Les fournisseurs de Cloud s'allieront en 2013

le 14/01/2013, par Brandon Butler, Network World, Cloud / Virtualisation, 791 mots

Pour répondre à la demande des entreprises clients, les fournisseurs de services cloud devront désormais plus souvent s'associer.

Les fournisseurs de Cloud s'allieront en 2013

Les fournisseurs de services cloud chercheront en 2013 à établir des partenariats pour offrir une plus grande gamme de services. Les clients attendent de plus en plus ce genre d'alliances selon une étude du cabinet Current Analysis.

Le marché a déjà vu certains partenariats, mais la chercheuse Amy Larsen DeCarlo, analyste principal spécialiste de la sécurité et des services de datacenters chez Current Analysis, s'attend à voir encore plus d'alliances. Les demandes des clients dépassent en effet la capacité des fournisseurs séparés.

Ces partenariats sont fondamentalement tirés par l'adoption des services de cloud computing qui se produit plus rapidement que prévu par beaucoup de gens, selon Amy Larsen DeCarlo. « Il y a encore un long chemin à parcourir », a-t-elle ajouté, mais les clients se tournent vers les fournisseurs de cloud pour des solutions orientées métier qui permettent d'économiser de l'argent et de fournir des services à valeur ajoutée.

Mais les clients, en particulier les plus haut de gamme des grandes entreprises, veulent des services complets de bout-en-bout, que les prestataires séparés ont du mal à fournir. Il en résulte que des partenariats sont créés.

Deux exemples ont déjà été vus sur le marché, comme les alliances d'une part entre AT & T et IBM, et d'autre part entre le CSC et Sprint. Ces alliances ont été annoncées l'an dernier et elles devraient déboucher sur des offres de services annoncées au début de l'année 2013, estime Amy Larsen DeCarlo. Dans de nombreux cas, les partenariats ne sont pas utilisés pour compenser les lacunes dans les services des prestataires, mais plutôt pour créer des capacités étendues que le prestataire ne serait pas en mesure d'offrir à lui seul.

IBM, par exemple, est connu pour ses capacités d'analyses puissantes dans son SmartCloud, mais les clients qui utilisent le service voudraient peut-être un lien direct vers le cloud pour les informations sensibles. « IBM n'a pas le réseau pour cela » constate Amy Larsen DeCarlo, ce qui explique pourquoi AT & T est un choix naturel pour un tel partenaire. Les clients du MPLS AT & T peuvent ainsi avoir des connexions directes sécurisées et privées aux centres de données IBM. Le partenariat entre AT & T et IBM aboutit à offrir un engagement de niveau de service (SLA) de bout-en-bout : pour le client, ce SLA englobe à la fois le transfert de données sur le réseau et la manipulation de ces données pour l'analyse, du moins dans la vision défendue par Amy Larsen DeCarlo. Des détails sur la relation AT & T-IBM sont attendus au début de cette année.
Sprint et CSC (...)

Sprint et CSC constituent un autre exemple d'un partenariat annoncé l'an dernier. Dans ce deuxième exemple, l'accent est mis sur l'offre et les communications unifiées de bout en bout en tant que service (UcaaS). Cela a été rendu possible en utilisant les capacités de communication de Sprint combiné avec le datacenter CSC.

D'autres fournisseurs ont également monté des partenariats. Amazon Web Services, que beaucoup considèrent comme le principal fournisseur d'infrastructure en tant que service (IaaS), dispose d'un vaste marché d'applications qui ont été optimisées pour fonctionner sur son propre cloud, en s'appuyant sur SAP HANA, une base de données disponible pour un tarif horaire, Citrix NetScaler, et des dizaines d'outils de base de données, y compris MongoDB et Basho Riak, qui sont disponibles sur son cloud. AWS a également des partenariats avec des sociétés d'intégration de systèmes, BMC, CA et d'autres qui fournissent à l'utilisateur final l'accès à son nuage et de la gestion des ressources en nuage. Les partenariats avec les fournisseurs de datacenters comme Equinix visent à autoriser les connexions directement dans les nuages d'AWS.

Salesforce.com, considéré par beaucoup comme le principal prestataire de logiciel en tant que service (SaaS), mène de tels échanges pour faire tourner des applications complémentaires (BI, marketing, collaboratif...) à sa propre offre de GRC.

Amy Larsen DeCarlo s'attend à ce que ces partenariats continuent de progresser en 2013 au fil des exigences de leurs clients. En effet, les fournisseurs de services comprennent qu'ils peuvent mieux servir les utilisateurs grâce à des partenariats avec d'autres entreprises.

Les utilisateurs finaux doivent-ils attendre que les fournisseurs affermissent leurs stratégies de partenariat avant d'opter pour le cloud computing ? Amy Larsen DeCarlo estime que chaque organisation est différente, mais en général la plupart des partenariats sont désormais construits pour mettre en oeuvre la prochaine génération de services des prestataires. « Le fait que ces fournisseurs soient à la recherche de partenariats n'indique pas un problème avec leurs propres services », explique t-elle avant d'ajouter : « dans de nombreux cas, ils prennent même de l'avance sur les exigences à venir des clients. C'est vraiment une évolution normale du marché. »

Nokia Networks s'engage de plus en plus dans le cloud computing

Nommé Pdg de Nokia systems and networks début mai, Rajeev Suri a définitivement tourné la page en succédant à Stephen Elop parti chez Microsoft avec les terminaux et les services attachés à l'ancienne activité ...

le 12/09/2014, par Didier Barathon, 614 mots

Pour Citrix, le SDN est fiable en matière de sécurité

Que le réseau défini par logiciel (SDN) soit bientôt une réalité, l'idée  est en train de gagner du terrain, y compris dans les milieux de la sécurité informatique. Quelques fournisseurs soutenant qu'il pourrai...

le 03/09/2014, par Ellen Messmer, Network World, 579 mots

Un réseau optique 100Gbps déployé par Alcatel-Lucent pour Telefónica

Après le NFV, l'opérateur historique espagnol poursuit sa marche en avant sur son territoire national en repensant ses réseaux. Cette fois il les redimensionne pour permettre aux abonnés d'obtenir  des services...

le 03/09/2014, par Didier Barathon, 343 mots

Dernier dossier

Le software-defined security (SDS) convient aux environnements virtualisés

Avec le SDS (software-defined security), la détection d'intrusion, la segmentation du réseau, les contrôles d'accès sont automatisés et contrôlés par le logiciel. Le SDS convient plus particulièrement aux environnements informatiques dépendants du cloud computing et des infrastructures virtualisées. Il prend en compte chaque nouveauté dans l'enviro...

Dernier entretien

Exclusif

Michael Dell, CEO de Dell

"Le SDN c'est aussi pour les ETI et les PME"