Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance pour les fournisseurs de cloud - Actualités RT Cloud / Virtualisation

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance pour les fournisseurs de cloud

le 15/05/2019, par Fredric Paul, Network World (adaptation Jean Elyan), Cloud / Virtualisation, 853 mots

La croissance continue d'Amazon Web Services, de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform indique que de plus en plus d'entreprises se tournent vers le cloud.

 

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance pour les fournisseurs de cloud

Ça pourrait devenir lassant, mais comment ignorer cette tendance de croissance continue dans le cloud computing ? Les résultats, encore impressionnants, des trois principaux fournisseurs d'infrastructure cloud - Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure et Google Cloud Platform - ne sont pas le fruit du hasard. Le cloud ne sert pas uniquement à exécuter de nouvelles appliacations. C'est aussi dans le cloud que de plus en plus d'entreprises transfèrent des charges de travail existantes jusque-là exécutées dans des datacenters sur site. Voyons plus en détail ce que signifient les résultats de ces trois fournisseurs.

AWS, toujours largement en tête

Avec un chiffre d'affaires trimestriel impressionnant de 7,7 milliards de dollars (pour un taux annuel record de 30,8 milliards de dollars), Amazon Web Services est toujours, et de loin, l'acteur dominant du marché de l'infrastructure cloud. Plus remarquable encore, d'un exercice à l'autre, AWS continue d'accroître ses revenus de près de 42 %. Et ce niveau de croissance trimestriel n'est pas exceptionnel : depuis le début de l'année 2017, les revenus d'AWS augmentent de plus de 40 % chaque trimestre. (Pour être complet, AWS a même vu son chiffre d'affaires augmenter de 49 % au premier trimestre 2018). De plus, contrairement à de nombreuses entreprises de technologie à croissance rapide, cette expansion incroyable n'est pas lissée par des pertes aussi impressionnantes. AWS a réalisé un bénéfice d'exploitation de 2,2 milliards de dollars au cours du trimestre, en hausse de 59 % par rapport à la même période l'an dernier. L'explication ? Le fournisseur a déclaré aux analystes qu'il avait effectué d'importants investissements dans les datacenters en 2016 et 2017, et qu'il n'avait donc pas eu à faire ces investissements récemment (AWS prévoit d'augmenter ses dépenses dans les datacenters plus tard cette année). L'entreprise aurait qualifié la croissance de son chiffre d'affaires comme « irrégulière », mais on peut dire plutôt que les résultats oscillent entre « énorme » et « encore plus grand ».

Microsoft Azure croît encore plus vite qu'AWS

Bien sûr, une croissance de 41 % est une bonne chose, mais les revenus trimestriels d'Azure de Microsoft ont presque doublé, passant à 73 % d'une année à l'autre (très proche des résultats tout aussi impressionnants du trimestre précédent). L'entreprise a dépassé les estimations en terme de ventes et de revenus et a atteint brièvement un niveau de valorisation à 1 milliard de dollars. Microsoft ne ventile pas les résultats de ses ventes et de son chiffre d'affaires Azure, mais ses activités clouds, qui comprennent Azure, mais pas seulement, ont augmenté de 41 % au cours du trimestre pour atteindre 9,6 milliards de dollars.

Même s'il est impossible de dire exactement ce que pèse Azure dans ces résultats, ils semblent croître plus rapidement que ceux d'AWS, alors que la base d'activité de Microsoft est beaucoup plus étroite. Si certains analystes affirment que la croissance d'Azure est plus rapide que celle d'AWS à un stade comparable de son développement, il n'est pas sûr que cela ait beaucoup d'importance, car le marché du cloud adressable est désormais beaucoup plus important qu'il ne l'était auparavant. Selon le New York Times, à l'instar d'AWS, Microsoft récolte maintenant les fruits des lourds investissements que le fournisseur a réalisés dans de nouveaux datacenters à travers le monde. Et le Times crédite Microsoft d'un « franc succès » dans les installations de cloud hybride, contribuant à apaiser les inquiétudes de certaines entreprises, qui prennent plus de temps à adopter le cloud à grande échelle.

Quid de Google Cloud Platform ?

Même si les chiffres trimestriels d'Alphabet - la société mère de Google - n'ont pas répondu aux attentes des analystes en matière de revenus (faisant chuter le titre en bourse), il semble que Google Cloud Platform a poursuivi sa forte croissance. Alphabet ne communique pas de résultats séparés pour son unité cloud, mais les ventes dans la catégorie « Autres revenus » d'Alphabet - qui comprend le cloud et le hardware - ont fait un bond de 25 % par rapport à la même période l'an dernier, atteignant 5,4 milliards de dollars. Plus révélateur peut-être, Ruth Porat, Chief Financial Officer d'Alphabet, aurait déclaré aux analystes que « Google Cloud Platform reste l'une des entreprises les plus dynamiques d'Alphabet ». Celle-ci a également précisé que l'embauche dans l'unité cloud était si dynamique qu'elle avait fait bondir les dépenses d'exploitation d'Alphabet de 20 % !

La migration des entreprises se poursuit

Mais les chiffres bruts ne disent qu'une partie de l'histoire. Cette croissance signifie que les clients existants dépensent plus, mais aussi que de plus en plus d'entreprises se libèrent des tracas et des dépenses liées à l'exploitation de leurs datacenters pour acheter ce dont elles ont besoin dans le cloud. Selon Amy Hood, directrice financière de Microsoft, citée par le New York Times, « il ne peut y avoir de croissance du chiffre d'affaires sans croissance de l'usage, ce sont donc les clients qui déploient et utilisent Azure ». Et le Times fait remarquer que Microsoft a signé de gros contrats avec des sociétés comme Walgreens Boots Alliance, laquelle associe Azure avec d'autres services cloud de Microsoft. Cette croissance est réelle sur les marchés existants, mais concerne également de nouveaux marchés. Par exemple, AWS vient d'ouvrir de nouvelles régions en Indonésie et à Hong Kong.

Les datacenters en colocation, une tendance à contre-courant du cloud

Prix moins élevés, latence, et facilité d'accès à plusieurs fournisseurs clouds : les installations de colocation offrent une alternative attractive aux datacenters sur site. Les charges de travail des...

le 12/07/2019, par Andy Patrizio, Network World (adapté par Jean Elyan), 1519 mots

Pression sur les datacenters, après un trimestre de forte croissance...

La croissance continue d'Amazon Web Services, de Microsoft Azure et de Google Cloud Platform indique que de plus en plus d'entreprises se tournent vers le cloud.   Ça pourrait devenir lassant, mais comment...

le 15/05/2019, par Fredric Paul, Network World (adaptation Jean Elyan), 853 mots

Cisco booste son SD WAN au multicloud

Avec le SD-WAN Cloud OnRamp for CoLocation de Cisco, il est possible de relier les succursales d'une entreprise à des datacenters privés de sièges sociaux régionaux via des installations de colocation. Avec à...

le 07/05/2019, par Michael Conney, Network World (adapté par Jean Elyan), 952 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Jamshid Rezaei

DSI de Mitel

Le DSI de Mitel, Jamshid Rezaei, a adopté le système japonais du Kaizen prônant l'amélioration continue...