Surenchère chez Google et Microsoft autour des data centers - Actualités RT Infrastructure

Surenchère chez Google et Microsoft autour des data centers

le 23/01/2007, par Marie Caizergues, Infrastructure, 272 mots

Pour renforcer leurs positions sur Internet, Microsoft et Google se lancent dans une course aux data centers.

550 millions de dollars chez Microsoft jeudi dernier, 600 millions de dollars chez Google aujourd'hui. Que représentent ces chiffres ? Les investissements que les deux sociétés comptent réaliser dans leurs nouveaux data centers. Voulant développer toujours plus de nouveaux services et relancer les applications Web chez le grand public (Windows Live chez Microsoft, Picasa et Google Doc & Spreadsheet chez Google), les deux groupes ont de plus en plus besoin de bande passante, de capacité de stockage et de temps de calcul. Basé à San Antonio, le prochain data center de Microsoft aura une superficie de 43 664 mètres carrés, et servira à ses services en ligne pour le grand public (messagerie instantanée, courrier électronique, hébergement de pages Web et de fichiers multimédia). Il devrait être opérationnel dès 2009. Dans le même temps, Google a annoncé l'ouverture prochaine d'un data center de 607 028 mètres carrés, à Lenoir, une petite ville de Caroline du Nord, dédié à sa prochaine génération de moteur de recherche et de base de données, comme le moteur Similarity qui élimine les redondances dans ses résultats de recherches. Et la société recherche encore trois emplacements de taille similaire en Caroline du Sud et en Géorgie. Pour que ces grandes fermes de calcul restent sur le territoire américain, les Etats ruraux rivalisent d'ingéniosité pour en réduire les coûts d'installation : terrains ou fourniture d'énergie à bas coûts, réduction drastiques des taxes (un abattement de 100 % pour Microsoft au Texas, un crédit d'impôt de 4,8 millions de dollars pour Google en Caroline du Nord). Avec à la clé, entre 75 et 200 emplois crées pour chaque centre.

HPE va lancer une offre hyperconvergée

Cisco va entrer sur le marché de l'hyperconvergence en co-développant un produit avec Springpath, HPE se lance également ce mois-ci. Pour IDC c'est un marché qui doit progresser de 60% par an jusqu'en 2019...

le 04/03/2016, par James Nicolai / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 487 mots

Quel avenir pour Juniper, après les rapprochements Cisco/Ericsson et...

Ericsson et Nokia ont engagé des rapprochements qui obligent leurs concurrents à revoir leurs positions. Juniper paraît le plus isolé, mais dispose aussi d'arguments pour  rassurer ses clients.  A peine...

le 12/11/2015, par Jim Duffy / Network World, 692 mots

Cisco et Ericsson signent un partenariat, en particulier pour le SDN...

Au moment où Nokia vient de clore le rachat d'Alcatel-Lucent, Cisco et Ericsson signent un accord de grande envergure. Le secteur se recompose ainsi de deux manières différentes, sous les yeux de leurs grands...

le 10/11/2015, par Jim Duffy, IDG NS, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »