IoT : 12 actionnaires, dont Telefonica, NTT, SK et Eutelsat réunissent 100 ME pour Sigfox - Actualités RT Réseaux

IoT : 12 actionnaires, dont Telefonica, NTT, SK et Eutelsat réunissent 100 ME pour Sigfox

le 11/02/2015, par Didier Barathon, Réseaux, 344 mots

L'Internet des objets prend tournure, qui plus est en France et grâce à une start-up toulousaine : Sigfox.  Elle réalise un tour de table d'un montant inégalé qui crédibilise sa technologie, Ultra Narrow Band, et l'éco-système français en général.

IoT : 12 actionnaires, dont Telefonica, NTT,  SK et Eutelsat réunissent 100 ME pour Sigfox

L'Internet des objets se retrouve dans plusieurs aspects technologiques, dont la partie réseau qui intéresse directement les télécoms. Sur cet aspect, la start-up toulousaine Sigfox (*) développe une technologie d'accès aux objets connectés, basée sur des réseaux bas débit, avec des antennes et des stations de base, mais indépendante des réseaux télécoms traditionnels. Il s'agit de la technologie réseau Ultra Narrow Ban, elle évite de passer par le WiFi, pas assez stable ou le GSM, trop cher. En fait, elle contourne les réseaux des opérateurs.

Sigfox déploie donc sa propre infrastructure radio, avec des modems qui peuvent envoyer de petits paquets de données sur des distances courtes (20/30 kilomètres) et des antennes placées sur les points hauts de TDF en France (sur 11 000 sites) et agissent sur les bandes 868 MHz, celles qui ne demandent pas d'autorisation. Les données sont récupérées par les serveurs de Sigfox. La société a commencé à s'implanter à l'international, avec des partenaires opérateurs, Abertis en Espagne ou Arqiva au Royaume-Uni.

Des actionnaires asiatiques

Ce réseau Sigfox devrait s'étendre dans 60 pays au cours des cinq ans à venir promettent les dirigeants de la société. Sur cette technologie et cette ambition, Sigfox vient de lever 100 millions d'euros, un chiffre considérable en France pour une jeune pousse. Pour cette augmentation, se retrouvent des acteurs des télécoms, les opérateurs Telefónica (espagnol), SK Telecom (coréen), NTT Docomo Ventures (japonais), Eutelsat (satellite), le fonds d'investissements Elliott Management Corporation (très présent dans les réseaux) et les groupes industriels GDF Suez et Air Liquide.

Elaia, IXO PE, Partech Ventures et Intel capital, déjà actionnaires ont également souscrits. BPI, autre actionnaire en place apporte 17 ME. Il en avait déjà lâché 15 fin 2014. Le groupe aimerait entrer au Nasdaq en 2016.

(*) créée en 2012 à Labège près de Toulouse par Ludovic Le Moan (en photo) et Christophe Fourtet, directeur technique. Anne Lauvergeon est, depuis avril 2014, présidente du conseil d'administration.

Facebook fait appel à Arista pour muscler son réseau

Facebook s'est associé à Arista pour développer des commutateurs plus performants. Une manière de répondre à des enjeux énergétiques de plus en plus présents. Les dirigeants de Facebook ont profité de l'Open...

le 15/03/2019, par Bastien Lion, 400 mots

Attention aux pièges du SD-WAN

Pour choisir l'option SD-WAN la plus intéressante financièrement, lisez d'abord les paragraphes en petits caractères de vos contrats WAN actuels. Quand les entreprises élaborent des stratégies réseau et des...

le 14/03/2019, par Kevin DiLallo, Laura McDonald et Joe Schmidt, Network World (adaptation Jean Elyan), 930 mots

Le pare-feu VMware prend pour objectif de défendre les apps dans...

Le service de pare-feu Service-defined Firewall de VMware fonctionne dans les environnements bare-metal, VM et de conteneurs, et prend en charge le cloud hybride. VMware a dévoilé un pare-feu qui, selon le...

le 11/03/2019, par Michael Cooney, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 524 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »