Mitel veut racheter ShoreTel, qui se rebiffe - Actualités CSO Fournisseurs

Mitel veut racheter ShoreTel, qui se rebiffe

le 21/10/2014, par DB, avec Reuters et IDG NS, Fournisseurs, 394 mots

Présent en Grande-Bretagne et en Allemagne, ShoreTel va se renforcer en France. La société est en effet surtout implantée aux Etats-Unis, où elle réalise 90% de son chiffre d'affaires.

Mitel veut racheter ShoreTel, qui se rebiffe

Après Aastra en début d'année, le canadien Mitel souhaite s'offrir l'américain ShoreTel. Il a rendu public une offre à 540 millions de dollars. Offre rejetée par le conseil d'administration de la société américaine. Ce qui ne décourage nullement Mitel, son offre reste  valide jusqu'au 20 novembre prochain. 540 millions de dollars, c'est déjà 24% de plus que la valeur boursière de ShoreTel estimée vendredi dernier 17 octobre. Et Mitel entend bien persister.

Ce projet de rachat est différent géographiquement de celui d'Aastra. Autant Aastra était très implanté en Europe, autant ShoreTel est surtout présent aux Etats-Unis, où il réalise 90% de son chiffre d'affaires. C'est précisément là que Mitel veut se renforcer. Au 1er trimestre 2014, sur le marché des communications unifiées aux Etats-Unis, Cisco était n°1 avec  28% de parts de marché, devant Avaya 13%, ShoreTel  8% et Mitel 7,1%. La combinaison des n°3 et 4 donnerai un solide n°2, loin derrière Cisco, mais devant Avaya qui serait le grand perdant.

Faire valoir la complémentarité entre les deux

L'affaire est assez corsée. Initialement c'est ShoreTel qui voulait racheter Mitel, avec une offre confidentielle. Vexés et ambitieux,  les canadiens ont répliqué et laissé fuiter leur projet de rachat. Ce qui déstabilise quelque peu ShoreTel. et fait, en tout cas, peser une forte pression sur le conseil d'administration de la société américaine. Richard McBee, le Pdg de Mitel a envoyé une lettre aux actionnaires de ShoreTel le 20 octobre (voir ci-dessous), elle fait suite à une première missive, expédiée le 2 octobre, les deux pour faire valoir la complémentarité entre ces firmes.

Le projet industriel, qui repose sur la complémentarité entre les deux sociétés, est souligné par tous les analystes. Mais le risque de conflit entre les deux directions l'est tout autant. « Probablement que la direction de Mitel va tout faire pour ne pas s'aliéner les clients de ShoreTel, en ne fermant pas les produits sur lesquels ils ont investi et en les prolongeant sur plusieurs années, selon Jeremy Dukes, Pdg de Synergy Research. « Ils sont sur le fil du rasoir s'ils vont au bout de ce projet, le marché est très compétitif, ils doivent avant tout préserver une base clients sereine ».  A défaut, Cisco et Avaya ne se priveront pas de venir « braconner » sur la base installée ShoreTel.

(photo : marketbusiness.news)

La Lettre que Richard McBee, le Pdg de Mitel, a envoyé aux actionnaires de ShoreTel

October 20, 2014
ShoreTel, Inc.
960 Stewart Drive
Sunnyvale, CA 94085
Attention: Mr. Charles Kissner
               Chairman of the Board of Directors

Dear Chuck:
I was disappointed by your Board's rejection of our written proposal to acquire ShoreTel, Inc. for $8.10 per share in cash and your refusal to engage with us. Our proposal, which represents a 24% premium to Friday's closing price and a 30% premium to ShoreTel's enterprise value, would deliver immediate, certain value to ShoreTel's stockholders, which we believe is far superior to what you can reasonably expect to achieve as a standalone company. We believe that a transaction between our two companies would be well received by your shareholders, and we are committed to providing them with an opportunity to express their views on our proposal.
As we outlined in our October 2 letter and reiterate here:
- our proposal represents a compelling opportunity for ShoreTel shareholders to realize an attractive premium while eliminating the operational risks associated with a stand-alone business;
 
- we have a proven track record of successfully completing and integrating transactions and are firmly committed to bringing the benefits of a combined organization to our respective customers, employees and other stakeholders;
 
- we have sufficient financial resources to complete the proposed transaction with available cash from our balance sheet and access to the capital markets, and the proposed transaction would not be subject to any financing contingency; and
 
- we are working with financial and legal advisors and are ready to meet with you and your team immediately to allow us to complete our due diligence and negotiate a definitive agreement.
Our proposal has been reviewed with our board of directors and we have their full support, but no binding commitment will exist unless and until a mutually acceptable definitive agreement is executed.
It continues to be our strong preference to work together with the ShoreTel Board to reach a mutually agreeable transaction in an expeditious manner. To that end, we intend for this pro-posal to remain open until 5:00 p.m. Eastern Standard Time on November 20, 2014.
We look forward to receiving a positive response from you shortly and stand ready to meet with you and your team to discuss next steps.
Sincerely,

Huawei espère revenir et se développer aux Etats-Unis

Les élections américaines sont suivies de près chez Huawei qui espère beaucoup d'une arrivée d'Hilary Clinton, selon nos confrères de Light Reading. Sa possible présidence pourrait mettre un terme aux...

le 31/03/2016, par Didier Barathon, 351 mots

Les 10 acquisitions les plus marquantes de 2015 dans les réseaux

2015 fut un grand cru pour les acquisitions dans l'industrie des réseaux. Voici une sélection des plus significatives pour l'avenir du secteur. Check Point Software acquiert Hyperwise et LacoonMême s'il s'agit...

le 08/12/2015, par Zeus Kerravala, Network World et Didier Barathon, 1001 mots

Dell devrait vendre Quest, SonicWall, AppAssure, Perot Systems

Une fois le rachat d'EMC finalisé, la dette de Dell devrait s'élever à 49,5 milliards de dollars. Le groupe envisage de céder certaines de ses participations actuelles et  peut être revendre des filiales...

le 04/11/2015, par Didier Barathon, 262 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »