Medi-Partenaires externalise ses dossiers patients dans un double-cloud - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Medi-Partenaires externalise ses dossiers patients dans un double-cloud

le 22/12/2011, par Bertrand LEMAIRE, Cloud / Virtualisation, 674 mots

Le groupe de cliniques privées a externalisé son hébergement chez Cheops Technology en optant pour son offre iCod.

Medi-Partenaires externalise ses dossiers patients dans un double-cloud

Medi-Partenaires est un groupe de 31 établissements de santé réunissant 3 600 lits et places. Il réalise un chiffre d'affaires annuel de 500 millions d'euros grâce à ses 5000 collaborateurs dont 2100 praticiens. Il comporte 24 cliniques exerçant une activité de médecine/chirurgie/obstétrique, 2 centres de dialyse et 5 centres d'imagerie. Dans le cadre de la mise en place d'une informatique liée à la production de soins, le groupe a externalisé l'hébergement de celle-ci à Cheops Technology en utilisant son offre de cloud privé iCod.

« Les évolutions réglementaires et nos engagements dans le cadre du programme Hôpital 2012 nous imposait de mettre en route notre projet comme fixé avec nos tutelles » indique Sylvie Coiffard, DOSI du GIE regroupant les fonctions support (Ressources Humaines, Finance, Informatique, Juridique) de l'ensemble des établissements. Or plusieurs contraintes étaient à prendre en compte.

Fortes obligations de fiabilité et de sécurité

Le principe du projet était de disposer d'un hébergement fiabilisé et sécurisé pour un dossier patient employant les mêmes technologies pour toutes les cliniques. Le groupe passait en effet d'une informatique administrative à une véritable informatique liée à la production de soins. Or si la première peut supporter quelques heures de coupure, la deuxième doit fonctionner en permanence, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

« Le groupe n'a pas vocation à réaliser des salles informatiques sécurisées avec un PCA et un PRA exigeant, que ce soit dans chaque clinique ou en centralisé » observe Sylvie Coiffard. La DSI du groupe ne comporte en effet qu'un informaticien par établissement et trois au niveau du GIE.

La grande difficulté liée à une centralisation était d'obtenir un statut d'hébergeur de données de santé. Sylvie Coiffard explique : « lorsqu'une clinique héberge ses propres données, elle n'a pas besoin d'agrément mais dès lors qu'un établissement héberge des données de plusieurs structures de soins, la demande d'agrément est obligatoire. Le simple remplissage du dossier nous aurait demandé un mois de travail. »

Dès lors, l'externalisation et la centralisation s'imposait.

Un double cloud privé

Après un appel d'offres, Cheops Technology a été choisi avec son offre iCod. « Dans un poste précédent, j'en avais eu une très bonne expérience, j'avais apprécié leur sérieux, et puis, en l'occurrence, ils étaient moins chers » confie Sylvie Coiffard. Elle ajoute : « l'aspect Green-IT de l'offre iCod a été également appréciée par notre direction de la qualité car il est conforme à l'éthique du groupe. » Le contrat a été conclu pour une période de trois ans. Son coût n'a pas été communiqué, en dehors du modèle de location classique du cloud « pay as you go ».

L'architecture choisie est celle d'un double cloud privé avec réplication et répartition de charge, les points du réseau étant reliés par MPLS avec HSRP pour accroître sa disponibilité (voir schéma ci-dessous).



L'architecture choisie est celle d'un double cloud privé avec réplication et répartition de charge, les points du réseau étant reliés par MPLS avec HSRP pour accroître la disponibilité (voir schéma ci-dessous).



Le dossier patient mis en oeuvre utilise l'application eMed de CS3i (sauf pour encore trois cliniques en cours de migration). Chaque clinique possède sa propre instance du produit avec une base de données dédiée. Cette architecture, qui a été définie avec l'éditeur du logiciel pour éviter tout incident, a été mise en oeuvre par Cheops Technology. Elle permet une adaptation facile à la croissance attendue du groupe qui a vocation à acquérir ou ouvrir d'autres établissements : il suffit de rajouter des instances.

Un périmètre qui devrait s'accroître

Le projet devrait également s'étendre avec une augmentation de son périmètre fonctionnel. En effet, le groupe utilise un produit vieillissant pour son informatique administrative, Santé 400, qui était commercialisé par Siemens Healthcare Solutions mais a été repris par WebSanté durant l'été 2011. Une réflexion est en cours pour son remplacement avec une échéance dans les cinq ans.

La plupart des produits du marché, dont celui proposé aujourd'hui par WebSanté, dispose d'un coeur accueil-facturation-PMSI-planification d'activité qui se connecte à une comptabilité et une paie tierces. Il est probable que ce nouveau système d'information administratif sera lui aussi hébergé à l'extérieur.

En savoir plus

L'agrément des hébergeurs de santé, sur le site de l'ASIP-Santé.

Vodafone prépare un service de cloud privé virtuel pour les PME

Les PME qui veulent s'étendre à l'international veulent bénéficier de services de cloud dédiés capables de les suivre dans leur expansion. Des services qui soient accessibles en termes de prix et fiables en...

le 18/03/2016, par Peter Sayer / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 450 mots

Deutsche Telekom lance une offre de cloud public pour toute l'Europe

Comme prévu, l'opérateur historique allemand a lancé son offre de cloud public lors du Cebit, lundi. Cette offre vise ouvertement AWS, elle est réalisée en association avec Huawei qui fournit les serveurs....

le 15/03/2016, par Didier Barathon, 410 mots

euNetworks relie 240 datacenters en Europe et se développe en France

Les opérateurs d'infrastructure indépendants luttent pour leur indépendance face à la concurrence des grands opérateurs et aux tentatives de rachat dont ils sont l'objet. euNetworks est un opérateur de réseau...

le 08/02/2016, par Didier Barathon, 378 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »