Témoignage Convergence : ENI expérimente BT Fusion Corporate - Actualités RT Convergence

Témoignage Convergence : ENI expérimente BT Fusion Corporate

le 16/11/2006, par Djamel KHAMES, Convergence, 333 mots

Le géant pétrolier ENI teste depuis le 25 octobre dernier, en Italie, le service de convergence fixe-mobile de l'opérateur britannique BT.

Témoignage Convergence : ENI expérimente BT Fusion Corporate

La société italienne de produits pétroliers est la première au monde de cette taille à expérimenter ce nouveau service, commercialisé pour la première fois au Royaume-Uni en septembre 2005 auprès du grand public. « Baptisé BT Fusion Corporate, ce service permet d'utiliser un terminal unique, doté d'un seul numéro, pour un usage dans et hors de l'entreprise », déclare Massimiliano Cariola, directeur des produits et services grands comptes de BT Italia. ENI essaiera pendant trois mois, à Rome et à Milan, une dizaine de ces terminaux. Au sein de l'entreprise, le téléphone se connecte à un accès ADSL en mode radio Wi-Fi ; hors de l'entreprise, c'est le mode GSM qui prend le relais. Le hand-over fonctionne du Wi-Fi au GSM ; l'inverse est moins évident. Un grand nombre d'applications de l'autocommutateur de l'entreprise, comme la numérotation abrégée ou la conférence à trois, sont disponibles en situation de mobilité. Pour Massimiliano Cariola, « avec cette solution, les grandes entreprises gagnent en productivité grâce aux fonctionnalités offertes aux salariés, quel que soit l'endroit où ils se trouvent et, surtout, grâce à la simplification de la gestion de la flotte de terminaux » dont le nombre se réduit. Un choix naturel Pour ENI, le choix de BT a été « naturel » car il a déjà externalisé l'exploitation de 6 000 terminaux (sur 18 000) chez l'opérateur britannique. La flotte de terminaux GSM d'ENI s'élève à 7 000 unités. Le pétrolier italien est l'entreprise cliente la plus importante de BT hors du Royaume-Uni. Le catalogue de BT Fusion Corporate compte aujourd'hui deux offres : Option Site et Option Net. Avec la première, le client internalise le service grâce à la pose d'une passerelle (Cisco, Nortel ou Avaya) qu'on relie au PABX ; avec la deuxième, le client l'externalise. BT utilise pour cela une plateforme Alcatel. Dans les deux cas, le téléphone utilisé actuellement est un Nokia. Enfin, les communications transitent par le réseau de l'opérateur britannique quelle que soit la solution retenue.

Juniper et Lenovo préparent une solution commune d'hyperconvergence

Lenovo ajoute une troisième corde à son arc, après les PC, puis les serveurs, voici les datacenters et les solutions d'hyperconvergence. Une annonce faite la même semaine que celles de HP qui ambitionne de...

le 14/03/2016, par Chris Joueur / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 380 mots

Cisco annonce une nouvelle solution de connexion pour l'Internet des...

Cisco Live Europe s'est tenu un mois après le sommet de Davos, rien de commun entre les deux, sauf le thème de la transformation digitale. Toutefois, celle-ci paraît difficile à engager pour beaucoup...

le 19/02/2016, par Zeus Kerravala / IDG News Service (adapté par Didier Barathon), 681 mots

Pourquoi les clients de VCE ne doivent pas avoir peur de la fusion...

Le rachat d'EMC et de ses filiales par Dell en 2015 pour la somme colossale de 67 milliards de dollars laisse place à plusieurs interrogations. La principale concerne, dans le domaine de l'infrastructure, la...

le 29/01/2016, par Zeus Kerravala / Network World (adapté par Didier Barathon), 523 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »