Les réseaux dédiés à l'Internet des objets commencent à se déployer - Actualités RT Mobiles

Les réseaux dédiés à l'Internet des objets commencent à se déployer

le 24/11/2015, par Patrice Nelson, Network World, Mobiles, 720 mots

Beaucoup (trop) de prospective entoure l'Internet des objets, alors que la réalité première réside dans son aspect réseau. Les 1ers déploiements, aux Etats-Unis et en France, mettent aux prises différentes conceptions et différentes technologies purement IoT ou venues du mobile.

Les réseaux dédiés à l'Internet des objets commencent à se déployer

30 villes US pour Ingenu

Ingénu (ex On-Ramp Wireless) est la dernière des sociétés spécialisées dans le M2M et l'Internet des objets à déployer son propre réseau public aux Etats-Unis. Trente villes vont se connecter à un nouveau réseau M2M spécifiquement orienté vers l'internet des objets (IoT) d'ici la fin de 2016, selon Ingénu. Ce réseau serait selon Ingenu,  «le plus grand réseau exclusif IoT et M2M desservant 100 millions d'utilisateurs à travers une zone comprenant près de 100.000 miles carrés (160 900 km carrés», explique le constructeur.
Les zones de lancement comprendront les régions métropolitaines du sud-ouest de Phoenix, Arizona, Dallas et Fort Worth, Texas.

Sur le même sujetLes opposants et les partisans du LTE-U n'arrivent pas à se départagerIngenu utilise RPMA

Le réseau d'Ingénu utilisera exclusivement la technologie Random phase multiple access (RPMA). Ces communications radios fonctionnent sur le spectre sans licence 2,4 GHz. Ce spectre de 2,4 GHz est également utilisé pour le Wi-Fi.
"La technologie est conçue pour éviter les interférences en étant capable d'auto-moduler dans cette  bande pour trouver un signal clair, à la fois au niveau du réseau et pour le terminal," selon Landon Garner, directeur marketing d'Ingénu, cité par Wireless Fierce.

Plus de répéteurs

Ingénu situe sa technologie RPMA comme étant en mesure de couvrir 300 miles carrés (482 km)  "par tour dans des conditions réelles," comme l'indique son site internet. Dans l'espace libre, il affirme que RPMA peut couvrir 2.000 miles carrés (3218 km).
Fait intéressant, cette couverture impressionnante est obtenue en mettant l'accent sur la sensibilité du récepteur, plutôt que sur la puissance de transmission. Son gain d'antenne (aux États-Unis) est également supérieur à ce qu'on trouve dans la bande cellulaire, ou à l'Ultra Narrow Band à 900 MHz, selon un livre blanc sur le site Web de l'entreprise.

Ajuster les terminaux

Transmit Power Control est une autre caractéristique. C'est "la capacité d'ajuster le volume »de terminaux afin qu'ils ne transmettent pas toujours à la même puissance," selon le livre blanc. "Ils peuvent être ajustés de sorte que seuls les points d'accès à proximité peuvent entendre et que les points d'accès plus loin ne le peuvent pas."

La bande Wi-Fi

Ingénu explique que sa technologie est si efficace qu'il a seulement besoin de 1 MHz pour son réseau donc il gagne en flexibilité lors de la localisation des fréquences avec moins de trafic. Un autre avantage de la bande 2.4 GHz est qu'elle est utilisable dans le monde entier. D'autres technologies, comme celles de la bande 900 MHz / 868 MHz, nécessitent des configurations différentes en Europe.

Les systèmes alternatifs

Il faut rechercher des déploiements M2M plus spécifiques comme l'IoT pour aller de l'avant. RPMA n'est pas la seule technologie radio visant à IoT. D'autres technologies de faible puissance, comme les Low-Power Wide-Area (LPWA) telles que LoRaWAN vont émerger.
LoRaWAN est utilisé par exemple à Amsterdam qui s'en sert pour déployer son réseau IoT à l'échelle de la ville. Il est utilisé là pour connecter les capteurs par The Things Network, un réseau ouvert .

La bande ultra-étroite

La société française Sigfox offre une autre possibilité.  Elle travaille sur le même genre de communications à faible débit. Elle projette d'être dans dix villes américaines avec sa bande ultra-étroite (UNB) au cours du premier trimestre 2016", selon LightReading. Sigfox commence avec San Francisco.

Réseau cellulaire

On ne peut pas être surpassé par les petits nouveaux, mais les opérateurs de réseaux mobiles en place comme Verizon font la moue. Verizon affirme quand même qu'il a gagné 495 millions de dollars jusqu'à présent, cette année, avec des appareils connectés.
Il essaie de se différencier par des méthodes telles que la création d'une mesure de la qualité de service des solutions IoT, où le trafic peut être privilégié, une mesure proposée depuis le mois de septembre dernier.

Zigbee

Mais il est encore un peu tôt pour juger ces différentes options. Ne pas oublier non plus, 802.15.4 (famille des LR WPAN, Low Rate Wireless Personal Area Network) de  Zigbee, qui peut utiliser un maillage pour gagner en distance.

Nous allons voir ce qui se passe avec ces propositions. Celle qui parle le plus ou le plus fort, semble la mieux placée sur la ligne de départ. Pour l'instant.

En photo : Difficile de s'y retrouver dans les différentes technologies censées installer les réseaux du futur Internet des objets

Le smartphone pliable de Samsung est encore immature

Un smartphone pliable ? Mille fois non ! Apple a eu raison d'attendre avant de livrer un iPhone pliable. À une semaine de la commercialisation du Galaxy Fold, Samsung aurait sans doute préféré rédiger un...

le 19/04/2019, par Michael Simon, IDG NS (adapté par Jean Elyan), 1112 mots

Qualcomm mène la danse sur le marché des modems 5G

La domination de Qualcomm est-elle inévitable ? La question se pose après le retrait de son principal concurrent du marché des modems 5G pour smartphone. Alors que l'on s'attendait à une longue bataille entre...

le 18/04/2019, par Qualcomm a déjà annoncé un modem 5G Snapdragon X55 de seconde génération pouvant atteindre des vitesses de 7 Go/s. (Crédit Qualcomm), 605 mots

Webex accueille de nouvelles fonctions grâce à l'IA

Amy Chang, la nouvelle responsable de la collaboration de Cisco, veut rationaliser l'expérience utilisateur de la vidéoconférence et de la conférence vocale sous Webex. Cisco a ajouté des fonctions...

le 26/03/2019, par Matthew Finnegan, Computerworld (adaptation Jean Elyan), 905 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »