Renault refond son site internet grâce au web sémantique - Actualités RT Infrastructure

Renault refond son site internet grâce au web sémantique

le 03/05/2012, par Quentin Renard, Infrastructure, 420 mots

A l'occasion de la conférence SemWeb.Pro dédiée au web Semantique, Renault a présenté le nouveau site internet de la marque, mercredi 2 Mai. Le site est fondé sur une API qui use du web sémantique pour mieux valoriser la gamme du constructeur automobile.

Renault refond son site internet grâce au web sémantique

Le mercredi 2 mai se tenait à Paris la conférence SemWeb.Pro. Organisée par Logilab, cette conférence a pour but de développer et faire connaître le Web Sémantique. Le Web Sémantique est, pour Nicolas Chauvat, PDG de Logilab « un ensemble de standards visant au déploiement des données ». Normalisé par l'organisme W3C, cet ensemble a pour but de générer, traiter et échanger des informations récupérées dans des bases de données, afin de  permettre leur visualisation. 

A cette occasion, Jean-Paul Servant et Edouard Chevalier, de l'équipe Intelligence Artificielle de Renault, ont détaillé la nouvelle API utilisée pour le site du constructeur automobile, fondée sur des Linked Data, qui découlent du web Semantique. Un Linked-Data est un lien qui sera généré à partir d'un URI (Uniform Resource Identifier ou identifiant uniforme de ressources, c'est à dire une chaîne courte de caractères identifiant une ressource sur le Web), vers lequel vont pouvoir s'ajouter diverses informations.

La finalité du projet est pour Renault de fournir un site internet sur lequel l'utilisateur peut personnaliser au maximum son véhicule, tout en diminuant les coûts de développement du site. Le fait de cliquer sur des liens et de définir chaque modèle par un URI, permet en outre de favoriser le référencement SEO (Search Engine Optimization, optimisation des moteurs de recherche), ainsi que le développement marketing, via par exemple les QR Code, ou Facebook et une intégration à Open Graph.

Renault a développé son API afin de laisser le choix des options sur chaque voiture. L'utilisateur en restant sur la même page, peut cliquer sur les options qu'il désire, l'API faisant en sorte de définir les possibilités d'évolution du véhicule après chaque clic. L'utilisateur a la possibilité de retourner en arrière et de modifier n'importe quel champ, sans affecter les autres.

Le système utilisé est proche de celui des configurations de PC sur internet. L'API va donc sélectionner dans les multiples configurations disponibles - 10^20 selon Jean-Paul Servant - dans la base de données de Renault sans que l'utilisateur ne ressente ni ne subisse cette recherche.

Renault attend désormais que les autres constructeurs suivent cette logique, pour, selon Jean-Paul Servant, effectuer « des comparaisons entre modèles sur des critères précis ». Cela devrait dynamiser le marché des comparateurs économiques dans l'automobile, qui réutiliseraient ces données afin d'informer le consommateur.

HPE va lancer une offre hyperconvergée

Cisco va entrer sur le marché de l'hyperconvergence en co-développant un produit avec Springpath, HPE se lance également ce mois-ci. Pour IDC c'est un marché qui doit progresser de 60% par an jusqu'en 2019...

le 04/03/2016, par James Nicolai / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 487 mots

Quel avenir pour Juniper, après les rapprochements Cisco/Ericsson et...

Ericsson et Nokia ont engagé des rapprochements qui obligent leurs concurrents à revoir leurs positions. Juniper paraît le plus isolé, mais dispose aussi d'arguments pour  rassurer ses clients.  A peine...

le 12/11/2015, par Jim Duffy / Network World, 692 mots

Cisco et Ericsson signent un partenariat, en particulier pour le SDN...

Au moment où Nokia vient de clore le rachat d'Alcatel-Lucent, Cisco et Ericsson signent un accord de grande envergure. Le secteur se recompose ainsi de deux manières différentes, sous les yeux de leurs grands...

le 10/11/2015, par Jim Duffy, IDG NS, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »