Le japonais Midokura publie le code source de MidoNet, son logiciel OpenStack - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Le japonais Midokura publie le code source de MidoNet, son logiciel OpenStack

le 04/11/2014, par Jim Duffy / Network World, Cloud / Virtualisation, 575 mots

La société japonaise Midokura, spécialiste du SDN open source, va ouvrir son produit MidoNet.  Elle veut e faire une alternative à NSX de VMware, OpenContrail de Juniper, Nuage d'Alcatel-Lucent.

Le japonais Midokura publie le code source de MidoNet, son logiciel OpenStack

Midokura a ouvert l'approvisionnement de son système de virtualisation de réseau MidoNet de manière à le faire reconnaître comme un composant de réseau par défaut dans le système d'orchestration cloud OpenStack. La société affirme que le composant réseau d'OpenStack est fragmenté par les différentes implémentations des fournisseurs qui tentent de supplanter le commutateur virtuel par défaut Open vSwitch (OVS). 

"Je pense qu'OVS était la pile de réseau par défaut pour OpenStack, et maintenant Cisco, Mido-kura, Juniper (Contrail), et d'autres espèrent devenir le plug-in dominante en abordant les couches OVS 4-7 qu'OVS ne remplit pas. « Il n'a pas faire mieux que la couche 2/3», explique Christian Renaud, analyste senior au cabinet 451 Research. "Cela dit, c'est encore un petit mar-ché, et plus d'un fournisseur de réseau dit que bien qu'ils travaillent avec OpenStack, ils ne voient pas d'activité provenant de lui de façon réaliste pour les 12 mois à venir voire plus. En-suite, vous avez OpenDaylight et leur idée de plugin OS, et maintenant Oñós [le système d'ex-ploitation d'un réseau ouvert de ON.Lab.] C'est beaucoup de désordre.

Un produit SDN conçu pour l'IaaS

MidoNet est un produit SDN conçu pour l'Infrastructure as a Service (IaaS). C'est une superposi-tion de logiciels décentralisés où l'intelligence du réseau réside dans le bord plutôt que dans un dispositif de commande centralisé, ce qui est une architecture commune pour le SDN.

MidoNet virtualise le réseau pour du multi-tenant public et privé, il supporte OpenStack pour la virtualisation, l'automatisation et l'orchestration. Ses caractéristiques comprennent une com-mutation virtuelle de couche 2 distribuée et isolée, le routage, la couche virtuelle de niveau 3 également distribuée et isolée, la couche des services d'équilibrage de charge et de pare-feu de niveau 4, la fonction NAT (Network Address Translation), les listes de contrôle d'accès, le port virtuel et le suivi de l'appareil, et un panneau de contrôle de gestion basée sur le Web.

La société Midokura est un contributeur au noyau OpenStack. Mais les responsables de l'entre-prise disent que la communauté OpenStack n'a pas rallié autour d'elle un pilote de réseau unique comme ils l'ont fait avec Ceph comme pilote de stockage. En conséquence, les fournis-seurs sont plutôt intéressés par la vente de leurs propres technologies de réseau pour OpenS-tack et peu enclins à investir dans la valeur par défaut, ce qui la rend impropre à la production, selon des responsables Midokura.

Midokura fera du business autrement

La société offrira MidoNet sous licence Apache 2.0. Les développeurs MidoNet auront la priorité dans le  développement de la version open source du produit, la version disponible sur Midokura sera renforcée  avec des avancées, des mises à jour et des extensions développées d'abord à partir du  code source ouvert. Midokura fera du business sur la prestation de services et le support, l'intégration de développeurs tiers, et la vente du produit MidoNet Manager basé sur le contrôle centralisé par le Web. La société va également continuer à vendre MidoNet inclus dans la gestion, l'intégration, le service et le soutien des add-ons pour les entreprises désirant une mise en oeuvre clé en main.

Deux versions seront disponibles à partir de cette semaine: Enterprise MidoNet qui comprendra un abonnement logiciel annuel d'un an ; MidoNet Manager ; 1 an de support 24x7 et la production de SLA; 1 an de mises à jour logicielles; et les clusters de bases de données. Cela coûtera  1899 dollars par hôte.

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance...

La croissance continue d'Amazon Web Services, de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform indique que de plus en plus d'entreprises se tournent vers le cloud.   Ça pourrait devenir lassant, mais comment...

le 15/05/2019, par Fredric Paul, Network World (adaptation Jean Elyan), 853 mots

Cisco booste son SD WAN au multicloud

Avec le SD-WAN Cloud OnRamp for CoLocation de Cisco, il est possible de relier les succursales d'une entreprise à des datacenters privés de sièges sociaux régionaux via des installations de colocation. Avec à...

le 07/05/2019, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 952 mots

Le cloud, usine à fabrique d'erreurs IA

La croissance exponentielle des données servant à alimenter des systèmes d'intelligence artificielle entraîne des erreurs. Se servir de l'impressionnante capacité de stockage cloud pour les héberger ne risque...

le 12/04/2019, par David Linthicum, Infoworld (adapté par Jean Elyan), 469 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »