Le Web 2.0 faussement collaboratif - Actualités RT Convergence

Le Web 2.0 faussement collaboratif

le 19/04/2007, par Vincent Delfau, Convergence, 431 mots

Si le succès du Web 2.0 ne se dément pas, une étude du cabinet Hitwise relativise le caractère participatif des sites comme YouTube, Flickr ou autres MySpace. Les internautes seraient infiniment plus nombreux à consommer l'information qu'à la créer.

Le Web 2.0, pas si participatif ? Alors que se tient à San Francisco la Web 2.0 Expo, illustrant le succès de la vague des sites collaboratifs déferlant sur Internet, le cabinet Hitwise publie une étude qui vient tempérer l'importance du tout 2.0. Les YouTube, Flickr, MySpace ou Wikipedia ont beau recueillir de fortes audiences, seuls de rares internautes jouent le jeu de la participation active. Selon Hitwise, les visiteurs de ces sites se comportent comme des téléspectateurs : ils regardent plus qu'ils ne créent. Et l'étude de citer des chiffres édifiants. Sur la plateforme d'échange de vidéos YouTube, acquise par Google pour 1,65 Md$, seuls 0,16% des internautes participent effectivement au service en envoyant leurs films. Même constat sur Flickr, le site communautaire de Yahoo axé sur la photo : les visiteurs sont seulement 0,2% à mettre en ligne leurs clichés. D'une manière générale, Bill Tancer, le patron de Hitwise, estime qu'il existe trois catégories d'internautes adeptes des sites dits 2.0 : 1% créent le contenu, 9% le partagent et 90% le consomment. Seule exception à ce ratio, 4,6% des visiteurs de l'encyclopédie Wikipedia sont également des contributeurs et participent à l'enrichissement de la base de connaissance. Paradoxalement, ce faible nombre de participants n'influe en rien sur la quantité de visiteurs que drainent les sites 2.0. En deux ans, leur audience a ainsi progressé de 668%, explique Hitwise, passant de 2% du trafic total sur Internet aux Etats-Unis, à 12,3%.. Symbole du succès du Web 2.0, Technorati, moteur de recherche de blogs, vient de signer son premier achat. Et les grands groupes ne sont pas en reste, comme Cisco, qui a mis la main au début d'année sur deux sociétés spécialisées dans les réseaux sociaux. D'aucuns s'inquiètent déjà et n'hésitent pas à comparer la fièvre 2.0 avec la bulle des années 2000. Des craintes tempérées par de nombreux experts qui rappellent, qu'à la différence de la précédente crise, le succès du Web 2.0 repose sur l'adoption, par les consommateurs, des outils mis à leur disposition. Cette fois donc, l'offre rencontre la demande. Hitwise a également profité de la Web 2.0 Expo pour livrer ses prévisions sur les futures stars du monde collaboratif. Yelp (les internautes donnent leurs avis sur leurs restaurants préférés, leurs dentistes, leurs centres de massage...), StumbleUpon (sélection de sites Web par les internautes suivants une liste de critères), Veoh (similaire à YouTube), WeeWorld (création d'avatars), Imeem (partage de listes de lecture) et Piczo (albums photo) sont, selon Hitwise, les valeurs montantes du Web 2.0.

Juniper et Lenovo préparent une solution commune d'hyperconvergence

Lenovo ajoute une troisième corde à son arc, après les PC, puis les serveurs, voici les datacenters et les solutions d'hyperconvergence. Une annonce faite la même semaine que celles de HP qui ambitionne de...

le 14/03/2016, par Chris Joueur / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 380 mots

Cisco annonce une nouvelle solution de connexion pour l'Internet des...

Cisco Live Europe s'est tenu un mois après le sommet de Davos, rien de commun entre les deux, sauf le thème de la transformation digitale. Toutefois, celle-ci paraît difficile à engager pour beaucoup...

le 19/02/2016, par Zeus Kerravala / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 681 mots

Pourquoi les clients de VCE ne doivent pas avoir peur de la fusion...

Le rachat d'EMC et de ses filiales par Dell en 2015 pour la somme colossale de 67 milliards de dollars laisse place à plusieurs interrogations. La principale concerne, dans le domaine de l'infrastructure, la...

le 29/01/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 523 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »