L'Institut Bergonié met en place un PCA avec Datacore - Actualités RT Cloud / Virtualisation

L'Institut Bergonié met en place un PCA avec Datacore

le 07/09/2011, par Bertrand LEMAIRE, Cloud / Virtualisation, 683 mots

Le centre bordelais spécialisé dans le traitement du cancer a déployé la solution SANmelody de Datacore intégrée par Aktea. Au delà d'un PRA, l'établissement dispose désormais d'un véritable PCA.

L'Institut Bergonié met en place un PCA avec Datacore

Situé à Bordeaux, l'Institut Bergonié a été fondé en 1923 et est spécialisé dans la recherche et le traitement contre le cancer. Il compte 850 collaborateurs dont 9 à la DSI (4 à la production, 4 au développement et la DSI) pour accueillir 2000 personnes chaque jour, dont un grand nombre en hospitalisation de jour. Les infrastructures purement médicales s'appuient sur des infrastructures informatiques autant de pointe pour garantir un accueil de qualité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Or, en cas d'incident, il fallait envisager un délai de trois heures pour une reprise d'activité. Un tel délai ne pouvait pas être accepté. Il s'agissait donc pour l'Institut Bergonbergié de passer d'une logique de PRA (plan de reprise d'activité) à une logique de PCA (plan de continuité d'activité).

Deux salles blanches en redondance

Depuis dix ans, le système d'information intègre et centralise de plus en plus les données de l'hôpital dans une logique de SIH (système d'information hospitalier).

La « station soin » a été intégrée en interne et est un poste de travail normalisé pour les équipes médicales comprenant une cinquantaine d'applications. L'ensemble des données concernant un patient peut être consulté sur celle-ci : documents externes (correspondances, résultats d'examens...), imagerie médicale Agfa entièrement numérisée, résultats d'examens internes, traitements en cours... Les mises à jour sont faites ne temps réel grâce à cette centralisation des données.

Ces stations, sur 750 PC, et l'ensemble du SI sont virtualisés. Le SI est totalement redondant, réparti entre deux salles blanches distantes de deux cents mètres comprenant un double SAN avec 2 baies EMC Clarion en miroir synchrone, une cinquantaine de serveurs virtuels sous VMware et une dizaine de serveurs physiques HP.

Cependant, en 2008, une panne dans une des deux salles nécessitait un délai de trois heures pour relancer l'intégralité du SI. Ce délai inacceptable devait être corrigé, l'hôpital devant passer d'une logique, en 2008, de PRA à une logique, en 2010, de PCA.

Des contraintes fortes

Cette logique supposait de toujours disposer d'un SI sécurisé hautement disponible, avec une infrastructure capable de supporter toutes les applications (notamment l'imagerie médicale Agfa et la base de données Oracle) et la plus automatisée possible.

A partir de 2008, plusieurs solutions sont étudiées : Vplex d'EMC, Continous Access d'HP, SRM de Vmware et enfin SANmelody de Datacore. Cette dernière solution a été montrée en septembre 2010 avec une démonstration complète par l'intégrateur Aktea.



Seule cette dernière solution correspondait à toutes les attentes de l'établissement. Une fois que la validation de la compatibilité technique des constituants a été actée, le déploiement a été rapide. Le nouveau système a été déployé et mis en production en octobre 2010.

L'ensemble de l'infrastructure existante (y compris les switchs) a été conservée. Deux serveurs HP DL380 avec 12Go de RAM ont été ajoutés pour gérer SANmelody avec deux licences pour 32 To (une par salle blanche). Le volume de données au moment de la migration n'était que de 15 To par salle. Le volume de 32 To devrait être atteint dans les deux ans. L'ajout progressif de fonctions a été liée à celui des infrastructures correspondantes et a pu être réalisée pratiquement en mode automatique. L'intégration de la base Oracle a ainsi pu être menée en une heure.

Des tests en grandeur réelle

La pertinence de la solution a été testée à plusieurs reprises lors d'arrêts planifiés d'équipements, y compris d'une salle blanche complète pour effectuer une intervention électrique, ainsi que lors d'un incident matériel sur le réseau. Le recalibrage, le rééquilibrage de charge et la resynchronisation des salles blanches peut se faire en une dizaine de minutes, pratiquement en mode automatique, au lieu de près de douze heures auparavant. Les utilisateurs ne sont pas rendus compte de la moindre interruption.

L'Institut Bergonié envisage une montée de version de son SANmelody mais surtout de migrer sa cinquantaine d'applications de la « station soins » vers un dossier médical unifié. Une éventuelle croissance du volume supposera un rachat de licences mais ne nécessitera aucune intervention technique particulière en dehors de l'achat des espaces de stockage.

Le coût du projet n'a pas été dévoilé.

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Deutsche Telekom lance une offre de cloud public pour toute l'Europe

Comme prévu, l'opérateur historique allemand a lancé son offre de cloud public lors du Cebit, lundi. Cette offre vise ouvertement AWS, elle est réalisée en association avec Huawei qui fournit les serveurs....

le 15/03/2016, par Didier Barathon, 410 mots

euNetworks relie 240 datacenters en Europe et se développe en France

Les opérateurs d'infrastructure indépendants luttent pour leur indépendance face à la concurrence des grands opérateurs et aux tentatives de rachat dont ils sont l'objet. euNetworks est un opérateur de réseau...

le 08/02/2016, par Didier Barathon, 378 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »