Netflix se donne 2 à 5 ans pour être rentable en France - Actualités CSO Fournisseurs

Netflix se donne 2 à 5 ans pour être rentable en France

le 10/09/2014, par Didier Barathon, Fournisseurs, 438 mots

Les américains débarquent, ceux de Netflix présents dans une semaine sur le marché français. Seuls, sans l'aide des opérateurs et de leurs box et sans passer par la fiscalité française, puisque leur siège européen se situe à Amsterdam.

Netflix se donne 2 à 5 ans pour être rentable en France

Rappelons d'abord l'histoire. Netflix est née en 1997 sur une activité de location de vidéo, sous format DVD. Une idée est restée celle de l'abonnement, avec à l'époque une livraison par la poste, elle a été transférée depuis sur Internet. Une autre est évidemment morte, la matérialisation des films ou des séries, puisque Netflix a accompli sa transformation  numérique pour être disponible uniquement sur Internet. Sur ces bases, simples, Netflix a accompli une formidable réussite ces dernières années. Avec une autre caractéristique, il s'appuie davantage sur les séries que sur les films. 

Voilà pour la trajectoire. Aujourd'hui, ce modèle inquiète les français, acteurs des télécoms et des médias. Netflix menace les acteurs en place et devrait leur capter des parts de marché par une relation,  directe, simple avec l'abonné. Ces clients Netflix menacent les clients des box télécoms et les abonnés à la télévision payante, avant tout Canal +. Ce dernier met d'ailleurs en place son propre service de SVOD (vidéo à la demande) sous le nom de CanalPlay. Numericable prépare également le sien pour couper l'herbe sous le pied de l'américain.

S'adapter à la demande

Netflix menace d'autant plus que son tarif est simple, 8 dollars aux Etats-Unis, et un accès illimité au catalogue. Dans un premier temps, il paraitra peut être restreint aux français, mais Netflix promet déjà de s'adapter très régulièrement à la demande, y compris en produisant des séries pour les abonnés locaux. Simplicité des tarifs et largesse de l'offre sont les deux atouts de Netflix, il promet aussi de proposer du sport, ce qui l'argument central de Canal+ et de BeInSport.

Les français qui se sentent menacés ont toutefois d'autres arguments. Celui de la fiscalité puisque Netflix, dont le siège social est à Amsterdam, ne sera pas soumis aux mêmes règles fiscales que ses concurrents français. Il n'aura pas non plus l'obligation de financer le cinéma français. Les opérateurs télécoms reprochent de leur côté à Netflix d'utiliser leurs « tuyaux » sans rien régler.

Ils ne peuvent totalement se réfugier derrière tous ces arguments. Netflix c'est aussi, outre une formidable réussite commerciale, une organisation informatique impressionnante qui permet de tout connaître ou presque du comportement du client et donc de lui proposer les meilleures offres. Avec cet arsenal, Netflix compte bine conquérir la France et en même temps l'Allemagne, la Suisse, en tout une demi-douzaine de pays. Le rouleau compresseur se donne entre 2 et 5 ans pour atteindre l'équilibre financier en France.

Huawei espère revenir et se développer aux Etats-Unis

Les élections américaines sont suivies de près chez Huawei qui espère beaucoup d'une arrivée d'Hilary Clinton, selon nos confrères de Light Reading. Sa possible présidence pourrait mettre un terme aux...

le 31/03/2016, par Didier Barathon, 351 mots

Les 10 acquisitions les plus marquantes de 2015 dans les réseaux

2015 fut un grand cru pour les acquisitions dans l'industrie des réseaux. Voici une sélection des plus significatives pour l'avenir du secteur. Check Point Software acquiert Hyperwise et LacoonMême s'il s'agit...

le 08/12/2015, par Zeus Kerravala, Network World et Didier Barathon, 1001 mots

Dell devrait vendre Quest, SonicWall, AppAssure, Perot Systems

Une fois le rachat d'EMC finalisé, la dette de Dell devrait s'élever à 49,5 milliards de dollars. Le groupe envisage de céder certaines de ses participations actuelles et  peut être revendre des filiales...

le 04/11/2015, par Didier Barathon, 262 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »