Micarna préfère la virtualisation au SAN, trop complexe, pour son stockage

le 11/02/2013, par Jean Pierre Blettner, Stockage, 781 mots

La société Micarna recourt à des serveurs de virtualisation de son stockage plutôt que d'exploiter des infrastructures SAN complexes. Cela lui permet de gérer en interne son plan de continuité d'activité. Cette évolution s'est déroulée sur cinq ans.

Micarna préfère la virtualisation au SAN, trop complexe, pour son stockage

Micarna est une entreprise du secteur agroalimentaire, filiale du groupe Migros. Elle virtualise de bout en bout ses systèmes informatiques industriels. L'objectif est de sécuriser et d'assurer la haute disponibilité de ses données critiques d'usines.

Micarna a mis en place un Plan de Continuité d'Activité (PCA) reposant sur la virtualisation de ses infrastructures de serveurs et de stockage. L'infrastructure virtuelle prend en charge des applications métier critiques telles que SAP, Exchange et SQL.

Micarna est l'une des principales entreprises suisses de transformation de la viande. Elle emploie 2300 personnes et dispose de 6 usines de transformation.  Comme vient de le prouver l'affaire du « HorseGate » avec la présence de viande de cheval à la place de boeuf, le secteur agroalimentaire  demande une gestion optimisée des stocks et une traçabilité pointue des marchandises.

Beaucoup de tâches sont désormais automatisées. Il en résulte une forte montée en puissance de l'informatique industrielle. Les applications métier nécessitent des systèmes informatiques robustes et fiables, et des espaces de stockage importants pour faire face à l'accroissement des données liées aux systèmes de production, de transport, de logistique, de traçabilité, d'étiquetage et de magasins automatiques.

Ces données doivent être disponibles et accessibles, d'autant plus dans un secteur travaillant avec des produits ultra-frais, qui doivent être livrés le jour même. « On compte désormais davantage d'ordinateurs dans les usines de production que dans les bureaux », explique Olivier Bovel, le Responsable IT de Micarna.

Une équipe informatique de 12 personnes ...



Une équipe informatique de 12 personnes

« Une interruption du système reviendrait à paralyser la chaîne de production et mettrait au chômage technique des centaines de personnes. » Afin de gérer l'informatique, il dispose d'une équipe IT de 12 personnes. Jusqu'en 2008, l'informatique se composait d'une trentaine de serveurs physiques fournis par Dell, sécurisés en Raid 5 et fonctionnant sous Windows.

Le tout hébergeait la bureautique, Microsoft Office, la messagerie Exchange, les bases de données Microsoft SQL, et les applications métier critiques sous SAP. A l'heure où le matériel arrivant en fin de cycle de vie, la société a dû procéder à un renouvellement de son parc. La virtualisation de l'informatique est enclenchée.

Deux serveurs VMware ESX, rattachés à une baie EMC CX4, permettent de créer facilement des machines virtuelles. Une seconde baie CX4, mise en place l'année suivante, permet d'obtenir un système redondant. En cas de souci, les machines virtuelles ESX basculent automatiquement.

Mais le basculement entre serveurs demeurait insuffisant. « Comme les baies de stockage restaient dédiées aux serveurs, cette infrastructure ne permettait pas encore la mise en miroir synchrone du stockage » se souvient Olivier Bovel. Un réseau de stockage SAN aurait pu aider à déployer cette fonction.

Les réseaux SAN trop compliqués à gérer ...



Les réseaux SAN trop compliqués à gérer 



Mais, « les réseaux SAN restaient trop compliqués à gérer par notre équipe interne. Ils nécessitent l'intervention de spécialistes, et nous devions toujours faire appel à nos partenaires externes pour préparer les scripts et basculer manuellement le système si nécessaire» décrit-il. L'idée a donc été de virtualiser le stockage. Les deux SAN sont placés en miroir synchrone. Deux hyperviseurs de stockage pouvant gérer jusqu'à 10 téraoctets de données chacun sont mis en place en 2009.

Un noeud de l'hyperviseur du stockage est rattaché à une baie EMC ainsi qu'aux deux serveurs ESX dans les deux salles informatiques de Micarna à Courtepin.  Dans le cadre du Plan de Continuité d'Activité (PCA), lorsqu'une baie est hors service, par incident ou arrêt volontaire, la seconde baie prend automatiquement le relais. Les données sont simultanément écrites sur les 2 baies.

Le changement de baie se fait sans arrêt de production, de façon transparente pour les utilisateurs finaux. De retour à l'état initial, les deux systèmes se resynchronisent automatiquement, sans intervention et sans perte de données. Dans une première phase, les systèmes informatiques dépendaient de la même alimentation électrique.

Lors d'une panne, tous les systèmes ayant été bloqués, il a été décidé de déménager l'un des deux SAN dans une nouvelle salle dans un bâtiment distant de 800 mètres, disposant ainsi d'un système redondant de bout en bout. Des volumes de données moins critiques sont toujours intégrés dans le premier SAN, mais exclus de la réplication sur le second. Ces volumes sont alors transférés directement sur une baie de sauvegarde.

Pour gérer ces sauvegardes, quotidiennes, hebdomadaires et annuelles, sur une baie IBM avec des disques SATA, Micarna utilise le logiciel BackUp Exec de Symantec. Les données sont ensuite archivées sur bandes pour une durée légale de 10 ans. Le logiciel de virtualisation du stockage est celui fourni par Datacore.

EMC sur le point de racheter Arista et Brocade ?

Une fois de plus les feux de la rumeur sont attisés autour d'EMC. Et une fois de plus, on lui prête l'intention de créer une alternative à Cisco. Le cabinet Bernstein Research est l'auteur d'une note cette...

le 20/03/2015, par Jim Duffy, Network World, 445 mots

Le stockage, fer de lance de la division entreprise de Huawei

Huawei veut être présent dans l'IT au sens large, aller vers le cloud computing et le datacenter, avec un catalogue très large.  Il a tenu son grand salon annuel sur le cloud computing a Shangaï mi-septembre...

le 16/10/2014, par Didier Barathon, 769 mots

Hitachi lance son infrastructure cloud en continu

Hitachi investit le datacenter avec de nouvelles offres de stockage virtualisé. Elles se font en liaison avec des partenaires stratégiques tels que Microsoft pour son cloud privé, SAP Hana, VMware et sa...

le 24/04/2014, par Brian Karlovsky, IDG NS, 483 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »