Le numérique permet une meilleure relation élève-professeur

le 04/07/2012, par Quentin Renard, Infrastructure, 473 mots

A l'instar de ce qui a été réalisé à Strasbourg, les universités doivent dès à présent migrer vers le numérique, aussi bien au niveau du personnel que de celui de la formation. C'est ce que l'on retient d'une conférence autour de l'université numérique organisée par Acteurs Publics le 03 juillet 2012.

Le numérique permet une meilleure relation élève-professeur

Le numérique sera un atout fort pour les universités françaises, afin qu'elles ne soient pas distancées par la concurrence internationale. C'est la pensée qui ressort des interventions durant la conférence autour de l'université numérique, organisée par le magazine Acteurs Publics le 03 Juillet 2012.

Selon Catherine Mongenet, professeur et vice-présidente « Politique numérique et système d'information » de l'université de Strasbourg, « le numérique doit être allié à une stratégie claire et se doit de fédérer autour du projet étudiants, anciens élèves, professeurs et personnel ». Elle rajoute que « le numérique peut servir à la pédagogie » notamment dans le renforcement des interactions et de l'apprentissage des cours pour les étudiants.

Ainsi l'université de Strasbourg a mis en place en 2009 un Schéma Directeur Numérique structuré en sept programmes et quarante-trois projets couvrant tous les domaines, de l'infrastructure à la formation des professeurs. Ainsi, l'intégralité du réseau a été équipée en très haut débit ce qui permet « d'accompagner le développement des usages et des contenus » affirme Catherine Mongenet. Un des autres projets est de créer une usine numérique des savoirs pour que l'université soit équipée de sa propre chaîne de production et de gestion de contenus numériques.

Mais Claude Ronceray, directeur de l'Agence de mutualisation des universités et établissements explique « qu'il ne faut pas essayer de dupliquer sans réflexion l'exemple de Strasbourg ». Ainsi, il est nécessaire d'entreprendre « une grande réflexion, pour réfléchir au déroulement, des processus à l'exécution ».

Photos : Catherine Mongenet, professeur et vice-présidente « Politique numérique et système d'information » de l'université de Strasbourg (D.R)

Jean-Charles André, business development executive, education & smarter cities, public sector chez IBM explique que « le nombre d'étudiants sur les cinq prochaines années va doubler dans le monde, passant de 100 millions à 200 millions » et que « seul le numérique pourra permettre de former avec le même nombre de professeurs des étudiants toujours plus nombreux ».

Il y voit ainsi une manière de réduire aussi les coûts, où l'amélioration de la qualité de l'enseignement ne passe pas forcément par une augmentation du nombre de professeurs. Il s'agit pour Jean-Charles André de « faire des professeurs des acteurs à part entière du numérique ».

Claude Ronceray tempère ces propos en pensant que la « révolution numérique est difficile à mettre en place, et pas toujours facile à vivre pour certains personnels avec l'arrivée de nouveaux outils ».

Aussi il explique qu'il est nécessaire qu'il faille que tout soit facile à prendre en main et que, pour cela « les acteurs [du déploiement numérique] doivent arriver à s'entendre, car au bout, il n'y a que des usagers qui se moquent de savoir d'où proviennent les problèmes ».

Un bug affecte les processeurs de dernière génération d'Intel

L'industriel vient de révéler qu'un bug concerne les processeurs Haswell et les futurs Broadwell. Il porte sur la fonction TSX (Transactional Synchronized eXtensions) utilisée dans les bases de données transact...

le 20/08/2014, par Jean Pierre Soulès, 477 mots

Surveillance du réseau, Paessler prévient les mauvaises surprises

Fondée en 1997 à Nuremberg, la société Paessler a développé une solution dédiée à la surveillance de la bande passante et à la gestion de la performance des équipements réseau pour les entreprises de taille int...

le 31/07/2014, par Serge LEBLAL, 348 mots

Ce qu'apporte le SDN au réseau étendu

Le SDN n'est pas réservé au seul data center, les entreprises multisites peuvent en profiter dans leur réseau étendu d'interconnexion. C'est ce qu'on appelle le SDW, à la clé, davantage de simplicité, une sécur...

le 01/07/2014, par Jean-Pierre Soules avec IDG NS, 686 mots

Dernier dossier

Le software-defined security (SDS) convient aux environnements virtualisés

Avec le SDS (software-defined security), la détection d'intrusion, la segmentation du réseau, les contrôles d'accès sont automatisés et contrôlés par le logiciel. Le SDS convient plus particulièrement aux environnements informatiques dépendants du cloud computing et des infrastructures virtualisées. Il prend en compte chaque nouveauté dans l'enviro...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"