«Reconnaissance vocale, la mayonnaise prend ! »

le 17/11/2005, par Olivier COREDO, Fibre optique, 350 mots

«Reconnaissance vocale, la mayonnaise prend ! »

Le 19 octobre dernier, Scan Soft est officiellement devenu Nuance Communications. « C'est assez rare qu'une société acheteuse choisisse le nom de la société achetée » relève Patrice Vielpeau, responsable des ventes pour les solutions vocales chez Nuance. Le groupe croit plus que jamais aux technologies de reconnaissance et de synthèse vocale, au point de devenir l'un des plus gros acteurs du marché quasi uniquement par croissance externe. Scansoft a mis la main tour à tour sur des références historiques du domaine : Lernout & Hauspie, Philips Speech Processing, Speechworks et Nuance. « Nous avions besoin de dépasser une taille critique afin de proposer des solutions pérennes » explique Patrice Vielpeau. Le groupe grandit, aussi bien en croissance externe qu'organique. Nuance groupe réalisait plus de 84 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2004, devrait dépasser les 200 millions sur 2005 et atteindre les 320 millions de dollars en 2006. Actuellement, 55% de ce chiffre est réalisé par la partie « speech », avec des solutions réseaux et des solutions embarquées sur terminaux. Nuance vise principalement le marché des Telcos, de la finance et de l'industrie, avec des solutions vocales multi-locuteurs (46 langues), de la synthèse de la parole (text to speech) et des applications d'authentification vocale. Les solutions Nuance se retrouvent au sein des plates-formes de Genesys, Netcentrex, Nortel ou Avaya, ou bien sont intégrées par des sociétés comme Atos, Nextiraone ou Unilog, ou encore par des hébergeurs comme France Télécom, Cegetel ou Prosodie. « Le marché anglo-saxon est réellement en avance. Les solutions déployées sont ambitieuses. Elles reposent sur le langage naturel (speech freely), notamment chez Verizon, Bell Canada ou Telstra. Nous estimons que le langage naturel effacera les mauvaises expériences vécues par les utilisateurs. Il est en effet plus simple d'énoncer librement des valeurs boursières ou des aéroports plutôt que de les choisir dans une liste restreinte » détaille Patrice Vielpeau. Ainsi Bank of America enregistre plus d'un million d'appels par jour sur son service d'accueil vocal. L'Europe n'est pas en reste, Nuance affiche de belles réussites chez British Airways, Deutsche Telekom, Deutsche Bahn, France Télécom, TNT, Crédit Lyonnais... Bref, une deuxième chance est donnée à la reconnaissance vocale. Il y en aura certainement pas d'autre.

L'Allemagne veut la fibre partout d'ici 2025

Le gouvernement allemand a adopté sa «Stratégie numérique 2025», le prochain grand projet de réforme pays, a rapporté le Süddeutsche Zeitung . C'est ce qu'a confirmé le n°2 du gouvernement, Sigmar Gabriel...

le 21/03/2016, par Didier Barathon, 546 mots

Fibre ou Gfast : le patron de Deutsche Telekom s'en prend au...

Le Pdg de Deutsche Telekom PDG appelle à moins de réglementation sur la montée en débit du cuivre. Une série de déclarations fracassantes contre le régulateur allemand, mais prononcées à Londres. Tim...

le 03/12/2015, par Didier Barathon, 368 mots

Comment déployer une BLOM en aérien pour les zones rurales ?

Pour les zones peu denses, le déploiement du très haut débit par les voies hertziennes est une option très prisée des collectivités locales. Il faut néanmoins réunir des conditions draconiennes, juridiques et...

le 27/11/2015, par Didier Barathon, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »