Roaming en Europe : Bruxelles ferait machine arrière - Actualités RT Régulation télécoms

Roaming en Europe : Bruxelles ferait machine arrière

le 29/08/2013, par Didier Barathon, Régulation télécoms, 322 mots

La baisse des tarifs de roaming est le cheval de bataille de la Commission de Bruxelles dans les télécoms. Sous la pression des opérateurs, notamment d'un Stéphane Richard virulent sur ce sujet, la Commission européenne renoncerait à une nouvelle baisse.

Roaming en Europe : Bruxelles ferait machine arrière

Neelie Kroes, Commissaire européenne en charge des nouvelles technologies, doit se prononcer le 10 septembre prochain sur de nouveaux tarifs d'itinérance et probablement une prochaine baisse. C'est du moins ce qu'elle a laissé entendre au mois de mai dernier. Mais, selon un document parvenu à l'agence Reuters, elle abandonnerait ses objectifs sous la pression des principaux opérateurs (Orange, Telecom Italia, Telefonica, Deutsche Telekom) rencontrés fin juillet.

Ce projet consistait d'une part à baisser à un plafond de trois centimes par minute les appels vocaux, contre un plafond de 10 centimes actuellement (depuis juillet). Cette 1èrebaisse interviendrait à partir de juillet 2014 pour huit ans. D'autre part, elle souhaitait abaisser à 1,5 centime par mégaoctet, le plafond pour l'itinérance des données, il est actuellement de 15 centimes.

Stéphane Richard contre Neelie Kroes

Neelie Kroes a fait de l'itinérance un combat symbolique pour libérer encore davantage la concurrence dans les télécoms en Europe. Les opérateurs de leur côté, arguent, d'une situation devenue plus difficile pour leur secteur et s'opposent à toute nouvelle mesure qui amputerait leurs ressources.

Dans une interview au Figaro le 22 juillet dernier, Stéphane Richard, Pdg d'Orange mettait les points sur les « i » à la Commission européenne :

« Il serait de bon sens de mettre en place un moratoire sur les baisses des prix du roaming afin de faire une étude d'impact sérieuse des précédentes mesures de baisse ».

« Depuis vingt ans, Bruxelles ne sait faire qu'une seule et unique chose : de l'antitrust. Bruxelles semble ne pas comprendre que le monde a changé, que nous ne sommes plus les anciens monopoles historiques depuis longtemps, mais que nous sommes désormais plongés dans un monde ultraconcurrentiel, confrontés à des baisses de prix féroces alors que nous devons investir massivement dans nos réseaux. »

Le plan Souveraineté Télécoms se glisse dans la future loi Macron

Small cells, IoT, LTE, 5G : les télécoms planchent sur de nombreuses technologies qui toutes contribuent à la fameuse transformation digitale. Comment la France peut-elle peser sur ces technologies avec ses...

le 07/12/2015, par Didier Barathon, 466 mots

Dégroupage, bande 700 MHz, avenir de la régulation : l'Arcep veut...

En quelques heures, le régulateur des télécoms se fait entendre sur trois sujets différents : le très haut débit, les fréquences mobiles, son propre rôle dans les années à venir. Il joue son rôle et fait mieux...

le 13/11/2015, par Didier Barathon, 355 mots

Le parlement européen vote la neutralité du net, elle est encore très...

En rejetant tous les amendements proposés, le Parlement européen a adopté cet après-midi le paquet télécoms. Attendu et redouté, la Commission et le Conseil avaient donné leur accord, la machine européenne est...

le 27/10/2015, par Peter Sayer, Diider Barathon, 556 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »