L'Ethernet 400 gigabit victime de son succès - Actualités RT Infrastructure

L'Ethernet 400 gigabit victime de son succès

le 23/10/2013, par Jean Pierre Soulès, Infrastructure, 494 mots

Les entreprises, les fournisseurs de services Cloud et les opérateurs, tous utilisent Ethernet, ce qui complique la tâche pour définir un standard plus rapide.

L'Ethernet 400 gigabit victime de son succès

Il semble qu'Ethernet se lance dans ce qui devrait être une longue aventure pour augmenter son débit. Jadis,  créer une nouvelle génération d'Ethernet était relativement facile : les entreprises réclamaient des réseaux locaux plus rapides, les constructeurs créaient un nouveau standard et  l'incorporaient dans la génération suivante d'ordinateurs et de commutateurs.

Désormais, il est beaucoup plus complexe de satisfaire tout le monde avec l'arrivée des opérateurs, des géants du Web 2.0, des fournisseurs de services  Cloud et des entreprises. Chacun recherche des débits et des interfaces différentes plus ou moins rapidement. Par exemple, Facebook réclamait, dès 2010,  le Terabit Ethernet dans ses datacenters. C'est le problème que rencontre le groupe de travail IEEE 802.3 400G qui ouvre un nouveau chapitre de l'histoire d'Ethernet.

«Le groupe de travail est très hétérogène. Il est difficile d'obtenir les 75% de consensus requis pour l'approbation du standard », reconnaissait  récemment John D'Ambrosia,  le président du groupe (en photo).

Le nouveau standard 802.3bs prêt en 2017

La difficulté de la tâche s'est singulièrement accrue depuis l'approbation du standard 802.3ba, qui couvre à la fois le 40-Gigabit et le 100 Gigabit Ethernet. Au départ, il n'était question que du 100 Gbit/s, réclamé par les opérateurs, mais il fut étendu pour inclure le 40 Gbit/s car les serveurs des entreprises n'était pas prêts au 100 Gbit/s. Si l'on se réfère à ce cas, le nouveau standard 802.3bs ne sera probablement pas ratifié avant la première moitié de 2017. Selon, Dale Murray,  analyste chez Light Counting,  le projet est ambitieux et le chemin pour  y parvenir sera bien plus difficile que pour les standards précédents.

L'un des procédés les plus courants est d'agréger des tuyaux plus petits. L'une des questions clés est de savoir lesquels on va choisir pour atteindre le 400G. Ces liens peuvent en effet être constitués de multiples fibres, longueurs d'onde et autres connexions.  Cela avait été relativement facile avec le 802.3ba, avoue Dale Murray. Les ingénieurs étaient partis de plusieurs  interfaces 10-Gigabit qui étaient déjà commercialement disponibles.  Il s'agit moins d'une question de nouvelle technologie que de packager celles qui existent, ajoute-t-il.

Le meilleur moyen serait de prendre quatre interfaces 100 Gbit/s, estime John D'Ambrosia, qui compte proposer cette solution comme axe de travail. Les constructeurs ont réussi à développer des interfaces 40 Gbit/s à partir desquelles il était possible de créer 4 liens 10 G. Cela a donné aux entreprises le moyen de répondre à leurs besoins immédiats et futurs. Mais aussi d'augmenter les volumes produits et donc de faire baisser les prix. D'autres moyens d'atteindre le 400 G consisteraient à utiliser 8 connexions à 50 GBit/s ou même 16 à 25 Gbit/s.  L'avantage est qu'ils ne répondent à aucun besoin particulier. Dale Murray met en effet en garde contre une technologie qui arriverait trop tôt et dont la plupart des utilisateurs ne verraient pas l'utilité. L'industrie attendrait alors longtemps avant de  voir le 400 G enfin décoller.

 

 

 

Clap de fin pour OpenStack chez Suse

En perte de vitesse dans les entreprises, la plateforme cloud open source OpenStack perd un allié de poids avec la défection de Suse. L'éditeur allemand Suse spécialiste de Linux abandonne sa distribution...

le 09/10/2019, par Maryse GROS, 146 mots

Cisco étend ACI aux environnements cloud et SD-WAN

Avec la solution d'infrastructure axée sur les applications ACI Anywhere de Cisco, les entreprises peuvent exécuter et contrôler de n'importe quel endroit les applications à travers des clouds privés ou...

le 20/09/2019, par Michael Cooney, Network World (adaptation Jean Elyan), 1506 mots

Les États-Unis blacklistent 5 constructeurs de supercalculateurs...

Les entreprises américaines n'ont plus le droit de faire des affaires avec les entreprises sur liste noire. L'administration Trump a pris d'autres mesures contre la Chine, notamment l'ajout de plusieurs...

le 24/06/2019, par Mark Hachman, PC World (adaptation Jean Elyan), 663 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...