La Sécurité Sociale interdit à un site de comparer les tarifs des honoraires médicaux

le 05/09/2012, par Relaxnews, Régulation télécoms, 291 mots

Le site Fourmi Santé a protesté contre une décision de la Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés (Cnamts). Le site a reçu une mise en demeure de l'organe pour retirer tout lien avec le site ameli.fr qui permettait de comparer les tarifs publics de différents médecins.

La Sécurité Sociale interdit à un site de comparer les tarifs des honoraires médicaux

Le site Fourmi Santé, qui s'est spécialisé dans la comparaison des honoraires des médecins, a protesté mercredi contre la décision de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) de lui interdire l'accès aux données de son site ameli.fr.

"Fourmi Santé a reçu à deux reprises cet été une mise en demeure de la Cnamts afin de retirer sur son site www.fourmisante.com tout lien avec le site ameli.fr permettant d'exploiter les tarifs +publics+ des médecins et de les comparer en toute objectivité", affirme le comparateur dans un communiqué.

En outre, la Caisse d'assurance maladie "a coupé les liens hypertexte permettant à Fourmi Santé d'accéder à ses données +publiques+ pour les retraiter", ajoute le communiqué.
Selon Fourmi Santé, la Cnamts fait valoir que les données d'ameli.fr ne peuvent "être réutilisées sans l'accord de chacun des professionnels de santé."

"Dans un contexte où les dépassements d'honoraires médicaux sont plus que jamais un frein à l'accès au soin, donner de la transparence sur les tarifs est une des vocations premières du site de Fourmi Santé," poursuit le communiqué.

Les dirigeants de la société exploitant le comparateur "demandent au gouvernement de se prononcer sur cette transparence, sur l'accessibilité aux tarifs et donc aux soins pour tous," conclut-il.

Des négociations démarrent mercredi entre l'assurance maladie, les syndicats de médecins libéraux et les complémentaires santé, pour tenter d'encadrer les dépassements d'honoraires médicaux.

Photo : Page d'accueil de Fourmisante.com (©All rights reserved)

L'Arcep veut revenir dans le débat, tout en restant dans son rôle

Critiqué, pour ne pas dire plus, par le dg de Bouygues Télécom ou le ministre de l'économie, l'Arcep a répondu avec sa sérénité habituelle. Sérénité due à ses missions, le régulateur ne s'exprime que s'il est c...

le 30/06/2014, par Didier Barathon, 662 mots

Bouygues Télécom s'en prend, violemment, à l'Arcep, à Free et au câbl...

L'informatique et la distribution devraient être les principaux services touchés par la restructuration menée chez Bouygues Télécom. Mercredi, devant le Comité central d'entreprise la direction précisera l'ampl...

le 09/06/2014, par Didier Barathon, 729 mots

Les Etats-Unis pourraient passer de 4 à 3 opérateurs de téléphonie mob...

Le marché américain des télécoms est rythmé par les opérations  de cession et de rachats. Voda-fone  a cédé ses parts dans la filiale mobile de Verizon pour 130 milliards de dollars, AT&T s'est em-paré de D...

le 05/06/2014, par Didier Barathon, 447 mots

Dernier dossier

Pourquoi l'Internet des objets est une technologie de rupture

L'internet des objets (IoT, Internet of things) sera partout. Selon le Gartner, d'ici à 2020 il représentera un marché de 300 milliards de dollars, avec plus de 26 milliards de périphériques installés. Aujourd'hui, nous n'utilisons « que » 7,3 milliards de smartphones, de tablettes ou de PC. L'IoT se confrontera à d'autres technologies de rupture :...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"