Opinion : pourquoi deux des principaux responsables de Cisco sont-ils partis à la concurrence ? - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Opinion : pourquoi deux des principaux responsables de Cisco sont-ils partis à la concurrence ?

le 24/09/2014, par Jim Duffy, IDGNS, adaptation Didier Barathon, Cloud / Virtualisation, 589 mots

La société s'est montrée trop lente pour répondre aux nouvelles tendances du réseau. Ce serait la raison du départ de Dom Delfino et Kyle Mestery pour VMware et HP.

Opinion : pourquoi deux des principaux responsables de Cisco sont-ils partis à la concurrence ?

Les départs de deux responsables clés de Cisco dans le datacenter et OpenStack indiquent que les intérêts conflictuels de Cisco peuvent entraîner le départ des meilleurs talents dans les marchés importants. La propension de Cisco à protéger sa base installée grâce à des technologies propriétaires  tandis que dans le même temps, il veut respecter les standards se traduit par une grande lenteur, par exemple sur le SDN, l'open source et OpenStack. Cisco se débat également dans des impasses politiques internes qui entravent encore la dextérité de l'entreprise pour répondre à ces nouveaux phénomènes.

Dom Delfino (en photo), vice-président chargé de l'ingénierie des systèmes pour datacenters et de leur virtualisation et Kyle Mestery, ingénieur principal auprès  du CTO Cloud, ont quitté ou vont quitter Cisco pour les rivaux, VMware et HP. Dom Delfino était responsable de l'engagement avant-vente avec des produits Cisco vitaux comme Application Centric Infrastructure et Unified Computing Sys-tem. Kyle Mestery était architecte en chef pour OpenStack de Cisco, responsable de sa stratégie open source, comme l'intégration d'OpenStack dans le portefeuille de produits. Il commence chez HP la semaine prochaine.

Cisco n'est tout simplement pas assez rapide

Leurs défections signalent que les stratégies et l'agilité de Cisco dans ces deux marchés essentiels pourraient être en contradiction avec le talent nécessaire pour les conduire ou les développer. Dans le datacenter, Cisco n'est tout simplement pas assez rapide par rapport à ses concurrents et aux start-ups, ce qui aurait provoqué selon nos sources le départ de Dom Delfino.

L'inertie de la direction, celle de la base installée, le manque d'analyse sur les implications du SDN, du cloud et de l'open source et la politique interne ont tous joué un rôle dans la décision de Dom Delfino de faire défection au point de rejoindre le grand rival VMware. En outre, les revenus et les marges de Cisco sont comprimés de telle sorte que les commerciaux terrain doivent travailler beaucoup plus difficilement pour gagner la même chose. Dom Delfino, désormais vice-président chargé de l'ingénierie des systèmes dans le monde entier chez VMware, a refusé de commenter cette affaire.

Dans le cas de Kyle Mestery, OpenStack est davantage utilisé comme un outil marketing anti-VMware par Cisco que comme une plate-forme de cloud stratégique, selon nos  sources. En effet, l'Internet pour tout de Cisco entraîne des développements en interne, comme ACI et InterCloud, tandis que le concept multi-fournisseurs, développé par la communauté OpenStack en est un complément.

OpenStack mal utilisé

Et la coopération récemment élargie entre Cisco et Red Hat, destinée à encourager les clients à se convertir à l'hyperviseur KVM, est surtout destinée à mettre VMware en difficulté. Les ambitions en OpenStack de Kyle Mestery sont plus stratégiques que celles de Cisco, ce qui l'a propulsé vers HP. HP est maintenant le premier contributeur à OpenStack et Kyle Mestery voulait travailler au déploiement d'OpenStack.

Cisco a refusé de commenter, toutefois, la société a publié cette déclaration de Lew Tucker, vice-président et directeur de la technologie pour le Cloud Computing et vice-président de la fondation OpenStack: « Comme en témoignent les récentes annonces autour de notre initiative InterCloud et l'acquisition annoncée la semaine dernière de Metacloud, qui déploie et exploite des clouds privés avec un modèle OpenStack  unique, Cisco demeure fermement résolu à investir OpenStack. Avec de nombreux plans et contributions de code open source, Cisco continue d'avancer sur cloud computing au sein de la communauté OpenStack ».

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance...

La croissance continue d'Amazon Web Services, de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform indique que de plus en plus d'entreprises se tournent vers le cloud.   Ça pourrait devenir lassant, mais comment...

le 15/05/2019, par Fredric Paul, Network World (adaptation Jean Elyan), 853 mots

Cisco booste son SD WAN au multicloud

Avec le SD-WAN Cloud OnRamp for CoLocation de Cisco, il est possible de relier les succursales d'une entreprise à des datacenters privés de sièges sociaux régionaux via des installations de colocation. Avec à...

le 07/05/2019, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 952 mots

Le cloud, usine à fabrique d'erreurs IA

La croissance exponentielle des données servant à alimenter des systèmes d'intelligence artificielle entraîne des erreurs. Se servir de l'impressionnante capacité de stockage cloud pour les héberger ne risque...

le 12/04/2019, par David Linthicum, Infoworld (adapté par Jean Elyan), 469 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »