Le conseil national du numérique 100% nouveau sera jugé sur sa valeur ajoutée - Actualités RT Régulation télécoms

Le conseil national du numérique 100% nouveau sera jugé sur sa valeur ajoutée

le 21/01/2013, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 458 mots

Après six mois d'absence, le Conseil national du numérique (CNN) est de retour. Il s'agit de la version concoctée par Fleur Pellerin. Plus de membres, une représentativité élargie et la parité entre hommes et femmes, mais pour quoi faire ?

Le conseil national du numérique 100% nouveau sera jugé sur sa valeur ajoutée

Fleur Pellerin (Photo) déplorait récemment le trop grand nombre d'organisations professionnelles du numérique. Vendredi 18 Janvier au matin, elle a installé le Conseil national du numérique et précisé ses nouvelles missions (*). Une nouvelle instance de plus ? Contradictoire ? La ministre a justifié sa décision et expliqué pourquoi elle avait souhaité son profond changement.

La décision de Fleur Pellerin recouvre trois intentions. D'abord, le CNN précédente version était supposé trop proche d'Eric Besson, ancien titulaire du portefeuille du numérique, honni de l'actuel gouvernement. Surtout, la ministre voulait redéfinir et élargir la représentativité du Conseil, le faire moins dépendre des entreprises largement représentées par leurs syndicats et associations et plus de la société en général, entrepreneurs, élus, chercheurs.

Enfin, Fleur Pellerin souhaite faire « plancher » le CNN sur les sujets les plus délicats ou les plus techniques de l'économie numérique et en toute transparence. Ses avis sont consultatifs, mais il peut s'auto-saisir comme il peut être saisi par la ministre.

Un président attendu

Le président est comme prévu Benoît Thieulin, patron de l'agence Netscouade. Il est connu pour avoir animé la campagne présidentielle de Ségolène Royal comme candidate de la gauche à la présidentielle en 2007, mais Benoît Thieulin a fait beaucoup d'autres choses.

Une représentativité décidée par décret ...



Une représentativité décidée par décret

Curieuse instance tout de même, dont les membres sont nommés par décret, mais doivent représenter tout un secteur d'activité et se montrer indépendants. « Bousculez-nous, vous devez être le poil à gratter du gouvernement, l'antidote contre nos conservatismes!" a lancé la Ministre de l'économie numérique. 

Le nouveau CNN est en tout cas animé par des personnalités connues du monde de  l'Internet et des cadres supérieurs d'entreprises (Dassault Systèmes, BNP Paribas, La Poste). Il sera évalué sur ses premières initiatives.  Pour commencer, Fleur Pellerin va saisir le CNN de la fiscalité du numérique (avec le rapport Colin Collin), de la neutralité du Net et de la taxe Google.

Le Conseil national du numérique est composé de 30 membres (contre 18 pour le précédent). Aucun des membres de la précédente équipe n'est reconduit. Neuf autres membres doivent être encore nommés : 2 députés, 2 sénateurs, 5 représentants d'initiatives locales.

(*) Le Conseil national du numérique a été créé le 29 avril 2011 par décret présidentiel. Il a connu, malgré son jeune âge, une vie mouvementée. Le 4 avril 2012, Patrick Bertrand se faisait élire président en remplacement de Gilles Babinet. Début  juillet, Patrick Bertrand démissionnait, entraînant avec lui tous les administrateurs, sauf un (Gilles Babinet). Raison de cette démission ? Fleur Pellerin venait de nommer comme secrétaire général du CNN, un membre de son cabinet, Jean-Baptiste Soufron.

La composition du nouveau CNN

Par ordre alphabétique, le nouveau réunit avec 15 femmes et 15 hommes  :  
- Marylène Delbourg-Delpchis, P-dg de Talent Circles,
- Marie Ekeland, associée chez Elaia Partners et co-présidente de France Digitale,
- Virginie Fauvel, directrice de la banque en ligne de BNP-Paribas,
- Audrey Harris, P-dg de Soubis,
- Laurence le Ny, directrice Musique et Culture du groupe Orange,
- Sophie Pène, professeur à l'Université Paris Descartes et directrice de la recherche à l'Ecole nationale supérieur de création industrielle,
- Valérie Peugeot chercheuse à Orange Labs,
- Nathalie Pujo, directrice d'Hachette Tourisme,
- Lara Rouyrès, entrepreneur, business angel et fondatrice de Dealissime.com,
- Cécile Russeil, directrice juridique d'Ubisoft,
- Nathalie Sonnac, professeur en sciences de l'information à l'Université Panthéon-Assas,
- Brigitte Vallée, directrice de recherche au CNRS,
- Virginia Cruz, designer chez IDSL,
- Christine Balagué, co-présidente du think tank Renaissance numérique,
- Nathalie Andrieux, directrice du numérique du groupe La Poste et présidente de Mediapost, - Cyril Garcia, directeur de la stratégie et membre du comité exécutif du groupe Capgemini,
- Francis Jutand, directeur scientifique de l'Institut Mines Télécom,
- Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération (FING) ,

- Tariq Krim, P-dg de Jolicloud,
- Tristan Nitot, président de Mozilla Europe,
- Jean-Baptiste Rudelle, P-dg de Criteo,
- Bernard Stiegler, philosophe et directeur de l'Institut de Recherche et d'Innovation (IRI),
- Marc Tessier, administrateur de VidéoFutur et président du Forum des Images,
- Benoît Thieulin, directeur de l'agence digitale La Netscouade,
- Stéphane Distinguin, président de l'agence FaberNovel et président du pôle de compétitivité Cap Digital,
- Serge Abiteboul, directeur de recherche à l'INRIA et membre du laboratoire LSV à l'ENS Cachan,
- Godefroy Beauvallet, directeur du fonds AXA pour la recherche et maître de conférence à Télécom ParisTech,
- Ludovic Blecher, rédacteur en chef de "Libération",
- Michel Briand, directeur adjoint de la formation à Télécom Bretagne et vice-président de la communauté urbaine de Brest,
- Pascal Daloz, directeur général adjoint de Dassault Systèmes en charge de la stratégie et du développement.

Le plan Souveraineté Télécoms se glisse dans la future loi Macron

Small cells, IoT, LTE, 5G : les télécoms planchent sur de nombreuses technologies qui toutes contribuent à la fameuse transformation digitale. Comment la France peut-elle peser sur ces technologies avec ses...

le 07/12/2015, par Didier Barathon, 466 mots

Dégroupage, bande 700 MHz, avenir de la régulation : l'Arcep veut...

En quelques heures, le régulateur des télécoms se fait entendre sur trois sujets différents : le très haut débit, les fréquences mobiles, son propre rôle dans les années à venir. Il joue son rôle et fait mieux...

le 13/11/2015, par Didier Barathon, 355 mots

Le parlement européen vote la neutralité du net, elle est encore très...

En rejetant tous les amendements proposés, le Parlement européen a adopté cet après-midi le paquet télécoms. Attendu et redouté, la Commission et le Conseil avaient donné leur accord, la machine européenne est...

le 27/10/2015, par Peter Sayer, Diider Barathon, 556 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »