Juniper fusionne deux divisions et réduit ses coûts internes - Actualités RT Réseaux

Juniper fusionne deux divisions et réduit ses coûts internes

le 20/06/2014, par Jim Duffy, adaptation Didier Barathon, Réseaux, 1044 mots

Après un changement de Pdg au mois de janvier, des rumeurs de rachat par Nokia, une mise en accusation publique par le fonds d'investissement Elliott, Juniper se devait de réagir. La société engage une profonde réorganisation interne pour porter ses nouveaux choix technologiques et rationaliser au plus vite ses structures.

Juniper fusionne deux divisions et réduit ses coûts internes

Juniper Networks a fusionné deux de ses divisions, Platform systems et Software solutions, afin de mieux aligner le développement de ses produits et technologies pour les marchés du  cloud et des réseaux intelligents. En fusionnant ces deux entités dans une seule, Juniper  Development and Innovation business unit (JDI), le fournisseur veut également éliminer les barrières organisationnelles internes inutiles et construire des systèmes de bout en bout qui vont «écraser» les dépenses d'exploitation, explique Rami Rahim (en photo), vice-président exécutif de JDI, à Network World. C'est l'une des premières analyses publiques qu'un dirigeant de Juniper de haut rang ait livré depuis la création de JDI.

"Une certaine clarification est intervenue dans l'entreprise sur ce qu'est sa mission et sa stratégie, nous sommes  dans l'alignement de nos produits et de notre énergie  go-to-market avec cette stratégie», a-t-il précisé, se référant à la constitution de JDI, une nouvelle division apte à aborder les exigences de «bâtisseurs de nuages" et de concepteur de réseaux "high IQ" que s'est fixées l'entreprise. JDI a été formée après l'arrivée au mois de janvier dernier d'un nouveau CEO, Shaygan Kheradpir, qui a imposé son propre schéma de direction : Integrated operating plan, IOP. Il  est destiné à recentrer l'entreprise sur les segments à plus forte croissance de l'industrie des réseaux, de rationaliser la R&D et les programmes de mise sur le marché, d'accroître l'efficacité dans tous les domaines opérationnels de l'entreprise et même de rembourser une partie du capital aux actionnaires.

Même la R&D se rationalise

La division JDI rationalise également la R&D. Elle aidera à partager la technologie de Juniper entre différents groupes de produits. Un exemple :  les interfaces 100G sur la plate-forme haut de gamme de sécurité SRX, qui se servent du 100G silicium disponibles sur les produits de routage et de commutation de Juniper. C'est d'autant plus important que le marché change de manière rapide et divergente. Les clients mettent en oeuvre une commu-tation à base de fabric pour faire en sorte que  les réseaux soient plus habiles à intégrer le trafic est / ouest qui s'incruste entre les racks de serveurs, de réduire la latence, d'intégrer plus étroitement le calcul, le stockage et un meilleur support à la  virtualisation. Dans cette optique, Juniper propose cinq ou six architectures de type fabric différentes en fonction des besoins du client: Virtual Chassis, QFabric, Virtual Chassis Fabric (VCF), enfin des architec-tures « leaf-and-spine » deux niveaux et  Layer 3 à deux ou trois niveaux.

Fournir plus rapidement des applications

Juniper propose également ce qu'il appelle un MetaFabric, décrit par Rami Rahim comme un cadre pour permettre la fourniture rapide d'applications à l'intérieur et à travers de multiples centres de données. Il regroupe les ressources réseau basées sur les commutateurs QFX et EX, les routeurs MX, les systèmes de sécurité SRX et les contrôleurs  Contrail SDN et des produits partenaires. La demande des clients est plus grande pour Virtual Chassis et QFabric car ils sont plus âgés et ont été implantés depuis plus longtemps, explique  Rami Rahim. En revanche, VCF et MetaFabric ont été introduits l'année dernière.

"VCF est relativement nouveau  et de plus en plus nos clients s'orientent vers une architec-ture de couche 3 leaf/spine à l'intérieur centre de données. Certains de nos grands clients sont en cours de déploiement de la technologie MPLS dans le centre de données et cela nous donne encore un autre point de différenciation parce que nous tirons parti de notre système logiciel Junos." La mise en oeuvre sur un seul niveau de QFabric "n'est pas pour tout le monde," reconnaît  Rami Rahim, mais il permet à Juniper de se distinguer.

Les raisons de la forte croissance

Le vice-président de Juniper explique encore que sa gamme de commutateurs ordinaires, EX9200 et QFX5100, adresse un très large  segment d'entreprises et  de services providers,  sur le marché du cloud hybride et public. C'est ce qui a permis à l'entreprise de faire progresser son activité de commutation de 46% au premier trimestre. L'expérience de Juniper dans les technologies fabric pour centre de données et dans l'automatisation ont également catalysé la croissance et aidé à gagner des contrats comme le projet SDN d'AT&T ainsi que celui de la banque UBS. Pour AT&T, Juniper a travaillé dans un modèle DevOps pour aligner le développement de logiciels sur les opérations.

Sur ce sujet du SDN, Rami Rahim explique que  Juniper compte  une vingtaine de clients, entreprises et fournisseurs de services, pour son contrôleur Contrail SDN, y compris CloudDynamics et CyberPort, et 1300 téléchargements de son contrôleur SDN OpenContrail open source.

Révision des gammes de produits

Plus largement, Juniper est en cours de révision de sa gamme de produits dans le cadre de sa politique IOP. La société s'est récemment alliée avec Aruba Networks pour l'intégration de ses solutions de réseau local sans fil avec les commutateurs Juniper et pour le développement et la commercialisation conjointe. Certains voient cela comme une sortie éventuelle du développement du WLAN basé sur l'acquisition en 2010 de Trapeze Networks par Juniper.

Dernier point, la spéculation sur une possible cession par Juniper de son portefeuille de rou-tage d'accès et sa gamme de produits de gestion de  sécurité mobile Junos Pulse. Rami Ra-him n'a pas voulu commenter les projets de la société pour ces lignes de produits, mais il a souligné que cette évaluation doit être conduite pour toute entreprise. "C'est très sain pour une société comme Juniper de constamment évaluer ses produits et de s'assurer que ceux que nous développons sont alignés avec notre stratégie et nos objectifs financiers», explique-t-il. «Nous allons procéder encore à des ajustements. Nos produits LAN sans fil sont encore commercialisés. Mais Aruba nous donne la capacité d'offrir différentes options pour nos clients et renforce nos solutions globales. La sécurité prend également une importance fondamentale pour notre stratégie. Nous sommes absolument convaincus que les produits que nous pouvons offrir dans le routage, la commutation et la sécurité vont nous aider à répondre aux besoins les plus urgents de nos clients et de la meilleure façon possible ».

Arista lance son routeur 7500R en se basant sur FlexRoute et Jericho

Après ses succès dans la commutation pour centres de données, Arista s'attaque de plus en plus au routage. Une offensive directement dirigée contre les bases installées de Cisco et Juniper. Arista a lancé...

le 31/03/2016, par Jim Duffy / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 392 mots

Lors de son Partner Summit, Cisco met l'accent sur les centres de...

Rachat de CliQr, entrée dans l'hyperconvergence, lancement de Digital Network Architecture : c'était les 3 grands thèmes du Partner Summit de Cisco. Réuni à San Diego la semaine dernière les partenaires...

le 07/03/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 551 mots

NextiraOne change sa gouvernance et mise sur la sécurité

NextiraOne réunit en kick-off l'ensemble de ses 1300 salariés cette semaine. L'occasion de tourner la page des années noires. Repris par Walter Butler au mois de juin dernier, NextiraOne se réorganise, du...

le 19/01/2016, par Didier Barathon, 319 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »