Surveillance du réseau, Paessler prévient les mauvaises surprises - Actualités RT Infrastructure

Surveillance du réseau, Paessler prévient les mauvaises surprises

le 31/07/2014, par Serge LEBLAL, Infrastructure, 348 mots

Fondée en 1997 à Nuremberg, la société Paessler a développé une solution dédiée à la surveillance de la bande passante et à la gestion de la performance des équipements réseau pour les entreprises de taille intermédiaire. 

Surveillance du réseau, Paessler prévient les mauvaises surprises

Parmi les outils de supervision du réseau, on compte de grands noms - Blue Coat, Cisco, Citrix, Exinda, Ipanema, Riverbed ou encore Silver Peak - avec des solutions taillées pour des infrastructures XXL. Mais les entreprises avec un réseau comprenant entre 250 à 5000 terminaux, PC et serveurs subissent les mêmes problèmes que les réseaux plus grands, mais avec des budgets bien inférieurs pour garantir la bonne santé de leur environnement. Parmi les outils de supervision de réseau milieu de gamme, on peut citer Heroix Longitude, HP Intelligent Management Center (IMC) Standard et Enterprise, Ipswitch WhatsUp Gold (WUG), Paessler PRTG Network Monitor ou encore SolarWinds Moniteur Orion Network Performance (NPM).




Des t
ableaux de bord en temps réel permettent de suivre les performances du réseau.


Une des erreurs courantes dans la gestion des infrastructures informatiques des entreprises reste encore aujourd'hui le manque d'intérêt pour les outils de surveillance réseau. C'est une erreur car, il est impératif d'anticiper la croissance du réseau pour éviter les mauvaises surprises. Après, les remontées d'alerte sont inutiles si personne ne prend le temps de les analyser pour décongestionner les points noirs handicapant les serveurs. L'éditeur allemand Paessler relève ce défi avec son produit de surveillance et de test de charge PRTG Network Monitor 12, qui assure la découverte de la topologie et mesure la consommation en bande passante du réseau. C'est un système de licence « tout en un » qui se distingue par son arborescence, la possibilité de créer ses propres bibliothèques, le déploiement de capteurs pour la surveillance de différents réseaux, sur sites ou distants. Il est également possible d'intégrer des cartes géographiques (Google Maps, MapQuest, CloudMade ou encore Nokia Maps) dans l'interface web du logiciel pour affiner la surveillance en affichant un rapide aperçu de l'état général du réseau.

Une version gratuite et limitée à 10 postes est disponible sur le site de l'éditeur tout comme une version de test valable 30 jours.

HPE va lancer une offre hyperconvergée

Cisco va entrer sur le marché de l'hyperconvergence en co-développant un produit avec Springpath, HPE se lance également ce mois-ci. Pour IDC c'est un marché qui doit progresser de 60% par an jusqu'en 2019...

le 04/03/2016, par James Nicolai / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 487 mots

Quel avenir pour Juniper, après les rapprochements Cisco/Ericsson et...

Ericsson et Nokia ont engagé des rapprochements qui obligent leurs concurrents à revoir leurs positions. Juniper paraît le plus isolé, mais dispose aussi d'arguments pour  rassurer ses clients.  A peine...

le 12/11/2015, par Jim Duffy / Network World, 692 mots

Cisco et Ericsson signent un partenariat, en particulier pour le SDN...

Au moment où Nokia vient de clore le rachat d'Alcatel-Lucent, Cisco et Ericsson signent un accord de grande envergure. Le secteur se recompose ainsi de deux manières différentes, sous les yeux de leurs grands...

le 10/11/2015, par Jim Duffy, IDG NS, 464 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »