Tendance : Le virage du très haut débit

le 09/11/2006, par Denis Poillerat, Régulation télécoms, 436 mots

Dans le cadre du colloque « les champs de confrontation de l'audiovisuel de demain, le président de l'ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), Paul Champsaur a insisté sur l'opportunité que constituait le très haut débit pour les fournisseurs de contenus et particulièrement pour le monde de l'audiovisuel. Un virage important qui nécessite une réelle collaboration entre les différents acteurs du secteur. Des difficultés pour investir dans la fibre optique Le développement des services vidéo comme la VoD ou la télévision haute définition nécessitent en effet de plus grande capacité en débit, ce que permet la fibre optique. Cependant, cette dernière est particulièrement onéreuse à déployer. Le président de l'autorité de régulation souhaite donc une « mutualisation des infrastructures » pour que tous les acteurs puissent avoir accès à cette technologie, ce qui devrait se répercuter sur l'utilisateur final avec une offre plus large. Quant aux (rares) opérateurs qui engagent de telles dépenses, M. Champsaur se demande si il ne serait pas « justifié qu'une part des revenus additionnels leur revienne ? ». Le modèle économique pour garantir le succès du très haut débit reste donc à définir. La diffusion des contenus en jeu Et l'on aborde alors le problème d'accessibilité des contenus. Que les internautes se rassurent, ils ne sont pas les seuls à s'inquiéter de la multiplication des contenus exclusifs* dus en partie à la fusion TPS-Canalsat. Pour l'ARCEP, elle engendre deux types de risques : « risque de distorsion de concurrence entre les opérateurs de communications électroniques filaires et mobiles et risque d'interdiction d'entrée et de diversification de ces opérateurs dans la distribution audiovisuelle ; risque de frein à l'innovation technologique et au développement de services de diffusion audiovisuels non linéaires, de type vidéo à la demande, notée « VoD » ». Pour lutter contre ces freins, l'une des solutions pour les opérateurs est de se constituer en producteurs de contenu. France Telecom a très récemment crée une filiale pour acquérir des droits cinématographiques. Mais peu de sociétés peuvent supporter les coûts que cela représente. Alors comment garantir une saine concurrence dans ce secteur ? C'est l'une des grandes questions qui devra trouver réponse pour que le très haut débit séduise à la fois les consommateurs et les opérateurs. Le gouvernement devra forcément influer sur cette problématique avec notamment la loi de modernisation audiovisuelle. Outre le très haut débit, l'abandon des fréquences analogiques à l'horizon 2011 va libérer un certain nombre de fréquences à spectre bas, dites « bandes en or », qui sont une opportunité historique pour l'audiovisuel numérique. Et là encore, opérateur des télécommunications et monde de l'audiovisuel devront s'entendre. Derrière ces débats complexes et politique se cache une véritable révolution de l'image numérique.

Le plan Souveraineté Télécoms se glisse dans la future loi Macron

Small cells, IoT, LTE, 5G : les télécoms planchent sur de nombreuses technologies qui toutes contribuent à la fameuse transformation digitale. Comment la France peut-elle peser sur ces technologies avec ses...

le 07/12/2015, par Didier Barathon, 466 mots

Dégroupage, bande 700 MHz, avenir de la régulation : l'Arcep veut...

En quelques heures, le régulateur des télécoms se fait entendre sur trois sujets différents : le très haut débit, les fréquences mobiles, son propre rôle dans les années à venir. Il joue son rôle et fait mieux...

le 13/11/2015, par Didier Barathon, 355 mots

Le parlement européen vote la neutralité du net, elle est encore très...

En rejetant tous les amendements proposés, le Parlement européen a adopté cet après-midi le paquet télécoms. Attendu et redouté, la Commission et le Conseil avaient donné leur accord, la machine européenne est...

le 27/10/2015, par Peter Sayer, Diider Barathon, 556 mots

Dernier dossier

Les white-box sont-elles l'avenir de la commutation réseau ?

Et si vous pouviez gérer vos commutateurs de centres de données et vos routeurs de la même façon que vos serveurs et ainsi réduire les coûts des dépenses en capital ? C'est la promesse des white-box qui amènent des systèmes d'exploitation réseau open source fonctionnant sur du matériel courant.Pour en avoir le coeur net, nous avons testé Cumulus...

Dernier entretien

Joël Mollo

VP Europe du sud de SkyHigh

« Nous créons un nouveau marché autour de la sécurité du cloud »