Quand un cadre de Microsoft secoue le cocotier - Actualités RT Terminaux et Systèmes

Quand un cadre de Microsoft secoue le cocotier

le 27/10/2010, par Jean Elyan avec IDG News Service, Terminaux et Systèmes, 1055 mots

L'architecte de la stratégie Cloud de Microsoft est sur le départ. Il adresse à sa société un mémo décrivant un nouveau monde où le PC a été mis au rencart. Il souligne le retard pris par Microsoft sur certains dispositifs mobiles et les interactions sur internet. On pense forcément à Apple, Google ou Facebook.

Quand un cadre de Microsoft secoue le cocotier

Il est temps d'imaginer le monde de l'après PC, assène Ray Ozzie, l'architecte de la stratégie Cloud de Microsoft. Il s'exprime dans un mémo qu'il laisse à Microsoft alors qu'il s'apprête à quitter la société. Il faut faire évoluer l'interface homme-machine de façon spectaculaire, y écrit-il. Il évoque, l'arrivée de terminaux d'une incroyable innovation technologique d'ici dix ans. 

Ray Ozzie offre un plan sur cinq ans à Microsoft pour l'inciter à s'ouvrir sur un monde moins centré sur le PC. Il y a cinq ans, il avait déjà invité Microsoft à prendre de nouvelles orientations, pour aller vers un monde logiciel plus axé sur le Cloud Computing que sur l'ordinateur personnel. Dans une note à paraître, Ray Ozzie donne à Microsoft la mission d'aller vers un avenir qui l'éloigne du PC pour le rapprocher des multiples « appareils périphériques » connectés à des services continus "hébergés dans un Cloud." 

Principal architecte de l'évolution logicielle de l'entreprise depuis le départ du fondateur Bill Gates, il s'était déjà fait remarquer en 2005 par une note de service, écrite peu après son arrivée. Il conseillait à Microsoft de déplacer ses activités vers un nouveau modèle de services et de logiciels financés par la publicité, à un moment où le reste de l'industrie avait déjà entamé son virage vers le Cloud. La note était audacieuse, car elle encourageait Microsoft à adopter un nouveau modèle économique qui pouvait menacer la principale activité de l'entreprise, à savoir la vente de logiciels. 

De la même façon, son mémo de départ arrive à un moment où l'industrie a déjà mis sur le marché de nombreux appareils de type ...

Illustration : Ray Ozzie, architecte de la stratégie Cloud de Microsoft (crédit photo : D.R.)



... smartphones, tablettes tactiles et lecteurs électroniques. La nouvelle note de Ray Ozzie est de nouveau plutôt audacieuse puisqu'elle reconnaît que l'industrie du PC - dominée par Microsoft - ne sera plus au coeur de l'informatique. 

Ray Ozzie estime qu'au cours des 25 dernières années, le monde du PC, centré sur l'informatique, est devenu trop complexe. « Même quand on déploie des talents fabuleux en matière de design et d'ingénierie, il reste une complexité inhérente dont on ne peut s'affranchir. Cette complexité est mortelle, parce qu'elle use la vie des utilisateurs, des développeurs et des informaticiens. Elle rend difficile la planification, la construction, les essais et l'utilisation des produits. Elle pose des défis de sécurité. Enfin, elle met les administrateurs en difficulté », écrit-il. 

Il laisse aussi entendre que l'informatique a atteint une complexité qui restreint la capacité de progresser. « Cela signifie qu'il est temps d'imaginer un monde de l'après PC », a t-il encore écrit. « Les pionniers ont déjà abandonné le modèle du PC, des ordinateurs de bureau, des dossiers et des fichiers pour se tourner vers des appareils connectés qui interagissent avec des services cloud », écrit-il.  

« Au-delà de ce monde du PC, nous serons étonnés de voir surgir de plus en plus d'appareils de forme et de taille différentes, prêts à fonctionner avec des systèmes de communication différents, aussi bien pour effectuer des tâches créatives que pour consommer », écrit-il. Et même si ces dispositifs seront d'abord des ...



... « appareils utiles », il sera toujours possible de stocker leurs données - dans le Cloud. « S'il semble qu'un certain nombre de choses font déjà partie de la réalité, il y aura bien davantage que ce que nous pouvons en voir aujourd'hui », poursuit-il.  

« Ceux qui construisent, déploient et gèrent des sites Web savent parfaitement à quel point il est difficile de mettre en place un véritable service continu sur le terrain et que cette exigence n'est atteinte que par les sites Internet les plus sophistiqués. Et ceux qui travaillent à la création et au déploiement d'applications pour les périphériques connectés savent à quel point la synchronisation ou le streaming peuvent-être simples à mettre en oeuvre et fiables. Mais pour atteindre ces objectifs, simples en apparence, il faudra faire évoluer l'interface homme-machine, les matériels, les logiciels et les services de manière spectaculaire », souligne encore Ray Ozzie. 

À court terme, pour aller vers de tels objectifs, il faudra imaginer de nouvelles applications perçues comme indispensables, idem pour de nouveaux services et de nouveaux terminaux (« killer apps », « killer services » et « killer devices ») insiste-t-il. « Afin d'offrir ce qui semble nécessaire - un niveau de cohérence exceptionnel entre les applications, les services et les appareils -, il faudra innover dans l'expérience utilisateur, le mode d'interaction, les ...



... systèmes d'authentification, la gestion des données privées et des données utilisateurs, la politique et la gestion, la programmation et les applications, et ainsi de suite
», prédit Ray Ozzie. « Les PC, les smartphones et les tablettes actuelles n'en sont que les prémices. Dans les dix ans à venir, nous verrons surgir toutes sortes de 'compagnons connectés', fruits d'une incroyable innovation technologique, que nous transporterons partout, que nous utiliserons au bureau et sur nos murs. Ils seront présents partout autour de nous ». 

Ray Ozzie reconnaît que la société qui l'employait a réalisé « une partie de son programme », mais pas tout. « Windows Live, Office 365, Xbox Live et Azure sont en bonne voie », commente t-il. « Cependant, malgré ces progrès notables, certaines des opportunités dont j'ai fait mention il y a cinq ans restent impalpables et n'ont pas encore été saisies », peut-on lire dans son mémo. « Certains produits concurrents, leur progression rapide et les nouveaux scénarios apparus pour leur utilisation ont été assez remarquables. Malgré l'acuité et la clarté de nos objectifs, ces produits nous ont dépassés dans l'expérience mobile, dans l'adéquation parfaite qui a été trouvée entre le matériel, les logiciels et les services, dans les réseaux sociaux, sans parler de la quantité impressionnante de nouvelles formes d'interaction sociale centrées sur l'Internet », écrit-il. 

Ray Ozzie quittant Microsoft, il n'est pas certain que ceux qui restent pourront voir ses objectifs se réaliser. En annonçant son départ, Steve Ballmer a seulement dit qu'il avait été dans les parages « depuis un certain temps, » et qu'il avait pu transmettre ses dossiers à d'autres. Il a aussi annoncé qu'il n'avait pas l'intention de nommer quelqu'un à son poste une fois qu'il serait parti.





BlackBerry envisage de céder son activité messagerie

Le 12 août dernier, BlackBerry annonçait la création d'un comité spécial pour trouver une stratégie de survie. Vente 

le 28/08/2013, par D.B., 125 mots

Le clavier reste exigé avec les tablettes tactiles

Selon le cabinet Forrester, deux tiers des professionnels veulent un vrai clavier avec leurs tablettes tactiles. La tablette tactile comporte normalement un clavier virtuel sur l'écran lorsqu'il est nécessaire...

le 26/08/2013, par Bertrand LEMAIRE, 207 mots

Smartphone sous Ubuntu : échec du financement du projet

La campagne de levée de fonds pour produire le smartphone Edge sous Ubuntu n'a pas abouti Canonical n'a pu réunir que 13 millions de dollars auprès des internautes alors qu'il  comptait sur 32 millions de...

le 23/08/2013, par Véronique Arène avec IDG News Service, 339 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »