Le PaaS deviendra-t-il une sous-partie du IaaS ? - Actualités RT Infrastructure

Le PaaS deviendra-t-il une sous-partie du IaaS ?

le 15/01/2014, par Jean-Pierre Soules avec IDG NS, Infrastructure, 540 mots

Le PaaS (Platform as a service), qui fournit notamment un environnement de développement dans le Cloud, n'a pas encore atteint sa maturité que, déjà, certains l'ont condamné.  Coincé entre l'IaaS et le SaaS, il subit la pression de ces deux marchés et une consolidation entre les différents acteurs pourrait amener à terme sa disparition.

Le PaaS deviendra-t-il une sous-partie du IaaS ?

Dans son étude sur le monde du Cloud Computing, l'analyste Jay Lyman du 451 Research Group's avance une théorie selon laquelle le PaaS va se dissoudre dans les deux grands modèles que sont l'IaaS (Infrastructure as a Service) et le SaaS (Software as a Service).  Déjà, des fournisseurs d'offres Iaas et SaaS ont inclus dans leurs solutions des possibilités permettant aux utilisateurs de construire leurs propres applications au-dessus de leurs services. C'est notamment le cas de Salesforce.com, l'un des  leaders du SaaS. Des sociétés spécialisées dans l'IaaS, telles que VMware, CenturyLink et Verizon ont de leur côté adopté les technologies PaaS pour que leurs clients développent dans leurs clouds leurs applications et qu'ils puissent ensuite les héberger.

Sur le même sujetInfrastructures intégrées : des ventes en hausse de 68,5% sur un anPendant ce temps, des offreurs indépendants ont créé un marché en proposant une pléthore d'approches au service des développeurs d'applications. Et des études comme celle de Jay Lyman laissent planer le doute sur l'avenir du PaaS.  Il est vrai que, selon le Gartner, sur les 131  milliards de dollars que pèse le marché du Cloud Computing, le PaaS n'en représente que 1 %, face aux 5,5% de l'IaaS et des 14,7 % du SaaS. La gestion des processus d'affaires basée sur le cloud représente la plus grande partie de ce marché avec 28% des parts.

Chevauchement entre les marchés

En fait, le PaaS se trouve pris en sandwich entre l'Iaas et le PaaS. L'IaaS offre à la demande des serveurs virtualisés, du stockage, des bases de données et d'autres équipements matériels. Le SaaS fournit des applications clés en main dans le Cloud. De son côté, le PaaS permet  de développer des applications tournant dans le Cloud sans avoir à se soucier de l'équipement  matériel qui les héberge. Un service PaaS  comporte des fonctions pour la future application, telles qu'une intégration facile avec des services d'authentification comme Active Directory.  Certains acceptent des applications écrites dans différents langages (.NET, Java ou Ruby) et d'autres admettent plusieurs langues. Du fait que le PaaS constitue un moyen de développer des applications et que les couches IaaS et Saas hébergent des applications, il y a chevauchement entre ces marchés et les fournisseurs des deux derniers cherchent à absorber celui du milieu pour devenir un guichet unique des services Cloud. Comme l'analyse Tim Crawford, CIO  conseiller  de la société indépendante Avoa : «beaucoup pensent que c'est la chronique d'une mort annoncée ».

Pourtant, le PaaS a joué un rôle déterminant dans le succès du Cloud.  Ainsi,  le premier service Cloud  de Microsof fut le PaaS Azure, tandis que Google  a d'abord lancé son Google Application Engine (GAE)  avant son tout récent  service IaaS : Google Compute Engine (GCE). Peut-être le futur réside-t-il dans une consolidation du marché. À l'image de Salesforce qui a acquis en 2010 Heroku, spécialiste du PaaS, pour près de 250  millions de dollars et CenturyLink qui a acheté AppFrog. Rackspace, lui, a lancé un nouveau projet dans le cadre de l'OpenStack communauté, nommé Solum, pour fournir des services PaaS dans les Clouds  OpenStack IaaS.

La fondation Linux veut faire émerger un framework edge computing

Afin de favoriser l'interopérabilité et les efforts de standardisation entre les différents réseaux edge computing, la fondation Linux pousse le framework LF Edge basé sur 5 projets open source. La Linux...

le 06/02/2019, par Jon Gold, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 526 mots

TacOps de Cisco : rétablir la communication après les catastrophes...

Quand des régions du monde sont dévastées par des ouragans, des tsunamis et autres catastrophes naturelles, le rétablissement de l'infrastructure de communication est aussi une priorité majeure. Avant de...

le 10/01/2019, par Tamlin Magee, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 1458 mots

SD-WAN : Solution autogérée ou service géré ?

Avant de s'orienter vers une solution SD-WAN, les entreprises doivent aussi se demander qui la mettra en oeuvre et qui la gérera. Si pour certaines entreprises, la décision de choisir une solution SD-WAN...

le 10/12/2018, par Mark Sheard et Jack Deal, IDG (adapté par jean Elyan), 1287 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »