La BnF et le Centre Pompidou cultivent le web sémantique

le 03/05/2012, par Quentin Renard, Terminaux et Systèmes, 468 mots

Dans le but de faciliter l'accès à leurs différents catalogues, la Bibliothèque Nationale de France et le Centre Pompidou adoptent le web sémantique dans la conception de leurs sites internet. Les responsables de ces projets s'expriment à l'occasion des conférences SemWeb.Pro du 02 mai 2012, à Paris.

La BnF et le Centre Pompidou cultivent le web sémantique

Romain Weinz, expert métadonnées de la Bibliothèque National de France (BnF) et Emmanuelle Bermès, Chef du service multimédia du Centre Pompidou, travaillent autour d'un enjeu commun : ouvrir un catalogue provenant de divers silos de données à l'internaute. A l'occasion des conférences SemWeb.Pro du 02 mai 2012, à Paris, chacun a développé sa façon de penser.

La BnF travaille, sur le site data.bnf.fr, à mettre en place un projet d'Open Data qui fasse le lien entre les archives du site, les livres numérisés via Gallica, ainsi qu'avec la totalité des notices bibliographiques en sa possession.

Pour l'utilisateur, cela passe par une page web qui livre toutes les informations relatives à un auteur ou à une oeuvre. Il s'agit de concaténer et de lier la totalité des données provenant de sites divers ou de différents catalogues pour les rendre plus visibles à la lecture. Pour cela, la BnF passe par une navigation via des pages html, réutilisables pour tous via une licence ouverte, mais aussi ouvertes techniquement via le RDF (Ressource Description Framework, ou modèle de description de données).

Les pages sont construites automatiquement à partir des informations des différents silos de données, et le but de ce site est à terme, de devenir une référence utilisée par le plus grand nombre, d'où son ouverture à la réutilisation, même à des fins professionnelles.

Le futur site du Centre Pompidou, prévu pour (...)

Photo : Emmanuelle Bermès, Chef du service multimédia du Centre Pompidou (D.R.)



Le futur site du Centre Pompidou, prévu pour le second semestre 2012, partage les même besoins et, pour Emmanuelle Bermès, le but des équipes qui travaillent sur le site est « de provoquer la sérendipité de l'internaute et tout est mis en place pour que celui-ci prolonge son expérience sur le site ». La sérendipité étant le fait de réaliser une découverte inattendue grâce à l'intelligence et au hasard.

Il s'agit là encore de se servir du Web sémantique pour faciliter la mise en ligne d'un modèle commun à tout le catalogue pour l'utilisateur malgré des silos de données divers et variés.

Le web sémantique a donc un usage fort dans les unités ou administrations à consonance culturelle, afin de rassembler les données pour faciliter la visualisation et la navigation vers celles-ci. Le web sémantique, à l'heure où les recherches s'effectuent via les moteurs de recherche a donc un intérêt certain.

Il s'agit ici de relancer la curiosité de l'internaute sur des sites avec un contenu très important, d'où l'intérêt d'avoir une véritable connexion entre les différentes données, pour faciliter la navigation.

Une définition simple de ce qu'est le Web Sémantique

Afin de se faire une idée simple de ce qu'est le Web Sémantique, on peut consulter le blog de Romain Bohdanowic . En résumé, le Web sémantique permet de répondre à des questions sur leur sens et non sur leur forme. Ainsi, les deux expressions "Chef d'État américain" et "Président des États-Unis d'Amérique" ont le même sens, sans avoir la même forme. L'objectif du Web sémantique est de permettre à des programmes informatiques d'interpréter la sémantique des pages web et non leur forme. La difficulté pour que des applications sémantiques puissent voir le jour, c'est qu'il faut réécrire le web en utilisant des langages de descriptions sémantique (RDF, OWL, FOAF, etc.). C'est pour cette raison que le Web sémantique peut fonctionner plus facilement sur des systèmes d'information fermés ou de bibliothèques. 

BlackBerry envisage de céder son activité messagerie

Le 12 août dernier, BlackBerry annonçait la création d'un comité spécial pour trouver une stratégie de survie. Vente 

le 28/08/2013, par D.B., 125 mots

Le clavier reste exigé avec les tablettes tactiles

Selon le cabinet Forrester, deux tiers des professionnels veulent un vrai clavier avec leurs tablettes tactiles. La tablette tactile comporte normalement un clavier virtuel sur l'écran lorsqu'il est nécessaire...

le 26/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, 207 mots

Smartphone sous Ubuntu : échec du financement du projet

La campagne de levée de fonds pour produire le smartphone Edge sous Ubuntu n'a pas abouti Canonical n'a pu réunir que 13 millions de dollars auprès des internautes alors qu'il  comptait sur 32 millions de...

le 23/08/2013, par Véronique Arène avec IDG News Service, 339 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »