La police anglaise gère ses armes avec le RFID - Actualités RT RFID

La police anglaise gère ses armes avec le RFID

le 25/08/2010, par Réseaux-telecoms, RFID, 346 mots

La police anglaise gère ses armes avec le RFID

La police anglaise déploie une solution basée sur la technologie RFID pour sécuriser ses armes. Ce projet vise à assurer le suivi, la traçabilité et la sécurité des armes à feu, que ce soit pour l'armée, la police, qui pour l'heure est le seul département à en être équipé, ou pour les autres forces de l'ordre.

La solution, appelée iDAS (Intelligent Drawer Armory System ou casier d'armes intelligent), devrait permettre de gérer automatiquement l'affectation et le retour des armes dans un placard de stockage sécurisé et d'en améliorer la gestion. Elle produit un historique complet pour chaque arme, génère des rapports d'audit pour les responsables et empêche l'affectation d'armes à des officiers non-autorisés.

De cette manière, aujourd'hui, la police anglaise gère ses Tasers via des casiers RFID, sachant que chacune de ces armes est équipée d'un tag RFID haute-fréquence, administré par des lecteurs et des antennes RFID intégrés aux casiers.

Ainsi, étant donné que la méthode de stockage et de distribution des Tasers est plus sécurisée et plus régularisée, de petits postes de police peuvent désormais en mettre à la disposition de ses équipes, alors qu'ils étaient jusqu'à maintenant réservés aux plus gros commissariats.

Pour se munir de cette arme, l'officier présente son badge devant le lecteur du casier afin que le système valide sa demande et une fois l'autorisation accordée, un écran tactile rattaché au système de gestion guide l'officier à travers une série de questions légales et procédurales. Le Taser est ensuite assigné électroniquement et le système commande l'ouverture du tiroir approprié. L'officier authentifié peut ainsi retirer son arme, qui lui est automatiquement attribué dans un logiciel de gestion.

A chaque arme est donc rattaché un historique complet. Comme le précise David Amstrong, directeur chez RFIP, "dans le cas où les autorités souhaiteraient revoir l'historique d'une arme ou d'un officier, ils peuvent avoir accès à un dossier complet sur les affectations de l'arme ou tout autre information telle que les entretiens, les réparations, etc."

La police anglaise a retenu le fournisseur d'infrastructures RFID TAGSYS et la société RFIP pour ce projet.

Illustration : D.R.

Un projet de bague avec une puce NFC intégrée séduit les internautes

La technologie sans fil NFC, de plus en plus intégrée dans les smartphones, permet l'échange de do

le 29/07/2013, par Relaxnews, 146 mots

L'armée française suit ses équipements avec des puces RFID

Le projet SILRIA (Système d'Information Logistique de suivi de la Ressource Inter-Armées) prévoit d'étiqueter le matériel avec des puces RFID. Il vient d'être attribué par le ministère de la Défense à un...

le 02/04/2013, par Bertrand LEMAIRE, 235 mots

MWC 2013 : Les grands opérateurs mobiles asiatiques coopèrent sur les...

Les trois plus grands opérateurs de Chine, Japon et Corée sont tombés d'accord pour assurer l'interopérabilité de leu

le 25/02/2013, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Services, 255 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »