Le smartphone pliable de Samsung est encore immature - Actualités RT Mobiles

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

le 19/04/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), Mobiles, 1112 mots

Un smartphone pliable ? Mille fois non ! Apple a eu raison d'attendre avant de livrer un iPhone pliable.

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

À une semaine de la commercialisation du Galaxy Fold, Samsung aurait sans doute préféré rédiger un communiqué de presse élogieux au lieu d'essayer de limiter les dégâts. Car il s'avère que son mobile pliable à 2 000 dollars pièce n'est peut-être pas prêt pour le grand public, après la publication par quelques « testeurs » précoces de photos et de vidéos montrant leurs appareils dans des états de délabrement divers. Si dans certains cas, la protection de l'écran a été accidentellement retirée, créant des problèmes avec l'affichage en polymère, plusieurs problèmes semblent liés au contrôle de qualité, un constat embarrassant pour un mobile qui devait marquer un tournant révolutionnaire. Sans parler de la charnière, de l'encombrement ou de son logiciel plein de bogues. Et dire que tout le monde avait critiqué Apple de reporter puis d'annuler la sortie de son AirPower...

C'est ainsi que Dieter Bohn de The Verge, a signalé un « petit renflement à droite de la charnière » sur son Galaxy Fold, qui le rendait inesthétique et provoquait des problèmes d'affichage. Il a également évoqué « quelques bosselures » sur l'écran, alors que la protection était à sa place. Steve Kovach de CNBC a également posté une vidéo d'un Fold en mauvaise posture, tandis que Mark Gurman de Bloomberg et Marques Brownlee, star de YouTube, ont tous deux accidentellement enlevé la couche de protection, ne sachant plus si leur dispositif était « mort ou vif ». 

 

Les premiers téléphones pliants sont une merveille à voir, mais à l'usage, c'est une autre histoire. (Crédit : Adam Patrick Murray/IDG)

L'échantillon de testeurs peut sembler maigre, mais le fait est qu'il y a pour l'instant très peu de Galaxy Fold en circulation. Et ces utilisateurs ne l'ont entre les mains que depuis un jour ou deux. Samsung a récupéré tous ces spécimens mal en point et les a remplacées, en faisant la déclaration suivante :

« Quelques échantillons de Galaxy Fold ont été fournis aux médias pour la rédaction d'articles. Des remarques nous ont été faites concernant l'affichage principal sur ces spécimens. Nous allons analyser ces unités minutieusement pour déterminer la cause du problème. Par ailleurs, parmi eux, quelques personnes ont indiqué qu'ils avaient retiré la couche de protection supérieure de l'écran, provoquant des dommages dans l'affichage. L'écran principal du Galaxy Fold comporte une couche de protection supérieure qui fait partie de la structure d'affichage conçue pour protéger l'écran des rayures involontaires. Le retrait de la couche de protection ou l'ajout d'adhésifs sur l'écran principal peut endommager l'appareil. Nous veillerons à ce que cette information soit clairement communiquée à nos clients ».

Un précédent célèbre chez Apple

Cette réponse ressemble un peu au fameux « Vous ne le tenez pas comme il faut » de Steve Jobs, pour justifier les problèmes d'antenne de l'iPhone 4. Les termes « limités », « échantillons » et « peu » pourraient laisser croire que ces situations sont extrêmement rares, alors qu'en réalité, elles sont récurrentes pour un produit dont la commercialisation démarre dans une semaine. Samsung a déjà épuisé son stock de mobiles en précommande. Et le constructeur n'aurait certainement pas distribué des unités pour test à la presse s'il n'avait pas été convaincu que leur qualité était irréprochable.

De plus, ces problèmes de conception ne peuvent être résolus par simple mise à jour logicielle, contrairement aux problèmes de réseau cellulaire rencontrés par l'Apple Watch Series 3. Ils montrent assez clairement que le Galaxy Fold n'est pas prêt pour une mise sur le marché. On comprend aussi pourquoi Samsung est le premier et le seul fabricant de mobiles à produire en masse un mobile pliable. Selon le vieil adage d'Apple : « mille non pour chaque oui ». Ce n'est pas parce que l'on peut faire quelque chose qu'il faut le faire. Du moins, pas encore.

Le folding, marque du futur

Certes, lors de la présentation du Galaxy Fold de Samsung et du Mate X de Huawei en février, il y avait de quoi être séduit. Le Folding n'était plus un mirage inatteignable existant uniquement à travers des vidéos conceptuelles, ni une utopie de film de science-fiction - il devenait réel et les utilisateurs pourraient l'acheter. Bien sûr, comme on pouvait s'y attendre, leur prix serait élevé, mais cela n'a pas freiné l'engouement des utilisateurs.

Les premières impressions mélangeaient étonnement et émerveillement. Notre confrère de Macworld qui a pu tenir en main un Mate X raconte qu'il a eu l'impression d'accéder à quelque chose d'impossible. Même avec ses compromis et ses bizarreries, le fait qu'une tablette puisse se transformer en objet de poche par pliage était vraiment étonnant. Il a vraiment eu le sentiment « que l'avenir était là ». En même temps, il aurait tellement aimé voir le logo Apple par dessus ! Samsung et Huawei avaient captivé l'imagination collective des masses, au point que l'iPhone XS Max est presque apparu comme moins révolutionnaire.

Mais si l'on en croit les premières unités, Apple a, cette fois encore, fait preuve d'intelligence à long terme. Que les foldings parviennent ou pas à s'affirmer, il y a de fortes chances que le Galaxy Fold de Samsung demeure un artéfact de cette histoire, comme ce fut le cas des premières montres intelligentes Galaxy Gear. Techniquement, Samsung a battu Apple en sortant la première smartwatch carrée, mais son design était lourd et ses spécificités peu convaincantes (la caméra au poignet, vous vous souvenez ?). Le curseur n'a pas beaucoup bougé depuis, ce qui veut dire que Samsung se retrouve encore aujourd'hui dans la même situation.

 

Une chose est sûre : le jour où Apple lancera un mobile pliable, son écran n'aura pas de charnière. (Crédit : Samsung)

Ensuite, quand Apple a livré son Apple Watch, tout était différent. Même si, au fil des ans, le constructeur a modifié beaucoup de choses par rapport au modèle original - dont une édition en or massif - l'Apple Watch a été la première smartwatch digne de ce nom. Elle n'a pas essayé d'en faire trop, elle n'a sacrifié ni le design ni l'ingénierie, et elle ne se préoccupait pas de ce que faisaient ses concurrents. En fait, trois générations plus tard, l'Apple Watch a quasiment conservé son facteur de forme, et l'on peut parier que les séries 5, 6, 7 et 8 y resteront fidèles.

Ce sera la même chose avec un iPhone pliable, si jamais Apple décide d'en fabriquer un. Le constructeur californien prendra le temps de conceptualiser, de prototyper, d'itérer et d'affiner son mobile pour offrir aux clients la meilleure version possible d'un iPhone pliable. Non seulement il fonctionnera après le deuxième jour d'utilisation, mais il offrira aussi un bon design, et des fonctionnalités intéressantes. Même si Apple doit attendre encore trois ans pour y arriver. Parce qu'il faut beaucoup de temps et des milliers de non pour obtenir un oui.

Les meilleurs VPN mobiles pour l'entreprise (2e Partie)

Voici une sélection de six VPN de fournisseurs différents. Chacun d'entre eux est capable de connecter en toute sécurité des périphériques mobiles à votre réseau d'entreprise, s'il prend en charge les options...

le 16/09/2019, par Tim Ferrill, CSO (adaptation Jean Elyan), 683 mots

Tout ce que vous devez savoir sur HarmonyOS

Lors de sa conférence développeurs annuelle qui a eu lieu la semaine dernière à Dongguan (Chine), Huawei a annoncé son propre système d'exploitation propriétaire Harmony OS. Voilà ce que l'on sait pour...

le 13/08/2019, par Fergus Halliday, IDG NS (adaptation Jean Elyan), 751 mots

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

Un smartphone pliable ? Mille fois non ! Apple a eu raison d'attendre avant de livrer un iPhone pliable. À une semaine de la commercialisation du Galaxy Fold, Samsung aurait sans doute préféré rédiger un...

le 19/04/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1112 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...