La sécurité des données inconnue dans les sociétés financières

le 18/06/2012, par Bertrand LEMAIRE, Actualités, 304 mots

La sécurité des données inconnue dans les sociétés financières

Si le secteur financier est particulièrement sensible, une étude menée par le cabinet PWC sous l'égide d'Iron Mountain montre que la sécurité est nettement négligée.

« Avez-vous subi une violation de vos données au cours des trois derniers mois ? » 22 % des entreprises du secteur financier sont incapables de répondre à cette question. 41 % sont incapables de contrôler l'efficacité de leur stratégie de de gestion des risques liés aux informations.
Ces chiffres pour le moins inquiétants dans des entreprises amenées à traiter des données des plus confidentielles sont issues d'une enquête du cabinet PricewaterhouseCoopers (PWC) diffusée récemment et sponsorisée par Iron Mountain.

Ce manque de vigilance n'est pas comblé malgré le fait que les entreprises victimes de fraudes soient bien conscientes des conséquences sur les responsabilité professionnelle et leur réputation dégradée. Parmi les manquements, notons également les 42 % d'entreprises du secteur financier qui n'exercent aucune surveillance des équipes en charge de la gestion des risques en lien avec les informations traitées par la société.

L'AFTE évangélise contre la fraude

L'Association Française des Trésoriers d'Entreprise (AFTE) consacre le dossier du n°292 (Juin 2012) de son mensuel La Lettre du Trésorier au thème de la fraude : La fraude, domaine des préjugés. Ce dossier se base notamment sur une étude PWC complémentaire de celle décrite ci-dessus.
Selon l'AFTE, « en matière de fraude, le facteur humain est de première importance ». Cela est autant vrai dans la fraude d'origine externe que dans la fraude orchestrée par des salariés de l'entreprise victime. Ces dernières prédomineraient même, bien que la cybercriminalité organisée progresse.

La détection des fraudes se fait de plus en plus via des systèmes automatisés (aujourd'hui presque une sur deux détections), 60 % des détections ayant lieu après un contrôle. 10 % des fraudes ont un impact supérieur à 5 millions de dollars.
La moitié des entreprises française estime qu'elles auront à faire face à une fraude dans les douze mois.

T-Mobile authentifie de manière forte 15000 employés via leur mobile

L'opérateur mobile T-Mobile authentifie 15 000 collaborateurs via leurs téléphones mobiles. Les employés de T-Mobile

le 05/02/2013, par Jean Pierre Blettner, 341 mots

La cybercriminalité va faire l'objet d'un énième rapport du ministère ...

Le ministère de l'intérieur entend mieux piloter la lutte contre la cybercriminalité. Le ministre de l'intérieur Manu

le 30/01/2013, par Jean Pierre Blettner, 222 mots

Mega déjà mis en cause pour violation de propriété intellectuelle

Le site de stockage et de partage de fichiers Mega a supprimé du contenu violant la propriété intellectuelle le

le 30/01/2013, par Véronique Arène et IDG News Service, 832 mots

Dernier dossier

Pourquoi l'Internet des objets est une technologie de rupture

L'internet des objets (IoT, Internet of things) sera partout. Selon le Gartner, d'ici à 2020 il représentera un marché de 300 milliards de dollars, avec plus de 26 milliards de périphériques installés. Aujourd'hui, nous n'utilisons « que » 7,3 milliards de smartphones, de tablettes ou de PC. L'IoT se confrontera à d'autres technologies de rupture :...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"