La fibre optique se plie aux exigences parisiennes de Free

le 30/06/2008, par Philippe Pelaprat, Fibre optique, 361 mots

Le raccordement optique devient le nouveau défi des opérateurs télécoms. Face aux contraintes de la desserte des immeubles anciens parisiens, un rayon de courbure extra court de la fibre optique est le bienvenu pour les réseaux FTTH de Free.

La fibre optique se plie aux exigences parisiennes de Free

Draka est un câblier européen. Il propose une fibre optique, la BendBright, qui a la particularité d'accepter un rayon de courbure très court sans perte importante du signal. La déperdition est de - 0,19 dB pour une fibre enroulée autour d'un crayon contre - 11,24 dB pour une fibre ordinaire. Adaptée aux immeubles anciens Cette grande souplesse est appréciée par les équipes qui déploient le FTTH de l'opérateur Free dans les vieux immeubles parisiens puisque les câbles épousent plus facilement les moulures et autres difficultés rencontrées dans les cages d'escalier sans goulotte. Ce câble devrait aussi être employé massivement par les équipes du réseau CityNet d'Amsterdam dont la phase 2 devrait débuter cette année dans la partie ancienne de la ville. Jusqu'à 8000 couches de verre Les propriétés physiques de cette fibre BendBright ont aussi permis à Draka de modifier la taille de ses cassettes d'épissurage et des autres accessoires de connectivité. Ce qui réduit les coûts. La fibre monomode BendBright est produite à l'usine Draka de Douvrin (Pas de Calais) qui met en oeuvre un procédé de production utilisant le plasma (brevet France Télécom R&D-Alcatel). Cette méthode permet de superposer jusqu'à 8000 couches de verre sur la préforme qui prend la taille d'un cheveu après étirage dans une tour de 20 mètres de hauteur, contre seulement 35 strates avec le procédé de Corning Glass plus classique. Draka a agrégé la concurrence Peu connue, l'entreprise néerlandaise Draka Holding a un chiffre d'affaires de 2,8 milliards d'euros. Elle est cotée à Euronext. C'est un groupe issu du secteur minier mais qui déploie aujourd'hui ses activités dans les domaines de l'énergie et des infrastructures, de l'industrie et des spécialités (automobile, aviation, produits d'élévation et divers) et pour finir la communication. Elle est le principal producteur de fibre optique en Europe au travers d'une coentreprise fondée avec Alcatel - Draka Comteq - qu'elle contrôle intégralement aujourd'hui et qui a successivement agrégé les productions de Philips, Nokia, ABB, Ericsson, ITT et Phelps Dodge.

Les PME britanniques réclament un débit minimum de 100 Mbit/s

Au Royaume-Uni, les PME se sentent étranglées par l'absence de haut débit, la plupart d'entre elles étant encore raccordées au réseau commuté. Par le biais de leur Fédération, elles demandent au gouvernement d'...

le 16/07/2014, par Jean-Pierre Soules avec IDG NS, 665 mots

Faute de FTTH, le VDSL 2 va se déployer partout d'ici la fin de l'anné...

Nos voisins européens se sont lancés dans le VDSL2 depuis des années. La France piétine, comme devant le FTTH, mais vient en quelques mois de mettre les bouchées doubles. Le mystérieux comité des experts, qui s...

le 11/07/2014, par Didier Barathon, 447 mots

Fibre optique : trop de colloques, pas assez de décisions

Un an après l'annonce du Plan très haut débit qui doit permettre d'équiper tout le territoire en fibre optique ou en technologies alternatives, rien ne se passe. La sécurisation des financements de l'Etat et l'...

le 11/07/2014, par Didier Barathon, 526 mots

Dernier dossier

Pourquoi l'Internet des objets est une technologie de rupture

L'internet des objets (IoT, Internet of things) sera partout. Selon le Gartner, d'ici à 2020 il représentera un marché de 300 milliards de dollars, avec plus de 26 milliards de périphériques installés. Aujourd'hui, nous n'utilisons « que » 7,3 milliards de smartphones, de tablettes ou de PC. L'IoT se confrontera à d'autres technologies de rupture :...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"