. Cisco a été un membre de l'ONF depuis le début et ils ont très bien participé. Mais ils ont leurs propres décisions à prendre sur leur marché et leur propre stratégie.

Que pensez-vous de Cisco OpFlex, décrit comme un cadre "pour transférer la politique abs-traite d'un contrôleur du réseau à un ensemble de dispositifs intelligents capables de rendre la politique abstraite»?

Notre philosophie est que nous voulons que les éléments de réseau soient aussi simples que possible afin de ne pas rester des dispositifs de traitement des paquets de haute performance. Ils doivent être en mesure d'interpréter les modèles. Nous ne pensons pas qu'ils ont besoin d'avoir beaucoup d'ASIC personnalisés et nous voyons la valeur se situer dans le logiciel sur le plan de contrôle.

Ensuite, vous avez VMware, qui pousse la virtualisation de réseau, mais qui est encore un peu différent de votre vision du SDN. Voyez-vous la virtualisation de réseau comme une application du SDN, comme certains le disent ?

Je pense que c'est un cas d'utilisation du SDN. Il est très pratique dans de nombreux scénarios et a été très utile pour un certain nombre d'organisations pour débuter. Mais certains utilisateurs disent : «la virtualisation est agréable, mais je ne fais pas des superpositions. Je vais faire réellement du SDN. Je vais contrôler la totalité du plan de transfert".

Alors que nous aménageons le substrat OpenFlow, nous obtenons un débat sur ce qui est vrai-ment important pour l'entreprise. Certaines personnes se demandent si ce protocole est meilleur qu'OpenFlow pour tel ou tel usage, mais  je le dis, allons au-delà. Le protocole sortant est juste un véhicule, juste un support. L'importance réelle pour les entreprises c'est l'orchestra-tion, l'automatisation et la gestion de la politique centrale. 

Nous avons donc un certain nombre d'activités dans ce domaine et nous allons le voir, je pense, de grands progrès pour aider les entreprises à mettre ces éléments ensemble afin qu'ils dispo-sent d'un système de fonctionnement qui va à l'entreprise la valeur promise par le  SDN.

Nous continuons à travailler avec VMware. Ils ont défendu et déployé l'approche de recouvre-ment, que beaucoup de gens ont aimé et qui est devenu le SDN. Nous pensons qu'il y aura des batailles dans l'industrie pour donner aux clients ce qu'ils veulent mais, comme toujours, le marché décide qui gagne.

Changeons un peu ... OpenDaylight se montre très critique sur l'effort mis par les fournisseurs pour construire un contrôleur SDN open source ?

Nous croyons vraiment que la mise en réseau repose de plus un jeu sur les logiciels, des logi-ciels open-source et qu'il aura un rôle de plus en plus important. Nous avons donc collaboré de différentes manières avec OpenDaylight, qui a beaucoup de modules de contrôle utiles et importants et nous sommes ravis de voir des gens y contribuer.

Ils ont beaucoup de protocoles en direction du sud. Nous ne sommes pas sûrs que l'industrie a besoin de passer beaucoup de temps sur ceux-ci. C'est mieux si elles se concentrent sur l'orchestration, l'automatisation et la gestion de la politique centrale. Nous allons donc faire en sorte que leur option de protocole OpenFlow en direction du sud soit de haute qualité et dis-ponible.

Ils ciblent notamment les cas d'utilisation, ce qui est exactement ce qu'ils doivent faire, mais pas tous les cas d'utilisation. Nous coopérant notamment avec eux dans l'architecture des inter-faces vers le nord.

Compte tenu du fait que la plupart des organisations ont hérité de lourds investissements qu'ils doivent assumer quelles sont les étapes supplémentaires à prendre ?

C'est une grande question. C'est pourquoi nous avons installé notre groupe de travail sur la mi-gration il y a un an et demi. Et nous montrons des exemples de la façon dont les gens l'ont fait. Nous construisons des outils et des indicateurs. Fondamentalement, il s'agit d'une combinaison de plusieurs éléments. Il y a une façon d'introduire des logiciels SDN dans l'infrastructure exis-tante. Vous n'obtenez pas tous les avantages du SDN, mais vous en obtenez certains et vous en apprenez beaucoup sur la manière  de coupler vos priorités d'affaires avec certains des logi-ciels d'orchestration.

Vous vous déplacez progressivement dans un plan d'acheminement qui est optimisé pour le traitement des paquets et ne doit pas avoir les anciennes fonctions. Et vous pouvez l'introduire en tant qu'élément de réseau. Les prestataires vont choisir une variété de manière pour le faire soit avec des appareils autonomes soit avec des dispositifs hybrides et il y aura beaucoup d'expérimentations pour le faire. Mais ce que vous voulez c'est vous assurer que vous avez une certaine compréhension de ce qui se passe dans votre réseau. C'est pourquoi nous travaillons sur la configuration des méthodologies de gestion intégrée dans les méthodes de gestion existantes.

Je vois qu'en octobre en Allemagne l'ONF va mettre en scène des solutions SDN. Les utilisateurs réels seront-ils impliqués ?

Le SDN Solutions Showcase sera une partie d'une Expo et nous rassembleront six ou sept thèmes que je ne connais pas encore. Mais chaque thème que nous démontrons impliquera au moins deux fournisseurs et un utilisateur. Donc ce qui est différent de l'Expo normale où chaque vendeur va par lui-même montrer son propre truc.

Quoi d'autre que nous  n'ayons pas évoqué à propos de l'ONF et d'OpenFlow ?

Une chose qui n'a pas changé au cours des trois dernières années c'est que nous sommes restés dans notre mission qui est d'accélérer l'adoption de l'open SDN pour le plus grand bénéfice des utilisateurs. Et je peux dire que nous sommes vraiment reconnaissants pour les efforts de tout le monde dans l'industrie, ils contribuent à faire de ce mouvement un succès. Il a été éton-namment réussi jusqu'ici. Il reste un long chemin à parcourir, mais les avantages sont tellement clairs aux personnes qui exploitent des réseaux, qu'il n'y a tout simplement pas de retour en arrière possible.

Je pense maintenant que les gens commencent à comprendre que le réseau est très bien géré par le logiciel, nous allons mettre davantage l'accent sur les compétences en logiciels que celles placées juste sur les réseaux. Nous sommes donc très heureux de diriger ce mouvement. Nous prenons nos obligations très au sérieux. Nous travaillons dur pour en faire un succès pour les opérateurs et les utilisateurs partout dans le monde

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance...

La croissance continue d'Amazon Web Services, de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform indique que de plus en plus d'entreprises se tournent vers le cloud.   Ça pourrait devenir lassant, mais comment...

le 15/05/2019, par Fredric Paul, Network World (adaptation Jean Elyan), 853 mots

Cisco booste son SD WAN au multicloud

Avec le SD-WAN Cloud OnRamp for CoLocation de Cisco, il est possible de relier les succursales d'une entreprise à des datacenters privés de sièges sociaux régionaux via des installations de colocation. Avec à...

le 07/05/2019, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 952 mots

Le cloud, usine à fabrique d'erreurs IA

La croissance exponentielle des données servant à alimenter des systèmes d'intelligence artificielle entraîne des erreurs. Se servir de l'impressionnante capacité de stockage cloud pour les héberger ne risque...

le 12/04/2019, par David Linthicum, Infoworld (adapté par Jean Elyan), 469 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...