Les "enquiquineurs des brevets" ont coûté 29 milliards de dollars en 2011 - Actualités RT Terminaux et Systèmes

Les "enquiquineurs des brevets" ont coûté 29 milliards de dollars en 2011

le 28/06/2012, par Jean Pierre Blettner avec IDG News Service, Terminaux et Systèmes, 391 mots

Les "enquiquineurs des brevets" ont coûté 29 milliards de dollars aux sociétés de technologie en 2011 aux Etats-Unis. Devant le poids des frais associés et la faible rémunération de l'innovation, il est temps de réformer le système, selon une étude de la Boston University School of Law. 

Les

En 2011, les contentieux liés aux brevets causés par des sociétés qui n'utilisent pas elles-mêmes ces brevets, mieux connues sous le nom de « patent trolls » (les « enquiquineurs des brevets »), ont coûté 29 milliards de dollars aux entreprises de technologie américaines.

Le chiffre est issu d'une étude de la Boston University School of Law. Les « patent trolls » sont des personnes ou des firmes qui détiennent des brevets mais qui ne les utilisent pas directement afin de produire des biens ou des services. Elles s'en servent afin d'attaquer les sociétés qui s'en servent pour produire des biens ou des services.  

Le phénomène ne date pas d'hier mais il est en forte croissance. En 2005, ces contentieux ont coûté 6,7 milliards, 12,6 milliards en 208 et donc 29,2 milliards en 2011.  « Ces chiffres n'incluent pas les coûts indirects pour l'activité de l'entreprise attaquée en justice, tels que le fait que les ressources soient distraites de leurs tâches principales, les délais dans la production de nouveaux biens, et la perte de parts de marché » selon les auteurs de l'étude.



Le coût de ces contentieux est élevé en comparaison des sommes totales dépensées en R&D, qui s'élevaient à 247 milliards en 2009. Un quart du montant des contentieux sert à payer les avocats et moins d'un autre quart sert à rémunérer effectivement l'innovation.   Les données qui ont servi à réaliser cette étude proviennent de 82 sociétés de technologie, tant dans le matériel que le logiciel. 

Ce sont surtout des sociétés de taille petite à moyenne qui paient ces contentieux. « Le poids de tous ces coûts devrait montrer que les « enquiquineurs des brevets » ne jouent pas un rôle important dans la rémunération des start-up innovantes. »

La plupart des poursuites concernent ce que l'on appelle des « procès dits de nuisance » qui se concluent pour quelques centaines de milliers de dollars.  Seulement quelques uns sont des « gros joueurs » qui obtiennent des dizaines ou des centaines de millions de dollars.

Conclusion : le système de brevets devrait être réformé afin de limiter la pratique des poursuites de nuisances, réellement favoriser l'innovation, et aboutir à des dédommagements réellement proportionnés à la technologie brevetée » suggère l'étude. 

BlackBerry envisage de céder son activité messagerie

Le 12 août dernier, BlackBerry annonçait la création d'un comité spécial pour trouver une stratégie de survie. Vente 

le 28/08/2013, par D.B., 125 mots

Le clavier reste exigé avec les tablettes tactiles

Selon le cabinet Forrester, deux tiers des professionnels veulent un vrai clavier avec leurs tablettes tactiles. La tablette tactile comporte normalement un clavier virtuel sur l'écran lorsqu'il est nécessaire...

le 26/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, 207 mots

Smartphone sous Ubuntu : échec du financement du projet

La campagne de levée de fonds pour produire le smartphone Edge sous Ubuntu n'a pas abouti Canonical n'a pu réunir que 13 millions de dollars auprès des internautes alors qu'il  comptait sur 32 millions de...

le 23/08/2013, par Véronique Arène avec IDG News Service, 339 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »