Orange installe à Val-de-Reuil un datacenter de nouvelle génération - Actualités RT Infrastructure

Orange installe à Val-de-Reuil un datacenter de nouvelle génération

le 14/10/2013, par Didier Barathon, Infrastructure, 543 mots

Le datacenter inauguré par Orange en Normandie se démarque par ses dimensions et ses innovations. Derrière, l'opérateur déploie une stratégie de renouvellement de ses datacenters et de « cloudisation » de ses applications internes.

Orange installe à Val-de-Reuil un datacenter de nouvelle génération

Le plan s'appelle Conquêtes 2015, c'est le cadre dans lequel s'engage Orange. Le cloud computing en fait partie, en particulier avec des offres comme Flexible Computing Express pour l'IaaS ou Le Forfait Informatique pour le poste de travail virtualisé. Mais l'opérateur s'engage aussi dans le cloud avec un plan de redéploiement de ses datacenters et sur une refonte de ses applicatifs internes pour les mettre dans le cloud.

Orange compte 50 datacenters dans le monde, dont 16 en France. Celui de Val-de-Reuil est en service depuis le mois de juin dernier et va s'agrandir. Mais l'opérateur remet également aux normes ses datacenters existants en France. A terme, Orange comptera 4 à 5 datacenters (3 en région parisienne, 1 à Lyon et celui de Val-de-Reuil), ils seront de taille suffisante en France pour ses besoins (les offres et les applicatifs internes) et ceux de ses clients.

Val-de-Reuil a coûté 100 ME

Ce nouveau datacenter de Val-de-Reuil en Normandie coûte 100 millions d'euros pour la partie infrastructure.  Le 1erbâtiment comprend 4 salles, deux sont opérationnelles. Elles accueillent les applicatifs internes de l'opérateur, et ceux des premiers clients, l'opérateur cite un anglais Wolseley, la SSII GFIet son partenaire CloudWatt (dont il détient 44 ,4% du capital).

Ce datacenter se veut de nouvelle génération. Plusieurs innovations le prouvent : du freecooling (on récupère l'air extérieur pour refroidir le datacenter),  la biométrie pour la sécurité des salles, le brouillard d'eau pour la protection incendie, la récupération de l'air chaud émanant des serveurs pour chauffer les bâtiments. Ce centre frappe surtout par ses dimensions, Orange dispose de 18 hectares et d'un premier datacenter de 16 000 mètres carrés, dont 5 000 de salles informatiques. Il est en tier 3+ (classement Uptime Institute) classement où le maximum est l'échelon 4, il ne lui manque que la possibilité d'avoir un double fournisseur électrique.

Quatre datacenters sur le site

Le projet total de Val-de-Reuil porte sur 4 datacenters et 20 000 mètres carrés de salles informatiques. Actuellement, deux salles sont en service. Elles comptent 1100 mètres de gainage, plusieurs milliers de kilomètres de câbles et 400 tonnes de cuivre sur le site. Deux  groupes électrogènes fonctionnent par salle, avec deux salles le centre compte actuellement quatre groupes plus un de secours. Dans cinq ans, ils seront douze groupes électrogènes. Le site est raccordé  au réseau fibre optique de l'opérateur.

Chaque salle compte 17 POD (point of delivery) et 8000 serveurs physiques. Sachant qu'un serveur peut lui même faire tourner 20 à 30 serveurs virtualisés. Tous les équipements et toute la sécurité sont redondés. La sécurité porte sur les aspects physiques, le risque incendie, mais aussi les applicatifs avec le « securebydesigne » intégrée dans chaque applicatif hébergé. L'opérateur garantit également à ses clients de retrouver leurs données à échéance du contrat.

La DSI d'Orange s'est doublement impliquée dans ce projet, pour l'aspect bâtiments et salles informatiques mais aussi pour faire héberger ses offres en cloud computing et pour placer une partie de ses grands applicatifs internes. 1500 applicatifs maison sont en cours de réécriture. « On transforme notre patrimoine applicatif », nous explique Laurent Benatar, directeur du système d'information de l'opérateur. Derrière la refonte de ses datacenters et la création de celui de Val-de-Rueil, Orange se livre donc à une profonde transformation interne de son informatique.

HPE va lancer une offre hyperconvergée

Cisco va entrer sur le marché de l'hyperconvergence en co-développant un produit avec Springpath, HPE se lance également ce mois-ci. Pour IDC c'est un marché qui doit progresser de 60% par an jusqu'en 2019...

le 04/03/2016, par James Nicolai / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 487 mots

Quel avenir pour Juniper, après les rapprochements Cisco/Ericsson et...

Ericsson et Nokia ont engagé des rapprochements qui obligent leurs concurrents à revoir leurs positions. Juniper paraît le plus isolé, mais dispose aussi d'arguments pour  rassurer ses clients.  A peine...

le 12/11/2015, par Jim Duffy / Network World, 692 mots

Cisco et Ericsson signent un partenariat, en particulier pour le SDN...

Au moment où Nokia vient de clore le rachat d'Alcatel-Lucent, Cisco et Ericsson signent un accord de grande envergure. Le secteur se recompose ainsi de deux manières différentes, sous les yeux de leurs grands...

le 10/11/2015, par Jim Duffy, IDG NS, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »